Fusion EADS BAE, retour sur le crash

L’échec de la fusion entre EADS et BAE Systems soulève des questions sur la nature et l’état exacts des relations entre la France, l’Allemagne et le Royaume Uni. A méditer, en ces temps où l’UE parade avec son étrange prix Nobel de la Paix.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Eurofighter Typhoon

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fusion EADS BAE, retour sur le crash

Publié le 14 octobre 2012
- A +

L’échec de la fusion EADS BAE Systems soulève des questions sur la nature et l’état exacts des relations entre la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni. À méditer, en ces temps où l’UE parade avec son étrange prix Nobel de la Paix.

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume Uni.

Eurofighter Typhoon

À première vue, ceci est une extrêmement bonne nouvelle. Ce qui est inquiétant, cependant, c’est que ça a finalement été bloqué par les Allemands, alors qu’il se dit que Londres et Paris étaient favorables à la fusion.

Ceci ne nous dit pas grand chose en faveur de l’engagement supposé de M. Cameron pour un changement dans la relation avec « l’Europe ». La fusion entre EADS et BAE Systems est de l’étoffe dont sont faits les rêves de Bruxelles. Pour la Grande-Bretagne, elle aurait, en fait, éliminé la souveraineté en matière de défense.

Ça soulève aussi des interrogations sur les intentions réelles de l’Allemagne, et, en son for intérieur, sur sur la réelle sincérité de son engagement dans l’intégration politique européenne. C’était une opportunité en or de faire progresser le projet d’intégration en matière de défense, de créer un massif fabricant d’armes pan-européen, et pourtant, apparemment, Merkel a mis la main à la pâte pour forcer l’arrêt de l’offre.

Et même là, on se demande si cela représente un rejet des « valeurs » européennes, ou si c’est une tentative de garder les intérêts du Royaume-Uni dehors. Il y a aussi l’insinuation que l’Allemagne est un peu mal à l’aise au sujet des récentes initiatives de défense anglo-françaises, et qu’elle a vu cette tentative de fusion comme une prise de contrôle des intérêts allemands, avec la France qui pouvait se retrouver en position de caïd.

Quoiqu’il en soit, Handelsblatt déclare que tout le monde est perdant, mais, comme ceci inclut l’unité européenne, il doit bien y a voir un gagnant là-dedans quelque part, même si personne ne veut mettre un nom dessus.

Ça s’appelle l’intérêt national.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Le gagnant ne sera probablement pas connu avant un an voir plus.
    Il y à plusieurs pistes:
    – Dassault? Si Eads n’est pas capable de restructurer son pôle de défense, et si en plus BAE se fait manger par une boite US.
    – Boeing? Si tout ce petit monde perds sa rentabilité dans le secteur de la défense , et s’il met la main sur BAE; ce qui fermerait encore plus le marché US aux européens.

  • Le gagnant c’est le marché, qui se serait bien passé d’un mastodonte étatique et artificiel en plus.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La semaine dernière, l’Allemagne a annoncé la relance de ses centrales à charbon suite aux risques de rupture d’approvisionnement en gaz par la Russie. Présentée comme temporaire, cette solution paraît pourtant irrémédiable depuis la décision de fermeture progressive du parc nucléaire allemand par les sociaux-démocrates il y a près de 20 ans - et accélérée par Angela Merkel suite à l’accident de Fukushima en 2011.

Aujourd’hui, l’Allemagne pâtit donc d’une décision idéologique animée par un principe de précaution sans la moindre base ra... Poursuivre la lecture

Le G7 se réunit du 26 au 28 juin 2022 pour son sommet annuel au château Elmau, dans les Alpes bavaroises, sous la présidence allemande.

Parmi les sujets qui seront abordés, on s'en doute, la sécurité alimentaire mondiale ou, pour le poser selon les mots du Secrétaire Général des Nations Unies Antonio Guterres, la menace d'un « ouragan de famines ».

Le 24 juin 2022  s'est tenue une conférence ministérielle sur le thème : « Uniting for Global Food Security », s'unir pour la sécurité alimentaire mondiale.

Le début du pr... Poursuivre la lecture
législatives 2022
4
Sauvegarder cet article

Lorsqu’ils ont visité Kiev la semaine dernière, les dirigeants européens Emmanuel Macron, Mario Draghi, et Olaf Scholz connaissaient parfaitement la situation militairement compliquée dans laquelle se trouve l’Ukraine. Selon un fonctionnaire ukrainien, leurs victimes militaires (morts ou blessés) se comptent maintenant au rythme de 30 000 par mois : une énorme tragédie.

Comme beaucoup d’experts militaires occidentaux retraités confirment depuis plusieurs mois, et comme l’a reconnu le général Twitty (aussi retraité) dans un débat organi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles