L’isolement du PS

Au terme de six mois de gouvernement, une constatation s’impose : les socialistes se retrouvent isolés, lâchés par leurs alliés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’isolement du PS

Publié le 11 novembre 2012
- A +

Au terme de six mois de gouvernement, une constatation s’impose : les socialistes se retrouvent isolés, lâchés par leurs alliés.

Un billet d’humeur du Parisien libéral.

Jean-Marc Ayrault à l’Assemblée nationale, le 24 octobre 2012.

Loin des débat d’idées, ou même des politiques de « redressement dans la justice » (expression du gouvernement pour éviter de prononcer les vilains mots d’austérité ou de rigueur), portons notre regard sur la triste réalité de la tambouille électorale de la gauche. Une constatation s’impose :  les socialistes sont seuls. Leurs alliés les ont quitté ou sont sur le point de le faire, de gré ou de force. Pour Montebourg, les communistes sont dans l’opposition et Placé s’interroge sur la place des écologistes au gouvernement.

Voila pour les faits. Même sur les sujets sociétaux, les différentes factions de la gauche ne sont pas d’accord entre elles.

Avant les élections, la droite disait :

  • « Comment allez-vous concilier l’exigence des Verts de sortir du nucléaire et de rejeter le gaz de schiste et celles des rouges d’y rester ? »,
  • ou « Pour la France régionalisée/landerisée et l’Europe fédérale sauce EELV ou pour une France ultra jacobine, nationaliste et protectionniste façon Montebourg ? »,
  • ou encore « Pour le sauvetage de l’industrie automobile française ultra diésélisée ou pour son bazardage au profit de la transition écologique ? » (voir PSA Aulnay, le PS et la transition écologique sur le blog Écologie Libérale)

Même là où la gauche aurait pu faire preuve d’unité dans l’humanisme, elle a prouvé qu’elle n’avait rien de différent de la précédente majorité, « socialiste de droite ». Les expulsions de Roms n’ont pas cessé, pas plus que les interventions armées à l’étranger ou l’abus de détention préventive, cause de surpopulation carcérale.

Gauche, droite, ça ne veut plus dire grand chose. Alors, à quand de vrais débats de fond, d’idées, plutôt que des bricolages d’arrière-cour ? Et si les socialistes répondent « ce qui unit les gauches, c’est l’amour de l’État et du dirigisme », dans ce cas pourquoi ne pas avoir fait un gouvernement vraiment dirigiste avec Montebourg, Mélenchon, la fille à papa de Saint Cloud, Dupont-Aignan, Royal et Chevènement ? Il n’y a pas un jour qui ne prouve que le socialisme est forcément nationaliste, première étape avant, hélas, les chemises brunes. Il ne peut pas y avoir de socialisme en économie et en société ouvertes, d’ailleurs, Bercy et le renforcement de la taxe anti-déplacement de sièges sociaux d’entreprise l’a bien compris.

François Normal 1er Hollande, comme Sarkozy, parce qu’il n’a pas d’idées en dehors des « toujours plus d’État » et « moins de libertés », fait la même erreur que son prédécesseur qui ne ne demandait pas, le matin en se levant, ce qu’aurait fait Hayek – en revanche, tous les deux se demandent ce que peut faire Bercy.

On ne peut pas, dans un gouvernement, avoir des types nuls en anglais et des gens pour qui c’est la langue de travail, des ultra protectionnistes et des gens plutôt ouverts sur la question du libre échange, des prohibitionnistes et des abolitionnistes. Il faut de la cohérence !

Mais en dehors du consensus sur le fait de créer un impôt par jour, on ne voit guère de cohérence dans ce gouvernement. Voila pourquoi, comme le note Pierre Chappaz, même une mesure éventuellement potentiellement positive devient en fait une jolie usine à gaz. Enfin, comme dit h16, ça nous fait une belle brochette de losers, tout ça ! Et si en plus ces losers, comme le remarque Authueil, n’y connaissent rien en droit constitutionnel… c’est trop !

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Louis XIV, le roi Soleil, a élevé la France au premier rang de l’Univers ; Normal 1er, le secrétaire schizo, Père Noël et Père Fouettard, l’a rabaisse au rang de la Corrèze et si on le laisse faire, au rang de Sidi-Bel-Abbès.

  • Zayrault et Porcinet : voici un duo de choc pour relever la France. On y croit, ou …. pas !

  • Le parisien libéral me semble être plus précisément libertarien: Libéral en économie, mais pacifiste et socialiste en matières sociales.

    Selon moi c’est incohérent: Le libéralisme doit être conservateur.
    D’abord parce que c’est le seul modèle ayant effectivement existé.
    Ensuite parce que l’homme a besoin d’un environnement où il soit assimilé pour exercer pleinement ses droits naturels.
    Peu m’importe de posséder une maison dans un endroit soumis à la charia. Pour que posséder ait un sens pour moi, il me faut vivre dans un cadre laïc, donc de référence chrétienne (sans quoi le religieux envahit tout et la laïcité est lettre morte).

    Les libertariens sont dogmatiques: Selon eux le libéralisme est le naturel de l’homme, il suffit de laisser faire.
    Tel n’est pas le cas: Le libéralisme est le meilleur principe d’organisation humaine, le plus compatible avec la nature humaine, mais cela ne garantit absolument pas son avènement naturel et sans effort.
    L’égalitarisme, l’idolâtrie de l’État, la passion d’abolir la responsabilité, ont manifestement des appas irrésistibles malgré une radicale incompatibilité avec la nature humaine.
    Mais c’est la passion de la soumission à une vie entièrement réglementés, l’islamisme qui risque de mettre un terme définitif au libéralisme.

    Les libertariens pacifistes semblent incapables de prendre la mesure de ces dangers, refuser de tenir compte des réalités qui les attristent.
    C’est leur différence avec les libéraux-conservateurs, qu’on pourrait qualifier de libéraux-pessimistes, qui pensent avec Reagan qu’on n’est jamais à plus d’une génération de perdre la liberté.

    • « il me faut vivre dans un cadre laïc, donc de référence chrétienne » Ouhla ! La laïcité c’est la séparation de l’Église et de l’Etat et c’est encore de la daube républicaine. La république n’a jamais été laïque puisqu’elle a voté une religion qui avait sa déesse, la Raison et son temple, Notre-Dame-de-Paris. Cette religion faisant de l’ombre à leur dictateur adoré et ils l’ont donc promu par la loi « Être suprême ». Si la république avait été laïque, son calicot révolutionnaire aurait été « république, une, indivisible et laïque ». Le mobile qui se cache derrière la laïcité est la destruction pure et simple du catholicisme papale, rien de plus, rien de moins. La vraie histoire éclaire l’avenir et là je me marre… enfin, un peu. Dans les périodes de troubles on voit émerger des opportunistes qui s’imposent par la violence et se maintiennent par l’extrême violence. Je ne serais pas surpris un de ces jours de me retrouver en république islamique et finalement c’est super, tout est prévu, la charia, la loi de Dieu, même plus besoin d’aller voter.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Candidat sous la casaque présidentielle, Manuel Valls a été éliminé dès le premier tour de la 5e circonscription des Français de l’étranger regroupant Monaco, Andorre, l'Espagne, et le Portugal. La claque l’a laissé sans voix : il a même décidé de fermer son compte Twitter.

🔴 Après sa défaite dès le premier tour des élections #Législatives, Manuel Valls supprime son compte Twitter. pic.twitter.com/pwNVKemzwx

— Élections 2022 🗳 (@2022Elections) June 5, 2022

La défaite de l’ancien Premier minist... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

C’est fou : la sphère politicienne macroniste est en passe de s’étendre de la socialie la plus solférinienne à la droite LR la plus sarkozyste ; de François Rebsamen et Claude Bartolone à Éric Woerth !

Pour les deux premiers, respectivement ministre du Travail et président de l’Assemblée nationale à l’époque du quinquennat Hollande, le ralliement n’est pas encore totalement officiel. Mais pour Woerth, c’est fait : l’ancien ministre de Chirac et Sarkozy et actuel député LR a annoncé avant-hier qu’il allait se mettre en congé des Républ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles