Mathieu Kassovitz quitte la France

Au moment où l'affaire de l'exil fiscal de Depardieu fait grand bruit, Mathieu Kassovitz déclare qu'il veut également quitter la France.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mathieu Kassovitz quitte la France

Publié le 9 janvier 2013
- A +

Au moment où l’affaire de l’exil fiscal de Gérard Depardieu fait grand bruit et en pleine polémique sur le financement du cinéma français, Mathieu Kassovitz, autre acteur-réalisateur emblématique du pays, déclare qu’il veut également quitter la France.

Mathieu Kassovitz quitte la France, mais, bien évidemment, « cela n’a rien de fiscal »…

Dans cet entretien diffusé sur Canal+, le cinéaste et acteur Mathieu Kassovitz explique pourquoi il est « en train de dégager de la France ». Pour des raisons professionnelles, il estime que le cinéma n’est plus libre en France, que le système des subventions l’enferme dans un genre, tout en reconnaissant que « s’il gagnait » 1 M€ par an, il ferait comme Depardieu, il se « barrerait ». Il ajoute qu’il veut bien participer à un élan de solidarité générale, mais pas lorsque le gouvernement ne se maîtrise plus, ne sait plus ce qu’il fait ou ne contrôle plus les dérives de la sécurité sociale. Prenant la défense de Gérard Depardieu, il lui adresse ses « félicitations » pour sa décision d’exil.

Le réalisateur de La Haine porte également un jugement sévère sur le mode de financement du cinéma français qui permet de verser aux acteurs des cachets trop élevés au regard de leur retour sur investissement, de la quantité de travail fourni ou de leur faible niveau de responsabilité. Sur ce dernier point, Mathieu Kassovitz juge anormal que le salaire de beaucoup d’acteurs soit nettement plus élevé que le revenu de grands patrons d’entreprise qui ont en charge la gestion et la responsabilité de milliers d’emplois.

Comme le foot français, le cinéma français est en train d’exporter les vedettes qu’il a contribué à former. Quand nos dirigeants cesseront-ils d’être autistes ? Quand aurons-nous à la tête de notre pays des gens qui feront passer l’intérêt général avant l’idéologie ?

L’interview de Mathieu Kassovitz (démarrez à 9’25″) :

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


Sur le web.

Lire aussi :

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Encore ! Il faut encore d’autres personnalités qui parlent comme ça : « je veux bien faire un effort de solidarité, mais à condition qu’il y ait une logique, que le gouvernement ne fasse pas n’importe quoi ».
    Encore d’autres, comme Mathieu Kassovitz, pas vraiment marqué comme libéral, pour que se décillent les yeux des français.

    Peut-être finalement que cette crise et ce gouvernement qui atteint des sommets d’incohérences et d’incompétences sont une bonne publicité pour les idées libérales.
    Je n’y croyais pas trop avant les présidentielles, mais peut-être ai-je eu tort…

    • jesuisunhommelibre
      11 janvier 2013 at 19 h 19 min

      C’était mon espoir avant les présidentielles, mais j’espère ne pas avoir eu tort !

      Vous avez raison néanmoins. D’autres gouvernements de gauche dans le monde se sont décillés : Suède, Nouvelle-Zélande. Prendront-ils la mesure des réformes à faire avant 2016 ???

      • « Prendront-ils la mesure des réformes à faire avant 2016 ??? »

        Avec la gauche la plus débile et réactionnaire de l’univers, la réponse est clairement non.

  • Merci Mr Kassovitz pour votre franchise.

    Par contre le niveau de ces contradicteurs est pitoyables..

    • son niveau de contradiction reflète simplement les contradictions de la gauche boboïsante « intellectuelle » dont il fait partie… De ce point-de-vue, Kassovitz est un parfait portail des contradictions de la gauche tout court.

  • Cauchemard pour le pays.
    Help !

  • J’ai quitté le « bloc soviétique » dans les années ’80. Donc je peux en parler
    On peut interpréter comme on veut l’exil « fiscal » de quelque uns mais.. c’est un TRES mauvais signe pour la France !!

  • Bref enfin une parole de vérité dans un océan de mensonges dignes de la pravda!En espérant qu’il ne subisse pas ce qu’ont subis les dissidents ex-soviétiques!

    • Mais pour qui a t-il voté Mathieu? Tous ces types de gauche qui ont du fric et qui désormais veulent le mettre à l’abri, ont profité du système et ne disaient rien et maintenant ils le dénoncent. Pitoyable!
      Je comprends mieux Depardieu qui accorde ses pensées à ses actes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici

Comme nous l’avons vu précédemment, les impôts directs sur le capital (tels l’IGF, l’ISF, l’IFI ou les droits de succession) ne pourraient avoir un impact positif sur la croissance économique à long terme que dans la mesure où l’usage qui ... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

Un second rapport du Comité d’évaluation des réformes de la fiscalité du capital a été publié ce 8 octobre pour poursuivre l’analyse des réformes engagées notamment au titre de la transformation de l’ISF en IFI et de l’instauration du Prélèvement forfaitaire unique et libératoire de 30 % -le PFU- sur les revenus du capital mobilier. Ce Comité conclut globalement, et avec prudence bien sûr, que trop d’impôt sur le capital peut aussi tuer le capital et coûter à l’État.

La baisse d... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

Cet article a été publié en mai 2018.

Certes, la politique fiscale du gouvernement est plus qu’ambiguë. Plus d’une dizaine de nouvelles taxes et les coûts de mise en œuvre de la retenue à la source renchérissent la charge que supportent les contribuables. L’exonération partielle de la taxe d’habitation relève de l’arbitraire fiscal. Bien sûr, les déclarations fiscales sont toujours plus complexes et ceux qui déclarent l’IFI ne le démentiront pas.

Mais l’annonce par Emm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles