Le marketing de McDonald’s rend-il les enfants obèses ?

Une nouvelle étude annonce en fanfare l’existence d’un lien douteux entre l’obésité infantile et les logos des entreprises alimentaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Ah le signe BMW, il m’est avis que dès sa majorité il le fera beaucoup plus rêver que celui de mc do…
    En même temps comme vous l’avez bien dit, ce sont les parents qui sont responsables, quand on voit un enfant identique à ceux en photo, je pense que l’intelligence voudrait que l’adulte parent se dise : »plus de mc do pour cet enfant, demain c’est haricot vert et poisson bouilli ».
    En même temps c’est assez pavlovien de vouloir s’envoyer un cheeseburger quand on voit l’enseigne mc do, non?

  • 1-On aime bien manger.
    2-La vue ou l’évocation de nourriture donne faim et par anticipation beaucoup plus de plaisir qu’un truc dont on n’a absolument pas l’usage.

    La vache ! Et ils s’appellent « B.R.A.I.N Lab » !???

  • « Mais l’appel le plus fort en faveur d’un changement politique vient du Prof. Bruce elle-même. … ‘Dans la mesure où les enfants sont limités par leur cerveau sous-développé »

    Je connais peu de gamins qui ont régulièrement des colis à envoyer à l’itnernational… par contre je connais des enfants de moins de 12 ans qui sont plus intelligents que cette Prof. Bruce.

    La récente loi obligeant les fast-food à afficher le nombre de calories directement sur le menu a fait un flop monumental quand il s’est avéré que les gens qui vont y manger… surestimaient le nombre de calories de leurs choix ! En conséquence leur consommation a très légèrement augmenté au lieu de baisser. Et pan dans les dents des constructivistes.

    En réalité, ce que les Bruce, Lazarus et consorts font à longueur de publication dans la presse généraliste, c’est dédouaner de leurs échecs patents les autorités publiques qui se sont emparées du problème de l’obésité. La grande majorité des nutritionnistes et diététiciens « conventionnels » ne servent à guère plus dans le domaine de la nutrition et la santé publique, que ce que les économistes keynésiens qui encombrent le monde académique font déjà en matière de politique budgétaire et monétaire…

    …c’est-à-dire que ce sont des gens très intelligents, très cultivés, très diplômés, et très bien payés pour dire ce que leur employeur veut qu’ils disent, pour continuer à justifier son action et son intrusion dans nos vies.

  • C’est moi où les chercheurs confondent cause et conséquence ?
    Si les moutards connaissent le logo McDonald’s parce qu’ils en mangent c’est évident qu’ils y sont plus réceptifs qu’au logo BMW…

    Et ils me font rigoler : « prendre les gamins pour cible du marketing ». Qui paye le MacDo ?
    C’est tjs la bonne logique socialiste : on fait une loi et on ignore la responsabilité individuelle.

  • 90% des ados que je connais sont obèses ; ils ont été élevé à la mal bouffe mcdonald , parce que maman avait la flemme de faire la cuisine , et puis il faut bien plaisir aux chérubins ; les jeunes fille ont des corps qui ressemblent à des thons ; et beaucoup en souffrent ;

    • @christ :
      90% des gamins que vous connaissez sont obèses ? Vous habitez à l’étage du cabinet d’un pédiatre spécialisé dans l’obésité adolescente, c’est ça ?

    • 90% des mères n’aiment pas faire à manger, s’en foutent de leurs enfants et les envoient au Mac Do ?

      ça a l’air crédible…

    • « ils ont été élevé à la mal bouffe mcdonald  »
      ———————–
      C’est bien connu, le cassoulet, la chouchroute et le confit de canard, c’est bien plus diététique que la « mal bouffe » Mcdonald’s.

    • « et beaucoup en souffrent ; »

      vite une loi !

      le droit de non-souffrance devrait être inscrit dans la constitution française !

  • Et si les écoles enseignaient l’importance d’un bon régime alimentaire ?

    • « Et si les écoles enseignaient l’importance d’un bon régime alimentaire ? »

      En plus des heures ou ont enseigne l’égalitude, la citoyennetéitude, le savoir-vivritude et l’écologititude ?

      Ne resterait plus aux parents qu’à enseigner les math et le français pour lesquels il n’y aurait plus de place… C’est vendable !

      Et si les parents faisaient leurs boulot plus simplement ?

    • Dans les années 70-80, les profs disaient en cours de sociologie, qu’on allait vers une société où les parents feraient les enfants et la société s’occuperait du reste: on y est bientôt !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La co-création de l’expérience est devenue un concept clé dans les sphères managériales. Ce  néologisme a chaviré la vulgate marketing qui est passée d’un marketing qui conçoit et réalise pour le client, à un marketing interactif qui conçoit et réalise avec le client[1. Cova, B., & Ezan, P., (2008). Le consommateur-collaborateur : activités, attentes et impacts. Le cas du passionné de Warhammer, 13ème  Journées de Recherche en Marketing de Bourgogne, Université de bourgogne, CERMAB, session 9, Racines socio-culturelles de la consommation,... Poursuivre la lecture

L'influence positive d’une alimentation grasse sur le cerveau est bien réelle. Une récente étude française vient démontrer l’intérêt que pourrait avoir une alimentation cétogène dans la prise en charge des pathologies psychiatriques.

L'intérêt d'une alimentation cétogène dans un cadre médical grandit jour après jour. Et si son utilisation pour le traitement contre les épilepsies réfractaires est ancienne et approuvée, cette diète souffre toutefois d'un manque d'appuis scientifiques pour une application auprès d'autres pathologies. Ains... Poursuivre la lecture

Dans ce qu’on a appelé le Web 2.0, c’est-à-dire internet, les services financiers et les banques ont utilisé ces technologies essentiellement pour la formation des employés, pour créer des espaces d’interactions avec les clients ou pour les employés, des offres de « banque en ligne », ainsi que des services virtuels de conseil en investissements. Ces offres et services sont aujourd’hui plutôt matures et proposés par toutes les entreprises. Mais, en fait, cela n’a pas fondamentalement changé leur business model, qui est resté identique à celui... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles