Comme pour la presse, la subvention a massacré le cinéma français

Publié Par h16, le dans Édito

Catastrophe dans le milieu très feutré du cinéma : un producteur, Vincent Maraval, a vendu la mèche ! Il a dit tout haut ce que le public français se dit tout bas depuis un moment : le cinéma français produit une quantité invraisemblable de merdes soporifiques et distribue pourtant des cachets stratosphériques à des acteurs en récompense d’une prestation rarement à la hauteur. Et en plus, ce Vincent a trouvé le moyen de l’écrire dans Le Monde, l’inconscient !

C’est un article d’une telle lucidité, d’une si simple franchise, qu’il ne pouvait que déclencher une furieuse polémique dans un milieu où l’hypocrisie et les coups en douce sont plutôt la règle que l’exception. En substance, Maraval nous y explique que les budgets des productions françaises sont sans équivalent dans le monde, puisque, par exemple, un film comme Astérix, à 60 millions d’euros, a le même budget qu’un film de Tim Burton … et cible pourtant un public bien plus restreint. D’un autre côté, il remarque que ces cachets, dont la source est largement issue de la poche du contribuable, sont d’autant plus hauts que ceux qui les reçoivent sont à même de faire de l’audience en télévision, elle même abreuvée de subventions :

Non, le seul scandale, le voilà : les acteurs français sont riches de l’argent public et du système qui protège l’exception culturelle.

Argh, il l’a dit : le cinéma français est encore bien grassouillet des subventions directes (chaînes publiques, avances sur recettes, aides régionales) et des subventions indirectes (l’obligation d’investissement des chaînes privées), ce qui fausse complètement le marché, notamment celui des cachets, et par voie de conséquence, les budgets des productions françaises. Pire, l’obligation légale pour les chaînes de télé de passer des films français aboutit à gonfler artificiellement la valeur d’un acteur : sans cette obligation, les séries à bas coût et autres productions kilométriques consternantes auraient réduit à néant les cases « Cinéma » des chaînes de télévision.

Et après avoir lâché un tel loup, l’auteur continue l’impensable en proposant une solution opérationnelle (insuffisante mais c’est un début) pour revenir à un système selon lui plus viable et plus sain : limiter les cachets, et intéresser les acteurs au succès du film, choses qui semblent actuellement hors d’atteinte pour la plupart des professionnels du secteur, si l’on lit leurs réactions ulcérées. Eh oui, l’écarquillement d’yeux des lecteurs du Monde, bousculés par le contraste de cet article avec le ronron lénifiant auquel ils sont habitués, a fait place à celui des principaux concernés : intermittents, acteurs et surtout producteurs.

Cinema - And now, young jedi, ...

Et comme on pouvait s’y attendre, ce sont les patrons des principaux distributeurs automatiques de bons points dans le milieu du cinéma français qui sont intervenus en premier. C’est ainsi le cas de Jérôme Clément, ancien président du CNC, le centre national de la cinématographie, et d’Arte. Arte, cette chaîne franco-germano-française, massivement subventionnée par l’État (et donc les sous du contribuable) et le CNC, cet établissement public à caractère administratif français, en prise directe avec le cathéter d’argent public qu’il tête goulûment depuis 1946. On comprendra avec un tel passif que le brave Jérôme a perdu toute prétention à la neutralité dans le débat, ce qui se vérifie assez bien dans son petit prout épistolaire dans lequel il tente de nous faire rire :

Est-ce de l’argent public ? Non. Est-ce rentable ? Oui : les multiples diffusions de ces mêmes films permettent aux régies publicitaires d’engranger de sérieuses rentrées financières.

Joli travestissement d’une réalité moins tranchée. Si, effectivement, une partie du financement des films français provient de chaînes de télévisions privées, une autre partie, absolument pas négligeable, provient elle des taxes sur les billets de cinéma, de la redevance, et de façon plus subtile, de l’obligation légale de diffuser sur les ondes de la bonne daube française coûte que coûte. Et si tout ceci était rentable, si cela entraînait des profits, personne n’y trouverait à redire, ce que la polémique enclenchée semble contredire avec pas mal de vigueur.

Du reste, on est ici dans le même cas que d’autres domaines perclus d’obligations, de distorsions de marché et d’effets pervers à foison (marché du travail, de l’immobilier, bancaire, etc.) et la comparaison avec les marchés étrangers n’est vraiment pas flatteuse pour la France. Comparaison que tente pourtant de renverser notre brave Jérôme, avec un magnifique salto arrière carpé et gamelle finale assez retentissante :

Non, on ne peut pas comparer la rémunération d’un acteur français et celle d’un acteur américain, (ce serait) aussi bizarre que de mettre en parallèle le salaire de deux chirurgiens, l’un français et l’autre chinois, sous prétexte que tous deux exercent le même métier.

Tu la vois, ma grosse comparaison foireuse pour faire passer mon discours ? Ou bien les Américains sont les Chinois du cinéma, ou bien ce sont les Français, ce qui est, dans un cas comme dans l’autre, particulièrement ridicule puisque dans le premier cas, les résultats des blockbusters américains montrent que leur méthode semble bien plus efficace que la nôtre. Et dans le second, cela tend à prouver que malgré des investissement plus importants que les Américains, les Français ne parviennent à produire qu’un film valable sur 200 par an, ce qui est catastrophique…

La France, et c’est un atout majeur, reste une terre privilégiée pour les cinéastes français et étrangers.

Eh bien à vrai dire, avec les océans de pognon frais qu’on déverse tous les ans dans le système (celui de la production cinématographique, celui des intermittents du spectacle, des promotions culturelles à tire-larigot, etc.) ce serait un comble si en plus la France n’arrivait pas tout juste à produire une fois de temps en temps un acteur oscarisable. Notons du reste que c’est suffisamment rare pour que toute la presse s’empare du phénomène quand il advient : en gros, avec Cotillard et Dujardin, on a déjà balayé 50% des oscarisés français ! Pour le contribuable (parfois spectateur qui doit en plus payer sa place 10€ à chaque séance), cela fait cher la statuette dorée.

Bref, le gars Clément ne veut surtout pas entendre parler de la triste réalité : pour plus de 200 films produits par an en France, très peu sont rentables (3 seulement en 2010 par exemple), ils s’exportent très mal, les stars y sont trop payées et le système, s’il continue ainsi, court à sa perte : lorsqu’il faut 30 à 50% d’argent public pour faire un film, quand ce n’est pas plus, et que cet argent-là disparaît, soit les prétentions sont fortement revues à la baisse, soit la production n’a tout simplement pas lieu.

Dans les autres réactions, on pourra noter celle de Serge Toubiana, le DG de la Cinémathèque française. Pour rappel, cette Cinémathèque française est un organisme privé français (association « loi 1901″) qui est – ô divine surprise – en grande partie financé par l’État. De l’argent public en somme. Vos sous, quoi. Pas ceux des spectateurs et des clients. Tout comme pour le brave Jérôme, je suis à nouveau tout surpris : un type qui dépend crucialement de l’argent des autres vient à la rescousse d’un système qui fait les fonds de poches du contribuable.

Et lorsqu’on lit son billet, on comprend qu’en réalité, bien avant de réfléchir sur la durabilité douteuse du système français, l’ami Serge veut surtout sauver ses miches :

Comment, par exemple, faire enfin approuver par Bruxelles le fait de taxer les fournisseurs d’accès, dont la contribution au financement du cinéma est un élément stratégique aujourd’hui ?

Lisez-vous la terreur à peine voilée qui se cache derrière ces mots écrits la sueur au front ? Si jamais (par le plus grand, le plus abominable des malheurs) la Commission venait à lire l’atroce article de Maraval, c’en serait fini de ses rêves humides d’aller choper les portefeuilles joufflus des internautes pour le moment presqu’inaccessibles ! Comprenez-vous que tous ces édifices publics (ministère de la Culture, CNC, Cinémathèque) ne se sont en réalité jamais confrontés aux vrais choix du public, ceux dans lesquels il est prêt à mettre son argent ? Voyez-vous qu’il est bien plus aisé d’aller téter de la subvention en léchant les bottes de quelques puissants peu nombreux mais bien placés plutôt que plaire à des millions ?

Lorsque la rédaction du Monde a repris ses esprits, plusieurs jours après la parution de l’article initial, le mal était fait et la polémique déjà virulente. Un petit article de leur cru permet de faire un rapide état des lieux.

On y découvre que les producteurs égratignés par Maraval n’ont pas franchement apprécié (non, sans blague ?), à l’instar de Manuel Munz, qui nous a infligé La Vérité si je mens 3. Mais bon, rassurez-vous, la petite mine froissée de Munz ne durera pas puisqu’il reconnaît que ses acteurs et lui-même n’ont jamais gagné autant d’argent qu’avec ce film alors même que, dixit Le Monde, « ses résultats en salles ont déçu »… Si Maraval explique que ses résultats (financiers, donc) sont mauvais, cela donne une assez bonne idée de la gabegie qui a pu avoir lieu dans cette production qui aura attiré plus de 4,5 millions de spectateurs, nombre qui aurait assuré de juteux bénéfices à n’importe quelle production il y a quelques décennies.

Notons que d’autres réalisateurs, confrontés eux aussi aux mêmes réalités que Maraval, le rejoignent sans mal, comme Bertrand Bonello qui se demande ainsi :

Vincent Maraval a raison de dire que le cinéma français est trop cher. Pourquoi les Américains font-ils des films de dingue à 2 millions d’euros, alors que nous, on fait l’équivalent pour 4 millions d’euros, et en plus ça ne se voit pas ?

Eh oui, Bertrand, excellente question. Peut-être est-ce parce que, sur les 4 millions, une bonne partie a été récupérée sans efforts et sans risque sur le dos des contribuables et qu’elle peut donc être dépensée sans aucune difficulté en champagne et cachets surgonflés ? Et sans doute est-ce aussi parce que sur ces 4 millions, au moins deux seront repartis bien vite en taxes, cotisations et impôts qui, il faut bien le dire, impressionnent bien plus les ronds-de-cuir de Bercy que la pellicule photo : le fric largué au fisc ne transparaît jamais dans la qualité des décors, de la musique ou des effets spéciaux d’un film français.

L’aveuglante réalité qui ne plaît pas dans ce qu’a écrit Maraval, et qui n’est d’ailleurs pas mis en doute (ou contestée avec mollesse ou mauvaise foi), c’est que le cinéma français vit dans une parfaite bulle, détachée de la réalité. Cette bulle, affublée du nom d’« exception culturelle française », c’est justement qu’on arrive encore à produire 200 films de merde par an (pardon, 198) en pillant le contribuable, d’une façon ou d’une autre. Si ce dernier n’était pas mis lourdement à contribution, le nombre de film produits serait divisé par deux ou trois. Si le marché n’était pas ainsi déformé, nous reviendrions comme dans les années 1950 et 60, à cette époque où les productions françaises attiraient par leur qualité intrinsèque et qui font qu’on les regarde encore aujourd’hui avec plaisir. Les dernières productions franchouilles dont se gargarisent les petits thuriféraires de la subvention (Holy Motors, Après Mai, Camille redouble par exemple) et dont personne n’a entendu parler dès qu’on s’écarte un tout petit peu du milieu franco-français du cinéma, qui ne laisseront aucune trace dans la mémoire de personne, ces productions sont l’exemple type de cette « exception culturelle française » pourrie : on a soit des grosses productions consternantes de médiocrité (avec 1 ou 2 exceptions par an, ratio ridicule lié au hasard), soit des micro-productions chiantes comme la pluie à Dunkerque un mardi midi de février. Il n’y a plus rien au milieu.

La suite, pour ce milieu du cinéma français qui refuse de voir la réalité en face, est déjà en train de s’écrire. D’ailleurs, le sujet a été pris au bond par l’excuse fadasse qui sert de Ministre de la culture pour proposer une bonne correction fiscale dans la tête des acteurs. Voilà qui va les inciter encore plus à rester au pays ! Décidément, la stupidité des socialistes ne connaît aucune limite. Et le résultat sera facile à deviner puisqu’il suffit de suivre le chemin tracé par l’industrie musicale : replié sur lui-même, se battant pour un statu-quo poussiéreux, le cinéma français périclitera, définitivement mis à terre à coup de subventions et de fiscalité débridée, comme tant d’autres secteurs.

Cinéma : the end ?
—-
Sur le web

Laisser un commentaire

  1. Philippe_Murray_Rothbard

    Bravo pour cet article qui a le don de rappeler certaines choses de bon sens, notamment le fait qu’on se souci moins de l’argent des autres que de celui que l’on a durement acquis. Cela se vérifie bizarrement dans tout les secteurs.

    Malheureusement les parasites de ce système s’accrochent à leur rocher tels des turbos pris en pleine tempête et vantent la pseudo « diversité » et « productivité » du cinéma français à qui veut l’entendre. Alors que les faits sont pourtant là : le cinéma français est dans son ensemble médiocre, nous vend de la marmelade pseudo intellectuelle pour vieux bobo n’ayant rien à envier aux téléfilms de France TV, dont la majorité du public se fout et préfère largement, à raison, d’autres types de productions indépendantes ou des blockbusters d’excellente qualité, produits sous d’autres cieux.

    1.  » marmelade pseudo intellectuelle pour vieux bobo  »

      Même pas .
      C’est faire injure aux « vieux bobos » (ou sous-estimer gravement leur niveau culturel) que de laisser croire qu’ils apprécient les films français actuels.
      Ils sont autant consternés que vous, de supporter dans les couloirs du métro de grandes affiches avec la tête d’abruti de Jean Pierre Bacri.

  2. A propos, une chose tout à fait étonnante est de voir la trace laissée dans les esprits par un film comme la Grande Vadrouille: en GB, en Russie, en Chine (!), et même en Australie où un type l’a vu à sa sortie, et plus jamais depuis, et s’en rappelle encore comme si c’était hier :

    http://www.imdb.com/title/tt0060474/reviews

    Je doute qu’un film français de la production actuelle aura tant marqué les gens d’ici 30-40 ans. On verra.

  3. Attention, H16, la subvention (privée comme publique) à l’artistique est inscrite dans les gènes de l’économie de l’art.

    Sur longue période, l’art ne peut s’autofinancer. Ca s’appelle la loi de Baumol. Je vous laisse la relire.

    1. h16h16 Auteur de l’article

      La subvention privée ne me regarde pas. C’est d’ailleurs la seule qui vaille tant elle a laissé de pièces historiques et mémorables. L’autre n’en est qu’une perversion qui produit des cancers.

    2. La différence, c’est que l’argent de celui qui distribue une subvention privée est le sien.
      C’est une loi immuable: jouer avec l’argent des autres est toujours à la racines des catastrophes…

    3. En général, pas de subvention privée sans implication de la puissance publique (exonérations, lois spécifiques, en particulier. C’est pour cela que je cite les deux en même temps car elles sont liées.

      Aux US, la politique culturelle (eh oui, il y en a une) passe par là. La domination de Hollywood s’explique aussi par les importants crédits d’impôt accordés à la profession en Californie et par le lobbying constant auprès des autorités d’Etat et fédérales pour maintenir divers privilèges.

      Avant le 19e, en Europe, c’était déjà très souvent l’argent public (=les nobles) qui subventionnaient les arts, pour le meilleur et le pire.

      h16, vu la tonalité monomaniaque de votre réponse, vous n’avez probablement toujours rien lu au sujet de la loi de Baumol, petit canaillou.

    4. Subventions d’accord et heureusement oui . Mais à qui profite -t-elle le plus..là est le hic. Et je dis ca je suis moi meme acteur.

      1. A qui peut bien profiter des budgets si gras ? Aux acteurs et aux producteurs. Mais les chaines télé desquelles proviennent 30% du budget s’y complaisent. Etonnant, non ?

  4. On a quand même de beau film, pas forcément intellectuel, mais sur le plan de la comédie on est suffisamment servi, après tout dépends des goûts et des couleurs, mais les acteurs ne prennent pas conscience qu’ils sont payé avec l’argent public, il font un métier qui leur plait et ils ont raison, mais au lieu de nous attaquer aux acteurs tournons nous plutôt vers le système qui à conduit à cela.