Comment définir un syndicat ?

L’affaire qui oppose la CGT au « Syndicat anti-précarité » est l’occasion de rappeler le contenu étroit que le droit positif attribue à la notion de syndicat.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
droit du travail

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment définir un syndicat ?

Publié le 9 décembre 2012
- A +

L’affaire qui oppose la CGT au « Syndicat anti-précarité » est l’occasion de rappeler le contenu étroit que le droit positif attribue à la notion de syndicat.

Par Roseline Letteron.

La décision rendue par la Chambre sociale de la Cour de cassation le 15 novembre 2012 vient rappeler le contenu étroit que le droit positif attribue à la notion de syndicat. La CGT est à l’origine du recours, demandant l’annulation de la candidature du « Syndicat anti-précarité » (SAP) à une consultation organisée dans le but de mesurer l’audience syndicale dans les très petites entreprises (TPE). Il s’agit en fait d’élections régionales, dans lesquelles les salariés des entreprises de moins de onze salariés désignent les syndicats susceptibles de négocier en leur nom des accords collectifs de travail. Les candidats ne sont donc pas des individus mais uniquement des organisations syndicales.

Dans l’affaire soumise à la Cour de cassation, la CGT a obtenu du tribunal de grande instance, puis de la Cour d’appel de Paris, l’annulation de la candidature du Syndicat anti précarité, et c’est ce dernier qui fait un recours devant la Chambre sociale de la Cour de cassation. Le débat porte sur la notion même de syndicat, qui figure dans l’article L 2131-1 du code du travail. Aux termes de ce texte, les syndicats professionnels « ont exclusivement pour objet l’étude et la défense des droits ainsi que des intérêts matériels et moraux, tant collectifs qu’individuels, des personnes mentionnées dans leurs statuts« . De cette formulation, la Cour de cassation déduit que le SAP ne répond pas à cette définition du syndicat.

Un syndicat ou une entreprise de conseil juridique ?

Le SAP présente en effet quelques particularités très visibles à la lecture de ses statuts. D’une part, il annonce lui-même privilégier l’action juridique et se donner pour mission essentielle de protéger ses adhérents devant les tribunaux. À cette fin, est constitué en son sein un service capable « de rivaliser avec les meilleurs services juridiques patronaux ou les cabinets d’avocats« . D’autre part, il reconnaît dans ses statuts que ses ressources ne proviennent pas exclusivement des cotisations de ses membres, mais aussi des « participations financières » demandées aux adhérents et aux non adhérents pour l’étude et le suivi de leur dossier juridique. Autrement dit, le SAP joue un rôle de conseil juridique qui s’adresse à tous, et il perçoit des honoraires à ce titre.

Le premier point pourrait être discuté. S’il est vrai que le SAP déclare privilégier l’action juridique, et plus particulièrement les recours individuels, la modification de ses statuts, intervenue en janvier 2012, affirme aussi sa volonté de « présenter des candidats aux élections professionnelle et prud’hommales, de défendre les conventions collectives (…) », tâches qui sont celles d’un syndicat ordinaire. Mais c’est sans doute le second point qui emporte la conviction de la Chambre Sociale. La modification de janvier 2012 ne remet pas en cause les ressources du groupement, et notamment ces participations financières qui peuvent être demandées à tous. Considéré sous cet angle, le SAP se présente comme une organisation qui se positionne sur le marché du conseil juridique, qui se donne pour mission de défendre ses clients, quels qu’ils soient, adhérents ou non.

La défense des adhérents

En refusant au SAP de se présenter aux élections professionnelles ouvertes aux salariés des TPE, la Cour de Cassation affirme une nouvelle fois que le syndicat se définit par le caractère exclusif de son objet, limité à la défense de ses adhérents.

Dans un arrêt du 10 avril 1998, la Chambre mixte de la Cour de cassation avait déjà admis une demande de dissolution formulée par une organisation concurrente contre un syndicat de policiers, présenté comme « l’instrument d’un parti politique« . Dans cette affaire dite du Front National de la police, la Cour de Cassation a cependant fait observer qu’aucune règle juridique n’interdit à un syndicat de poursuivre certains buts professionnels, par référence au programme d’un parti politique. En revanche, le fait de prôner « des distinctions fondées sur la race, la couleur, l’ascendance, l’origine nationale ou ethnique« , s’analyse comme une violation du principe de non-discrimination et constitue donc un but illicite, qui justifie la demande de dissolution.

Le juge a ainsi pour mission de contrôler l’exercice loyal du droit syndical, et la conformité des statuts de l’organisation à l’ordre public. On souhaiterait que le juge soit un jour saisi du système de « Closed Shop » qui existe au Syndicat du Livre ou à celui des dockers. Dans ces deux cas en effet, le pluralisme syndical n’existe pas, et l’embauche est conditionnée par l’appartenance au syndicat unique, lui même adhérent à la CGT. Mais il ne fait aucun doute que la CGT, si vertueuse lorsqu’il s’agit de protéger les salariés des TPE, va certainement annoncer qu’elle renonce à ce monopole syndical d’un autre âge.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Closed shop?Comme avant Maggie?There ‘s no alternative?

  • Pour info, (article de Ouest-France)
     » la CGT a saisi le tribunal d’instance de Rennes dans l’espoir d’empêcher le syndicat des travailleurs bretons (Sindikad labourerien Breizh) de présenter des candidats lors des élections professionnelles dans les très petites entreprises (TPE), des élections qui se dérouleront du 28 novembre au 12 décembre.

    Au pays de la « liberté et de l’égalité », cette charge contre le pluralisme syndical peut paraître assez singulière. Ses motivations ne le sont pas moins. La CGT reproche au SLB de « souhaiter l’autodétermination des peuples, de vouloir normaliser l’usage du breton et du gallo. Bref, de prôner une libanisation ou une balkanisation contraires aux valeurs de notre République indivisible ». Plus cocasse encore, la CGT conteste au petit SLB (200 adhérents) la qualité même de syndicat, considérant qu’il s’agit d’un parti politique. Il est vrai que tout au long de son histoire, la CGT a été intraitable sur la séparation du syndical et du politique.. ».
    La CGT a été déboutée et condamnée à verser 800 euros au SLB.

  • Le syndicat était un garde fou de l’industrialisation massive de réarmement, mais ceci dit c’est aussi dans un but d’avoir une société plus stable et moins en guerre.

    Aujourd’hui que reste-t-il ? on achète un missile au coin de la rue, on investis à l’autre bout du monde les economies de nos voisins, on joue de leurs avenir comme au casino et on s’étonne de voir des banques payer des pénalités monstrueuses, sans que ces même bamques ne toussent.

    Décidément c’est le monde à l’envers.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la décision du gouvernement de remonter de 20 TWh l’Accès Régulé à l'Électricité Nucléaire Historique au profit de ses concurrents directs, l’État privera EDF de 8 milliards de recettes qui viennent s'ajouter aux 14 milliards qu'il a déjà mis sur la table depuis septembre pour rendre presqu’indolore l’accroissement des prix de l’énergie devenus fous depuis l’été 2021. Générosité envers les plus démunis affirmeront les uns, câlinerie électorale à trois mois de la présidentielle chuchoteront les autres. Le « quoi qu’il en coûte » ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Par Alain Mathieu.

Jean-Pierre Farandou, le pdg de la SNCF a déclaré : « C’est le moment de réinventer le modèle TGV. »

La situation de la SNCF n’est pas brillante : des grèves à répétition, 14 milliards d'euros par an de subventions payées par les contribuables, une dette gigantesque, dont 63 % repris par les contribuables (soit 2200 euros pour chaque contribuable à l’impôt sur le revenu), des retards fréquents, des TER remplis à 25 %, etc.

Pourquoi Jean-Pierre Farandou ne réinventerait-il pas la SNCF, en s’inspirant de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles