Pascal Cherki a-t-il encore sa place au Parti Socialiste ?

Pascal Cherki, député de Paris et maire du 14e arrondissement, devrait prendre sa carte au PCF plutôt qu’au Parti Socialiste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2291 Cherki

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pascal Cherki a-t-il encore sa place au Parti Socialiste ?

Publié le 3 janvier 2013
- A +

Pascal Cherki, député de Paris et maire du 14e arrondissement, devrait prendre sa carte au PCF plutôt qu’au Parti Socialiste.

Par la rédaction de Contrepoints.

Inscrit depuis longtemps à l’extrême gauche du Parti Socialiste, le député de Paris et maire du 14e arrondissement Pascal Cherki cumule les dérapages ces derniers temps. A-t-il encore sa place au PS ou plutôt au PCF ou au Parti de Gauche ? La question mérite d’être posée au vu des derniers propos tenus par l’homme politique sur Twitter.

Dernier en date, Pascal Cherki a, dans ses vœux publiés sur Twitter le 2 janvier, insulté les organisations patronales et les exilés fiscaux qui ont osé quitter l’enfer fiscal français :

Le conseiller de Paris (Modem) Jean-François Martin a réagi sévèrement : « De la part d’un élu, d’un maire et d’un député, ce message est tout simplement affligeant et inacceptable. » Les réactions des internautes sont également unanimes pour condamner les propos de l’édile local, y compris à gauche.

Certains manient l’arme de l’humour pour critiquer le député et ses propos outranciers :

Le seul internaute à le défendre, socialiste, refuse de le défendre sur le fond :

Appelant de ses vœux une révolution (prolétarienne ?), le même Pascal Cherki comparait peu avant Laurence Parisot à une aristocrate, on suppose déconnectée de la réalité des « vrais gens ». Une comparaison qui fera rire jaune chez les victimes de la politique fiscale idéologique et aveugle menée actuellement, qui tue en particulier les entrepreneurs et les créateurs et fait fuir les talents. Sans grande surprise, le même Pascal Cherki soutient régulièrement le polémique Yann Galut, député qui voulait quant à lui déchoir de sa nationalité Gérard Depardieu qui a choisi de s’installer en Belgique pour ne pas payer 85% de son revenu en impôts.

Jamais en manque de cause douteuse, Pascal Cherki s’affiche enfin comme grand défenseur du « démocrate » Hugo Chavez et comme anticapitaliste :

Monsieur Cherki, vous qui êtes si prompt à condamner les autres, pourquoi n’assumez-vous pas enfin vos idées d’extrême gauche au lieu de venir à la soupe au Parti Socialiste uniquement pour être élu ? Jean-Luc Mélenchon a quitté à raison le Parti Socialiste, faites-en de même !

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Aaah et on retrouve aussi Mister Galut himself au milieu de ces brillantes saillies !

  • « Gérard Depardieu qui a choisi de s’installer en Suisse pour ne pas payer 85% de son revenu en impôts. »
    Il me semble que c’est en Belgique que Gégé a élu domicile.

    >> Contrepoints : Oops, effectivement. C’est corrigé, merci.

    SInon très bon article qui montre par l’exemple le nivellement par le bas de nos chers politiciens, au fur et à mesure qu’ils voient couler le navire.

  • dire que ce pauvre type nous coûte pratiquement 30 000 Euros par mois tous avantages compris (ou peut être pas) qu’il essaye de montrer ce qu’il vaut en montant une entreprise sans aide d’état bien sûr !!

  • Que ce pauvre type nous rende notre argent avec lequel il vit !!! Argent sale issu du capitalisme !!!

  • Berk …De plus en plus écœurant!Je crois qu’un vent mauvais et nauséabond se lève et il n’est pas près de se coucher!Sauf si nous revenons au vrai libéralisme!

  • La vraie question c’est: ce type a-t’il encore une place quelque part?

  • Paris 14ème = arrondissement divisé en 2 :
    – nord-ouest : pauvre, une sorte de mini 17ème : très dégradé, mauvaise carte scolaire, prix de l’immobilier extrêmement bas
    – sud-ouest : très riche, quartier hyper bobo, très bonne carte scolaire, prix de l’immobilier très haut (moins que le 5ème quand même!)

    Les pauvres votent à gauche, les bobo votent à gauche.

    La mairie du 14ème organise des réunion à la gloire de Cuba, avec l’ambassadeur de Cuba en invité d’honneur. J’y suis allé, c’est débectant à souhait.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est ballot, mais c’est ainsi. Les artisans de la réforme constitutionnelle au Chili, des activistes de gauche, parmi lesquels le jeune président du pays, Gabriel Boric, animés par un agenda d’un politiquement correct rarement atteint auparavant, avaient totalement oublié la majorité silencieuse.

Concentrés sur leurs ambitions d’un renouveau social et politique radical incluant la suppression du Sénat - l’assemblée la plus respectée des Chiliens - et l’annonce d’un État désormais « plurinational », respectant la parité des genres, l’é... Poursuivre la lecture

La rentrée 2022 est véritablement cauchemardesque.

On rentre à peine de vacances, on ouvre les yeux en tremblant, et bim, l’inflation que le ministre de l’Économie Bruno Le Maire ou la présidente de la BCE Christine Lagarde nous décrivaient au début du printemps comme un petit désagrément technique temporaire uniquement attribuable à la reprise post-covid puis à la guerre russe en Ukraine n’a pas eu le bon goût de s’assécher au soleil de l’été.

Tout au contraire, elle est toujours là, plus vigoureuse que jamais – 8,9 % en zone e... Poursuivre la lecture

nupes
0
Sauvegarder cet article

Le régime est-il enfin en voie de reparlementarisation ? Avec une Assemblée élue au scrutin majoritaire mais qui donne l’image d’une élection à la proportionnelle, l’absence de majorité absolue du parti présidentiel a sonné comme un coup de tonnerre. Le Rassemblement national sort en position de force en parvenant à faire entrer un nombre de députés inimaginable pour une élection au scrutin majoritaire. Pourtant, c’est désormais vers Les Républicains que tous les regards se tournent. Après 10 ans dans l’opposition, la droite républicaine se r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles