Salariés ordinaires, faites marcher la mondialisation pour vous !

La mondialisation permet une division internationale du travail, dont les salariés peuvent tirer partie.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
mondialisation

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Salariés ordinaires, faites marcher la mondialisation pour vous !

Publié le 30 janvier 2013
- A +

La mondialisation, souvent décriée et considérée comme défavorable pour le salarié, est en fait une opportunité qu’il faut savoir saisir.

Par J. Sedra

La délocalisation, ce n’est pas forcément supprimer vos emplois d’ici pour les filer à d’autres là-bas, ou l’inverse… ça peut aussi être une formidable opportunité pour vous de vous enrichir des différences, ces moteurs de l’amélioration continue de l’économie. Les opportunités d’import / export entre les pays où les mêmes biens ont des valeurs très différentes, cela peut d’ailleurs aussi s’appliquer… au travail, au capital humain et à la prestation de service. Par exemple si tant d’opérateurs téléphoniques confient à des employés d’autres contrées le soin de répondre aux questions de leurs clients, c’est que ça leur profite bien. Alors, pourquoi pas vous aussi ?

C’est ce qu’a fait « Bob » (faute de connaître son identité réelle), un programmeur vétéran travaillant pour une entreprise d’informatique industrielle américaine: il a délocalisé son travail de programmeur à un prestataire de Shenyang en Chine, lui reversant environ un cinquième de son salaire. Ainsi, de simple employé, Bob est devenu entrepreneur, fondateur et patron d’une entreprise de prestation de service offshore clandestine.

Comme tout ce qu’il lui restait à faire de sa journée, c’était de gérer son propre employé (vérifiant et corrigeant le code produit), il s’est aussi fait « embaucher » par d’autres compagnies, là encore comme programmeur, et a pris d’autres prestataires en plus. C’est la division du travail à l’œuvre: ayant démontré de facto sa compétence comme manager technique, il a pu démultiplier la richesse produite en échange de ses salaires en distribuant cette production sur la capacité de travail de plus encore de personnes au lieu d’une seule – pour le même prix. Et, étant dès lors « son propre patron », il pouvait ajuster son activité comme il le souhaitait, et s’était ainsi ménagé de longues heures de loisir en journée.

J’en parle au passé car l’employeur de Bob a fini, au bout d’un an, par se rendre compte de la manœuvre et a préféré faire appel directement, pour bien moins cher, au propre prestataire de celui qui d’employé était devenu prestataire. C’était un risque à courir, mais nul doute qu’une personne capable de monter ainsi une entreprise à la volée et la faire fonctionner pendant des mois avec succès saura retomber sur ses pattes et saisir d’autres opportunités.

Et puis j’ai hâte qu’on puisse délocaliser nos élus et nos bureaucrates.

 


Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Euh ok… Bon c’est bien de raconter des histoires basé sur des faits en les déformants histoire de porter ses idées mais bon…là c’est franchement grossier.

    « Bob » qui travaillait pour Verizon travaillait sur du code sensible et se connectait aux « repositories » via un vpn. Son employeur ayant remarqué des connections venant de Chine et à commandé un audit de sécurité qui à permis la découverte de la farce.
    Ça a fait les choux gras de la presse, notamment américaine jusqu’à ce que la Française, abonnée à la reprise de dépêches sans analyse en parle.

    Alors sortir des conclusions rapides sans vraiment de fond non merci. Franchement c’est nul.

  • Amusant mais les habits à 10 euro, l’électronique au 10eme du prix et les dizaines de milliers d’articles à prix dérisoire c’est du pouvoir d’achat, c’est de la mondialisation et c’est parfaitement légal.

  • Un peu facile comme argumentation je trouve, parce que au final les entreprises vont directement à la source pour se fournir et c’est ce qui est arrivé, de plus déjà que la plupart des gens (50% des Français) gagnent moins que 1500 euros brut par mois, déjà vu le prix du logement, accepter de laisser une partie de son salaire à un prestataire n’est pas viable ou alors l’employée doit démultiplier les jobs, qui sont aujourd’hui difficile à dégoter à son niveau (pour quelqu’un qui veut gagner le SMIC). En faites l’employée en question n’a pas vraiment pallié au problème de la mondialisation, il a « importé la délocalisation ». Si l’avenir de notre économie c’est finir par tout sous-traité aux Chinois, la DIT ne promet pas vraiment le retour de la croissance.

    L’article n’apporte pas vraiment d’élément de réponse, si je me mets à la place du travailleur lambda, mise à part perdre son job (ou se faire sucrer tour à tour ses avantages), il ne voit pas trop se que lui apporte la mondialisation : on dit souvent les prix, mais quand on regarde sur les 30 dernières années, si il est maintenant rare de voir des femmes au foyers, ce n’est pas pour une soudaine envie de travailler, mais parce que pour la majorité des Français, il est devenu impossible de vivre avec un seul salaire.

    Alors il y a la théorie, mais (et c’est vraiment ce qu’il manque sur ce site) il faut aussi voir comment cela se traduit concrètement dans les faits pour l’économie et les individus, puisque à moins de tomber dans le radicalisme, le principe final d’un modèle (Libéral, Keynesien, Mondialisme, Marxisme,…) reste de favoriser le développement pour avoir une qualité de vie optimal (que cela passe par la liberté, l’accès facilités aux ressources, ou bien par une augmentation du pouvoir d’achat tout aussi bien qu’une diminution du temps de travail au profit du loisirs)

    • @Bloucas

      Ici, le vécu, les faits, la réalité… on aime pas trop, ça dérange les convictions de certains.

      • CITOYEN: « Ici, le vécu, les faits, la réalité…  »

        Les faits c’est que dans exactement le même environnement mondialisé des pays d’Europe s’en sortent parfaitement avec quasi pas de chômage et quasiment pas de dette. ça veut dire que dans les mêmes conditions ces pays bien plus libéraux et démocratique offrent mieux et surtout sont pérenne. (Ne vont pas faire faillite)

        Après 38 ans de déficit continu d’interventionnisme et de distorsion de l’économie (qui fait des gouvernements français les plus mauvais gestionnaire de la planète), certaines mauvaise langue pourraient dire qu’accuser les poney, les juifs ou la mondialisation arrange bien certains mais je suis plutôt partisans en cela du rasoir d’occam: l’imbécilité, l’ignorance et une idéologie moisie sont des explications parfaitement valide.

        • Dans ce cas je vous suis sans aucune gêne, mais c’est domage que vous ne sitiez pas ces fameux pays européens plus libéraux.

          Ce qui ne veux pas dire que ces pays sont effectivement libéraux, la marge est tellement grande !
          Surtout si on prend les critères exposés ici !

          • En Europe, les plus libéraux:
            http://www.heritage.org/index/ranking

            Sont souvent les plus démocratiques:
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9mocratie#Classement_2010.5B2.5D

            Par exemple:
            Suède: 8,1 % de chômage: 32 % de dette, 4eme.
            Suisse 3% de chômage, 30% de dette, 7eme pour la démocratie
            Luxembourg: 5% chômage: 20% de dette, 11eme pour la démocratie

            Note: certains montent aussi haut que la France pour le chômage mais c’est une situation momentanée, hors crise ils tapent dans les 3%-5% (au contraire de la France) n’ont de loin pas un chômage des jeunes aussi dramatique (exception française) –ET– surtout il ne font pas ces bons score à crédit sur le dos de la population et de leurs enfants.

            Vivre dans un château à crédit c’est déjà idiot mais vivre dans la même baraque que les autres ET à crédit c’est de la dernière imbécilité. Ne pas oublier que le niveau de la France est obtenu avec l’apport massif de l’argent des autres et qu’un jour il faudra payer.

            A l’inverse:
            Italie: 83eme pour la liberté économique, Dette à 115%, 31eme pour la démocratie.
            Grèce: LOL même pas la peine. (117eme…)
            France: 62eme pour la liberté, Dette à 90%, 29eme pour la démocratie (Démocratie imparfaite.. « flawed » en anglais)
            etc. etc.

            Des articles sont déjà parus avec des graphiques sur la relation entre liberté et santé des pays. Soit vous les avez manqués soit vous ne les avez « pas vu à l’insu de votre plein gré » 🙂

          • Bonjour CITOYEN, votre lien ne fonctionne pas. C’est quoi votre blog?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Français considèrent parfois la mondialisation comme une menace responsable du chômage. Ce sentiment est renforcé par un discours politique lui faisant porter le poids du déclin économique du pays. En réalité, ce n'est pas la mondialisation en soi qui est la source des problèmes de la France, mais les dysfonctionnements propres de ce pays qui l'empêchent de profiter des effets vertueux de la mondialisation.

 

La défiance des Français vis-à-vis de la mondialisation

Les Français jugent l'ouverture internationale comme la ... Poursuivre la lecture

Avec le pouvoir d’achat, l’écologie et l’immigration, un autre clivage entre les candidats aura été la mondialisation. Marine Le Pen a plaidé le souverainisme français, Emmanuel Macron le souverainisme européen. Mais les réalités de la mondialisation ne se limitent pas au choix du souverainisme. Elles sont en apparence très complexes, et je crois nécessaire de mettre de l’ordre dans les concepts et dans les faits.

Deux types de mondialisation

Je soutiens qu’il existe deux types de mondialisation : une mondialisation politique et une mo... Poursuivre la lecture

localisme
0
Sauvegarder cet article

Par Diego Taboada. Un article de Liber-thé

Lors de la crise du Covid-19, beaucoup de critiques ont été émises sur le système économique actuel. Des appels à la lutte contre la surconsommation, au retour à la nature et à la mise en place d’un système plus local, en opposition à la mondialisation des échanges, se sont fait entendre. L’idéologie du localisme popularisée dans les années 1980 par les mouvements écologistes a ainsi été remise au goût du jour.

Bien que les libéraux soient souvent sceptiques envers ce projet de société ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles