Hamon aime les SCOP, mais les Français pas trop

Hamon, pour faire comme les grands, mobilise 500 millions pour les SCOP, même si les Français n’en sont pas friands.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hamon aime les SCOP, mais les Français pas trop

Publié le 21 novembre 2012
- A +

Benoit Hamon n’est pas qu’incompétent et stalinien, il est aussi ministre. Je sais, cela peut surprendre quelques uns d’entre vous qui n’êtes pas au courant tant l’information est passée inaperçue. Mais pourtant, il a bien un petit maroquin de délégué à l’Economie Sociale et Solidaire ce qui est, quand on y réfléchit deux secondes, une appellation foutaisique reconnue presque aussi grosse que le Redressement Productif, et qui lui permet de réclamer un doublement des SCOP en 5 ans.

Si vous ne savez pas ce qu’est une SCOP, vous avez intérêt à vous renseigner rapidement puisque c’est manifestement l’avenir en France si l’on en croit les efforts plus ou moins organisés de Ben le Délégué. Et si vous en voulez une définition rapide à la grosse louche, disons que la SCOP est une version à la française du kolkhoze ou du kibboutz, avec les mêmes perspectives réjouissantes sur le long terme. Oui, bon, c’est à la grosse louche, hein.

C’est dans le cadre du 35ème congrès de ces SCOP que notre éternel lycéen en grève a voulu marquer les médias. Comme les grands avaient précédemment parlé de « choc de compétitivité », le brave garçon a décidé que, de son côté, il pouvait bien aussi être un homme de choc, à défaut d’être chic et quitte à sortir un gros chèque. Il a donc promis ce vendredi 16 novembre « un choc coopératif » pour doubler en une poignée d’années le nombre de sociétés coopératives et participatives.

Comme dans toute tempête de bisous, il faut des modes opératoires pour arroser tout le monde, Ben le Délégué propose, dans le cadre d’une grande et belle loi ESS (Économie Socialiste et Soliloque) illisible avec plein d’alinéas écrits tout petit, de renvois et de notes amphigouriques, de mettre en place quelques mesures ambitieuses de sabotage d’une idée presque innocente et qui ne lui avait rien demandé. Ainsi, un nouveau statut transitoire va d’abord être créé pour faciliter la constitution ou la reprise d’entreprises, en dissociant la majorité en capital de la majorité des droits de vote. Ainsi, celui qui mettra l’argent sur la table n’aura pas forcément le plus de droits de vote. On voit alors immédiatement l’intérêt pour ce dernier d’investir puisqu’il n’aura pas son mot à dire.

SocialismeDans la foulée, et puisque les salariés peuvent être intéressés par la reprise de leur entreprise (SCOP ou non), on va introduire un droit de préférence de rachat, avec une proposition de cession aux salariés et un temps de réflexion nécessaire, parce que (et on ne le dit jamais assez), être propriétaire, en France, s’entend toujours « après l’État ». Après tout, s’il est assez puissant pour distribuer ainsi autant d’argent, il est aussi assez puissant pour tout vous prendre. Et comme tout ceci est tout de même particulièrement lourdingue à faire digérer à tout le monde (il y a de la loi, il y a de la contrainte, il y a des bonnes idées réchauffées depuis 70 ou 80 ans qui méritent donc d’être prémâchées longuement avant de pouvoir être avalées), Ben le Délégué a annoncé l’édition d’un sympathique petit kitounet de présentation du modèle de Scop à destination des juges consulaires, des parquets et des avocats, « pour encourager chaque fois que c’est possible la reprise d’entreprises à la barre ». La longue tradition des kits en provenance directe de ministères donne immédiatement une indication précise de la valeur qu’on pourra accorder à la démarche.

Et pour finir, ne voulant pas repartir sans brûler une petite montagne de cash comme lui ont montré ses grands frères, le gentil Ben a décidé la création d’un guichet d’accueil spécifique, au sein de la future Banque Publique d’Investissement qui va injecter et faire exploser des sommes considérables dans les petits pistons de l’industrie française afin de faire rugir de plaisir le moteur économique national, vroum vroum vroum. Pour cela, 500 millions d’euros seront fléchés vers l’économie socialiste, c’est-à-dire que les coups et les horions pleuvront moins sur ceux qui s’engagent dans ce genre d’aventures que sur ceux qui s’obstinent à penser rentabilité, enrichissement personnel, marges et retour sur investissement. Paf.

hamon - economie socialiste

Ceci dit, on ne peut s’empêcher, au contraire du gentil Délégué, de se poser quelques questions importantes : tout frémissant d’importance à l’idée de faire comme les grands et de modifier la société à force de grosses lois baveuses et de grands coups de millions d’euros qu’il n’a pas, notre aimable minustre ne semble pas s’interroger le moins du monde sur le constat pourtant évident que si les SCOP, c’est si génialissime que ça, pourquoi tout le monde ne se précipite-t-il pas tout entier dans cette aubaine ?

Après tout, les avantages à se lancer dans une belle aventure collective sont nombreux si l’on en croit la fiche Wikipédia. En outre, le secteur est en plein essor si l’on en croit les chiffres de la confédération des SCOP. Et sur le papier, il semble qu’effectivement, l’idée générale de créer des entreprises entre salariés soit tout à fait louable. Et pour qu’un ministre s’entiche de l’idée et décide d’y claquer rediriger un demi-milliard d’euros, c’est que — forcément — ça doit motiver les foules, non ?

Mais voilà : en France, les SCOP, c’est le nombre époustouflants de 40.000 salariés, soit 0.15% de la masse salariale française, dont seulement la moitié effectivement associés à la structure dans laquelle ils travaillent. Ce n’est pas exactement l’engouement. Même les auto-entrepreneurs ont fait mieux, dans leur temps. Je tiens à le dire ici tout de suite : je ne sais pas pourquoi. Peut-être les Français ne savent-ils pas que ça existe (les benêts) et échappent ainsi d’un cheveu au bonheur collectif ? Peut-être n’ont-ils pas le goût du risque imbibé dans leur fibre salariale ? D’un peuple dont 70% des étudiants rêvent d’accéder à la fonction publique, ce serait vraiment étonnant… Et puis, force est de constater que l’Économie Solidaire et Socialiste de Hamon n’existe pas, en tant qu’entité propre, en dehors de nos frontières, ce qui laisse un peu perplexe.

Tout ceci sent de façon entêtante l’odeur de l’interventionnisme étatique en pure perte, avec de la bonne contrainte en lieu et place d’un marché libre.

Si les SCOP sont une opportunité, on pourrait s’attendre que, moyennant un peu de publicité de la part du ministère de Hamon, les Français s’engouffrent dans la brèche : la situation est suffisamment médiocre pour que tous se saisissent de la moindre opportunité de s’enrichir, de créer de l’emploi, d’enrichir le voisin et l’État français. Après tout, si l’on en croit nos gouvernants et nos élites, le Français est le coeur sur la main, prêt à tous les sacrifices pour un vivre-ensemble qui se trémousse le popotin dans la joie de vivre ! En tout cas, point n’est besoin de flécher quoi que ce soit, d’investir des millions ou de s’agiter. Quelques milliers d’euros de publicité, et hop, voilà l’affaire lancée !

Mais si les SCOP ne sont pas une si bonne opportunité, pourquoi lancer de l’argent public là-dedans ? Pourquoi ? On en a tant que ça ? Les Français ont à ce point besoin d’être pris par la main pour être dirigés vers des idées médiocres ? Oui, certes, je sais, ils votent socialistes depuis 40 ans, réclament toujours plus d’état et se plaignent lorsqu’ils l’ont (radars, fichages massifs, taxes, impôts, bailouts bancaires, corruptions, marchés englués dans une pléthore de lois, caméras de surveillances partout, etc…). Certes, ils réclament toujours plus d’impôts pour les autres, chacun leur tour, assurant un arrosage égalitaire de la misère et de la vexation. Certes.

Encore une fois, Hamon est pareil aux autres poissons du gouvernement sortis de leur eau qui s’agitent, les yeux glauques et la bouche ouverte, à la recherche désespérée d’un vague truc dont ils ont l’habitude pour s’y replonger et sortir de cette apnée mortelle que la situation force sur eux. Cela s’agite, cela ouvre la bouche, cela frémit, mais cela fait absolument n’importe quoi : si les SCOP, c’est une bonne idée, pourquoi claquer des thunes du contribuable ? Et si c’est une mauvaise idée, pourquoi claquer des thunes du contribuable ?
—-
Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Le commissaire du peuple Hamon est un merveilleux exemple du politicien français: Gros glaxon, Petit moteur!

  • Tout n’est pas à jeté dans les coopératives cher H16!!
    Les meilleurs exemple sont les coopératives agricoles, il y a là des entreprises florissantes et très bien gérées.
    Elles sont des éléments indispensables et souvent moteur du tissu économique rural français

  • « Hamon est pareil aux autres poiSSons du gouvernement »
    ou
    « Hamon est pareil aux autres poiSons du gouvernement » ?

  • H16,
    Merci pour cette réjouissante charge contre notre Ministre Hamon, dûment estampillé « Made in France » et déclaré d’Inutilité Publique.
    Ceci dit, j’aimerais que vous vous penchiez sur un cas atypique d’une entreprise coopérative qui marche et montre quelque résilience en cette période de crise: le groupe John Lewis.
    Bon, déjà, je vous l’accorde cela se passe dans un pays ou un jeune rêve de faire du blé en travaillant plutôt que de lutiner la bougresse dans les queues de Pole Emploi, après tout, se dit-il, la bougresse finira bien par suivre le blé…
    John Lewis est une chaine de grands magasins qui inclut Waitrose, la chaine de supermarchés alimentaires.
    C’est un modèle d’entreprise et d’organisation assez efficace.
    Le grand paradoxe de cet établissement est dans son positionnement plutôt haut de gamme, pour les couches les plus aisées de la population du pays.
    Car voyez vous, H16, il y a des pays ou les gens pensent parfois a vendre des produits et des services a des gens qui ne leur ressemble pas nécessairement socialement et politiquement, étonnant, non?
    Bref, ils réussissent, ce qui est bien, et de plus leur image est soignée, réconfortante et très respectée.

    Le paradoxe ne s’arrête pas la.
    Il y a maintenant quelques années, lors d’une de ces manifestations dont les gauchistes et les altermondialistes sont friands le 1er du joli mois de Mai, j’ai vu de mes propres yeux la meute écervelée débouler sur Oxford Street pour mettre à sac, dans cette rue de plusieurs kilomètres de long…
    …le seul magasin qui appartienne à une SCOP!
    Quand on nous dit que la gauche et l’Économie sont irréconciliables, il faut le croire.

    • Comme noté ailleurs, les SCOP ne sont ni mauvaises ni bonnes. Simplement, le billet pointe que l’organisation du bidule vu du ministère ressemble à une pompe à phynances, et du côté des gauchistes, cela fait kolkhoze. La réalité est évidemment différente, mais ici, c’est le biais de cette réalité vu par le minustre qui m’intéresse 🙂

      • Cher H16,
        J’ai bien pris note que votre charge sur le Sinistre Hamon est le centre de votre billet d’humeur, et je l’approuve.
        Mon commentaire, dont vous excuserez la maladresse de l’ironie, n’était là que pour recadrer par anticipation ceux comme « Ilmryn », qui confondent considèrent que le libéralisme est un dogme.

  • Je ne comprend pas pourquoi on s’efforce de faire dire à H16 ce qu’il ne dit pas. Le problème, ce n’est pas les coopératives, on en parle pas ici.

    Quant au scops, si des salariés décident de créer ou de racheter une telle entreprise, pourquoi pas. Le problème c’est que l’état favorise une organisation du travail sur une autre. Et comme d’habitude, les effets néfastes de l’action gouvernemental vont se faire sentir quand une scop crée par les mécanisme de Hamon va s’effondrer, engloutissant toutes les économie des employés et plusieurs millions de deniers publics.

  • Kerwood: « C’est un modèle d’entreprise et d’organisation assez efficace. »

    Si il l’est autant il n’y a aucune raison de coller des boulet aux autres (impôts) pour les redistribuer aux SCOP (subvention)

    Il n’y a d’ailleurs aucun raison de coller des boulets à qui que ce soit pour alimenter un état incapable de signer un seul budget positif en 38 ans.

    Avec un état et une fiscalité maitrisée les SCOPS non plus n’auraient pas de boulet et toutes ces entreprises en plus créeraient des emplois.

    • Cher Ilmryn,
      Que je sache, the John Lewis Partnership ne reçoit aucun subside de l’État britannique.
      Ils ont mieux que cela: ma clientèle fidèle et celle de « like minded and well-to-do » clients.
      Je suis donc d’accord avec vous: le subventionnement est une erreur, dans tous les cas.
      Ceci reconnu, il n’y a aucune raison de rejeter le modèle coopératif pour la création d’une entreprise. Seule l’efficacité et les résultats importent. L’exemple (je le répète: NON subventionné) de John Lewis est une indication qu’il faut se libérer de TOUT dogmatisme.

      • Kerwood: « il n’y a aucune raison de rejeter le modèle coopératif pour la création d’une entreprise.  »

        Tout a fait, j’ai dis la même chose.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jacques Garello.

Je crois avoir été trop sévère dans un de mes derniers articles consacré au plan de relance. J’incriminais Bruno Le Maire de faire la chasse à l’épargnant qui ne dépense pas assez et manque ainsi à son devoir citoyen de relancer la croissance.

J’osais conclure que le plan de relance n’avait qu’un objectif : persuader les Français que tout ira bien d’ici 2022, date où ils auront ainsi l’irrésistible désir de reconduire le Président et sa majorité pour un nouveau bond en avant.

L’annonce de Bruno Le Mai... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Perrin.

Non contents de s’adonner au vampirisme et à la nécromancie, nos politiciens vouent une admiration sans bornes aux méthodes de naguère, voire de jadis.

Les « nouvelles méthodes » de Bruno Le Maire, ou les recettes économiques de son arrière-arrière-(arrière)-grand-mère

Bruno Le Maire est membre d’un gouvernement dont le Premier ministre croit fermement aux vertus de l’intervention de « la main bien visible de l’État » dans l’économie. Que voilà un environnement de rêve pour notre ministre de l’Économie et des... Poursuivre la lecture

Par Ferghane Azihari. Un article de l'Iref-Europe

Il faut démanteler les GAFA ! L’injonction raisonne aussi bien en Europe que de l’autre côté de l’Atlantique. Aux États-Unis, le combat est porté par des politiciens qui surfent sur les sentiments anticapitalistes, comme la sénatrice Elisabeth Warren. Celle-ci a récemment appelé à briser les figures emblématiques du secteur des nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC).

En France, le candidat malheureux aux élections présidentielles Benoît Hamon appelle... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles