Les Français se désendettent… à la consommation

Manque de confiance, dispositions « Lagarde », le crédit à la consommation recule quand le crédit immobilier poursuit sa progression.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
calculatrice

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Français se désendettent… à la consommation

Publié le 2 février 2013
- A +

Manque de confiance, dispositions « Lagarde », le crédit à la consommation recule quand le crédit immobilier poursuit sa progression.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

2012 n’a connu qu’une baisse du crédit à la consommation

Selon l’Observatoire des crédits aux ménages, le taux de détention des crédits a baissé en 2012 de près d’un point. 48,6% des ménages français déclaraient détenir un ou plusieurs crédits en fin d’année contre 49,4% à la fin 2011. Il s’agit du point le plus bas observé depuis la création de l’Observatoire en 1989. Le mouvement de repli s’est amorcé à partir de 2009, mais il avait marqué une stabilisation en 2011.

Dans cet endettement, il faut remarquer que le taux de détention des crédits immobiliers progresse encore légèrement : 31,4% des ménages ont un crédit à l’habitat, contre 31% en 2011 ce qui veut dire qu’à l’inverse, le taux de ménages ayant un crédit à la consommation s’établit à 27,6% fin 2012, contre 30,2 % en 2011.

Les deux facteurs qui sont cause de ce repli sont le manque de confiance en l’avenir et les nouvelles dispositions de la loi Lagarde sur les crédits à la consommation. Le manque de confiance est facilement compréhensible : forte montée du chômage, stagnation voire dégradation du pouvoir d’achat, qui a incité les ménages à plus de prudence dans la gestion de leurs dépenses, et a fortiori dans leur recours au crédit. Les dispositions de la loi Lagarde rendent plus lourdes les mensualités, donc moins indolore le recours au crédit. Néanmoins, les charges de remboursement restent supportables pour la grande majorité des emprunteurs (84,9% des ménages, contre 85,7% fin 2011), même si on observe une érosion de l’appréciation que les Français portent sur leur situation financière et budgétaire : 46,8%, parmi les ménages qui détiennent un crédit, estiment qu’elle s’est détériorée récemment, contre 46% en 2011.

2013 connaîtra une baisse généralisée du crédit

Sur les perspectives pour 2013, les ménages restent très prudents : ils sont 4,1% seulement à envisager la souscription de nouveaux crédits immobiliers et 3,5% à envisager la souscription de nouveaux crédits à la consommation au cours des 6 prochains mois. Les récentes mesures et l’orientation générale ne semblent pas les rassurer et permettre à cette nécessaire confiance de se réinstaurer. Cette tendance impactera aussi les crédits immobiliers. Le marché de l’immobilier est atone et la construction en panne.


Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Tellep.

La crise financière sera dure. Les propriétaires et épargnants vont en payer une partie.

Voici ce que vous devez absolument savoir pour prendre de bonnes décisions.

Ainsi, plusieurs conseillers en gestion de patrimoine indépendants prennent en ce moment du recul par rapport à la crise financière, et au-delà de la crise sanitaire, pour envisager ce qui va se passer.

Ils conseillent de rembourser tous vos crédits immobiliers, si vous en avez la possibilité bien entendu.

Pourquoi ?

La ... Poursuivre la lecture

dette
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

Si elle est évidente lorsqu’il s’agit de sommes manipulées régulièrement comme le prix d’une baguette où d’un litre de carburant, la notion d'argent est bien maîtrisée.

C’est également à la portée d’une majorité de nos concitoyens lorsqu'ils négocient le prix d’une voiture ou d’un appartement.

Cela se complique lorsque l’on dépasse le million d’euros. Pour le milliard d’euros et au-delà, le premier réflexe est de dire « c’est beaucoup d’argent » !

Quand la monnaie était encore le franc

En 1980 l... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'Iref-Europe

On pourrait penser que la crise aurait accentué le surendettement des ménages français. Il n’en est pourtant rien puisque les commissions de surendettement ont vu leur activité baisser d’un quart en 2020. Alors que la dette publique gonfle dangereusement, la dette des ménages surendettés diminue de 1,3 milliard d’euros.

La crise du coronavirus qui frappe les économies depuis plus d’un an maintenant engendre des situations parfois catastrophiques. Nombre d’e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles