Cliché du socialisme : L’État doit garantir un emploi à chacun

L’État providence peut-il promettre un emploi à vie pour tous sans compromettre les libertés ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
mineurs

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cliché du socialisme : L’État doit garantir un emploi à chacun

Publié le 3 février 2013
- A +

L’État-providence peut-il promettre un emploi à vie pour tous sans compromettre les libertés ?

Par Dean Russell (FEE), États-Unis.

Un des clichés favoris de ceux qui ont foi dans l’État-providence est le suivant : dans une démocratie, on peut bénéficier d’un emploi garanti et du libre choix. Ces personnes savent pourtant bien que dans une dictature, les choses ne fonctionnent pas ainsi. Mais des millions d’Américains sincères pensent honnêtement que c’est différent dans une démocratie. En fait, ça n’est pas le cas comme l’illustre, sans aucun doute, l’expérience du Royaume-Uni lorsque les leaders des syndicats de travailleurs contrôlaient le gouvernement de 1945 à 1950.

En temps de paix, dans la plus vieille démocratie du monde, des hommes qui étaient des hommes libres furent invités à aller sous terre pour extraire du charbon alors qu’ils ne le souhaitaient pas. Ils furent condamnés à des amendes et emprisonnés par leurs propres délégués syndicaux, élus démocratiquement, parce qu’ils ont imaginé un jour que leur gouvernement pouvait leur garantir un emploi sans les obliger à prendre des emplois spécifiques. Nous reproduisons ici un extrait qui relate les faits de cette triste expérience qui s’est déroulée sous un gouvernement démocratique :

En Février 1946, Sir Strafford Cripps [Chancelier de l’échiquier du gouvernement Britannique] a dit : « Autant que je sache, aucun pays du monde n’est encore parvenu à mener une économie planifiée sans contrôle du travail. Notre objectif est de déployer une économie planifiée, sans contrôler le travail… » Le 10 mars 1949, le ministère du travail a déclaré qu’entre octobre 1947 et décembre 1948 « 374 directives ont été instaurées pour les hommes travaillant dans les mines afin de les obliger à rester dans cette industrie, ainsi que 132 directives pour les agriculteurs afin qu’ils restent dans l’agriculture… » Pour être honnête avec le gouvernement, on se doit de dire qu’aucun de ses membres n’était en faveur du contrôle du travail. En dépit de leurs bonnes intentions, ils ont fait défaut, non pas parce qu’ils voulaient la tyrannie, loin de là leur intention ; mais parce qu’ils ignoraient ce qu’il se passait dans les autres pays, ils s’étaient enfermés dans la théorie de l’État Planificateur… Aujourd’hui Sir Trafford peut répéter son premier discours : « Autant que je sache, aucun pays du monde n’est encore parvenu à mener une économie planifiée sans contrôle du travail. » [1]

Heureusement, le peuple britannique a pu faire machine arrière et se remettre sur la voie de la liberté avant qu’un désastre total ne l’ensevelisse. Mais les leaders syndicalistes ainsi que les étatistes en faveur d’un État-providence n’abandonnent jamais. Ils reviendront en force avec leur économie planifiée quand la nouvelle génération se laissera bercer par l’idée que l’État est dans l’obligation de fournir un travail pour toute personne qui n’en a pas et qui n’a rien fait pour en avoir.

—-
Un article de la série « Clichés du socialisme » de la Fondation pour l’Éducation Économique (FEE) qui cherche à aider ceux qui dénoncent ces erreurs intellectuelles et mettent l’accent sur les mérites de la liberté.

Traduction : JATW pour Contrepoints.

Lire aussi :

Note :

  1. R. Hopkin Morris, parlementaire, extrait de son petit livre Dare ou Despair (Oser ou désespérer) publié par International Liberal Exchange, Londres, 1949.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Le plein emploi est un optimum pour l’économie et n’a aucun rapport avec le socialisme ou le syndicalisme.

    Mais entre la théorie et la pratique il y a des différences et surtout on sait aussi que la mauvaise volonté est le principal facteur d’échec.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le débat à gauche sur « le droit à la paresse » nous rappelle que pour une partie de la clientèle de la gauche radicale, le parasitisme est une valeur positive. Le communiste Fabien Roussel a suscité les réactions indignées de certains de ses alliés quand il a défendu la « valeur travail », grande oubliée ces dernières décennies par les formations de la gauche de la gauche.

Il y en a qui demandent le droit à la #paresse et d 'autres qui bossent pour nourrir les autres https://t.co/HaZOIwnPN2

— Dominique Luhe... Poursuivre la lecture

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.

Quatorzième volet de... Poursuivre la lecture

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l‘assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles