Hervé Morin, la voix libérale au sein de l’UDI ?

Réélu président du Nouveau Centre ce week-end, Hervé Morin a entonné un discours aux accents libéraux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
herve-morin

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hervé Morin, la voix libérale au sein de l’UDI ?

Publié le 4 décembre 2012
- A +

Réélu président du Nouveau Centre ce week-end, Hervé Morin a entonné un discours aux accents libéraux.

Par le Parisien libéral.

À l’occasion du Congrès de Valence qui s’est tenu ce 2 décembre 2012, Hervé Morin a été réélu président du Nouveau Centre. Il semble qu’il entend jouer au sein de l’UDI la partition libérale que le Parti Républicain a joué au sein de l’UDF, le parti de centre droit, durant les années 80, si l’on s’en tient à son discours dont on peut extraire six phrases clefs :

Nous sommes drogués à l’État, perfusés à l’allocation, intoxiqués à la réglementation.

Méfions-nous de ce qui a été souvent le péché mignon des centristes : la tiédeur, la demi-mesure, le consensus poussé à l’extrême.

Le Nouveau Centre a toujours revendiqué d’être le parti des libertés […] libertés économiques mais aussi le parti d’une société décentralisée.

Quand est-ce que l’État nous foutra un peu la paix et nous fera un peu plus confiance ?

Entre l’égalité et la liberté je choisis la liberté. Oui je choisis la liberté, tellement elle a reculé dans notre pays, tellement elle a été rongée jours après jours.

Nos compatriotes souffrent de cette société de la contrainte sans pour autant avoir le sentiment d’être protégé comme il faut.

Un discours assez clair que ne renieront pas la plupart des libéraux du Parti Libéral Démocrate, mais aussi les centristes, qui ne se reconnaissent ni dans le socialisme de la gauche (du PS au front de gauche), ni dans le social-clientélisme de droite (la plupart des membres de l’UMP et le front national).

Reste à déterminer comment l’UDI et ses composantes (Nouveau Centre, Alternative Libérale, Parti Radical, CNIP et certains Modem) trouveront leur autonomie et amèneront leurs idées centristes, fédéralistes européennes, libérales et démocrates devant les électeurs en 2014. La proposition de loi sur la reconnaissance du vote blanc, adoptée il y a deux semaines sur proposition du groupe UDI à l’Assemblée Nationale (Jean-Louis Borloo, Hervé Morin, Jean-Christophe Fromantin, Charles de Courson…) donne une idée intéressante de la façon dont tous ces centristes peuvent travailler ensemble. Mais l’UDF et les années 80 sont loin. L’UDI et les libéraux doivent avoir de nouveau chevaux de bataille, tels que l’open data, la carte d’identité biométrique (le fichage des gens honnêtes), le soutien public d’entreprises privées… Les causes contre l’ultra-étatisme ne manquent pas, et il faudra plus que des (bons) discours pour sortir la France de son carcan ultra socialiste.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Le discours est pas mal. La réalité du terrain en sera-t-elle de même?

  • Je suis déçu. Morin est un opportuniste, un carriériste, un cumulard. Reprenez Dutronc et sa veste.

  • Borloo a soutenu la nationalisation de Mittal, il n’aura jamais mon vote.

    • Le mien non plus. Mais là c’est Morin.
      A l’heure où tout le monde veut lutter contre l’ultra-libéralisme, c’est intéressant d’entre quelqu’un parler de liberté comme cela.

  • Le FN, parti du territorialisme de l’économie et de la matérialité des échanges et des rapports interpersonnels, ne me semble pas vraiment être du même bord que l’UMP qui reconnait le tiers, l’organisation collective et finalement la possibilité de s’abstraire un peu de la matérialité par l’entreprise et une stratification hiérarchique. Le clientélisme ne prend ainsi pas la même forme, puisqu’il y a une dépendance importante du côté du FN (pas totalement, c’est un peu plus évolué que la mafia) en ce qui concerne la prise en charge des contingences.
    Enfin voilà, je réagissais juste sur ça.

  • « fédéralistes européennes, libérales et démocrates »
    Il y a une comme une contradiction dans les termes.

    • Pour un parti libertarien français ! Pour un vrai état minimal, une constitution digne de ce nom et anti-UE supranationale et fédérale. Je veux mon Nigel Farage français 🙁 Un mouvement se lance peu à peu :
      https://www.facebook.com/LesLibertariens

      L’UDI c’est ce pseudo-liberalisme français européiste, une arnaque totale. Tout ce qu’il ferait c’est finir de donner nos pouvoirs à Bruxelles, faire un Etat Européen Centralisé et Fédéralisé et baisser quelques impôts (et encore, faudra bien qu’on paye pour les pays du sud et de l’Est).

  • Depuis quant Morin est un libéral. ?

  • Il es tout de même regrettable qu’à chaque fois qu’un petit bout de libéralisme semble percer dans un parti politique Français quel qu’il soit, il n’y a jamais personne qui souhaite lui donner la moindre once de chance. Si nous voulons exister dans un pays où le discours libéral est tellement massacré, détourné et marginalisé, est-ce uniquement à coup de Tweet, de pages Facebook que nous tenterons d’exister ?

  • S’il vous plait, pas Morin !
    Ce gars a le charisme d’une moule, il n’appelle absolument pas à être suivi. C’est un opportuniste qui ne formera jamais l’adhésion du peuple.

    Je meurs d’envie qu’un homme politique porte enfin les couleurs libérales (les vraies), mais bon dieu, pas lui !

    • Le libéralisme est-il compatible avec l’idée d’homme providentiel et de guignolade médiatique ?

      • Hélas oui c’est bien un paradoxe qu’il faut assimilé. Nous les libéraux nous devrions être les meilleurs en organisations, nous devons avoir une bonne stratégie managérial, et autant dans une entreprise qu’en politique il doit y avoir un chef aux idées claires et charismatique pour voir émergé un succès.

  • La campagne électorale étant devenue permanente dans ce pays, je vous propose comme maxime du jour :
    « On ne ment jamais tant qu’avant les élections, pendant la guerre et après la chasse. » Clémenceau
    Pour reconquérir mon vote va falloir mettre le paquet…

  • Quat aux convictions personnelles des uns et des autres, c’est un mix entre « Qui veut gagner des millions? » et « Je veux passer à la télé!!! »… Bref, qu’ils s’entretuent tous ça nous fera ça de moins à payer en salaires, frais de bouche, d’habit, de route, etc etc…
    Tiens je vais me boire une bière…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pascal Salin.

Le projet élaboré par Les Républicains et l'UDI pour les prochaines élections législatives a été récemment publié. Il est satisfaisant de constater que la droite et le centre ne sont pas prêts à donner un chèque en blanc à Emmanuel Macron, mais qu'ils sont prêts à jouer un rôle d'opposants afin de "proposer un vraie alternance".

Il est certain qu'il y a un besoin urgent de véritable alternance – mais surtout de véritable changement de politique économique – après des décennies de socialisme de gauche ou de droi... Poursuivre la lecture

Jean-Louis Borloo
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Latiberle.

Quelle que soit l'opinion de chacun sur le personnage, il faut admettre que Jean-Louis Borloo a marqué le paysage politique durant quelques années et a révélé certaines facettes du parti UMP, devenu LR, et de François Fillon.

Jean-Louis Borloo et François Fillon, l'entente cordiale

De 2007 à 2010, l'entente « cordiale » entre Jean-Louis Borloo et François Fillon aurait pu servir de référence sur le management de personnalités dissemblables au sein d'un gouvernement, si ce genre de relation ne s'était banali... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Aurélien Véron.

[caption id="attachment_200798" align="aligncenter" width="640"] it's a trap ! crédits stefan (CC BY-NC-SA 2.0)[/caption]

La droite LR-UDI s’est finalement ralliée à la primaire qu’elle avait tant raillée lorsque la gauche l’avait adoptée, inspirée par Terra Nova. L’enlisement de Nicolas Sarkozy aiguise l’appétit des autres prétendants. Dans un esprit moutonnier, le petit club fermé des « faiseurs d’opinion » s’est tourné mécaniquement vers Alain Juppé, non pas pour sa vision – laquelle ? – mais parce qu’il e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles