Étude économique de l’Estonie 2012

L’Estonie doit se réformer pour éviter de connaître des alternances d’expansion et de récession

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Étude économique de l’Estonie 2012

Publié le 5 octobre 2012
- A +

L’Estonie a enregistré une reprise marquée après la crise économique mondiale, mais depuis, la croissance y a ralenti, mettant en lumière la nécessité de poursuivre des réformes propres à réduire les expositions aux chocs externes et à empêcher l’avènement de futurs cycles d’expansion/récession.

La dernière Étude économique de l’Estonie publiée par l’OCDE relève la résilience de l’Estonie dans un contexte pourtant marqué par une poursuite du ralentissement dans toute l’Europe. Selon les prévisions de l’OCDE, sa croissance économique devrait s’établir aux alentours de 2,2 % cette année et atteindre 3,6 % en 2013.

Au cours de la dernière décennie, l’Estonie a enregistré l’un des taux de croissance à moyen terme les plus élevés de l’OCDE, qui s’est accompagné d’une amélioration rapide des niveaux de vie. Selon le secrétaire général de l’OCDE, c’est en période d’embellie qu’il faut se préparer à affronter les orages futurs, c’est pourquoi l’Estonie devrait commencer dès aujourd’hui à mettre en œuvre des réformes qui la rendront encore plus résiliente à des chocs futurs. Il est indispensable d’atténuer la volatilité considérable qu’a connue l’Estonie pour lui garantir croissance durable et bien-être à long terme.

L’OCDE a identifié trois axes prioritaires d’action future

Premièrement, une supervision plus efficace des marchés financiers aiderait l’Estonie à éviter les cycles de crédit excessifs induits par les prêts de source étrangère. Si la réglementation microprudentielle des marchés financiers est bien établie, les instruments macroprudentiels existants se sont révélés insuffisants lors du développement du récent cycle d’expansion/récession. La coopération transfrontière en matière de réglementation du secteur financier doit être encore renforcée, en particulier parce que l’Estonie est très étroitement intégrée dans le marché bancaire de la région nordique. Au sein de ces cadres de coopération, il serait important d’étudier quelle est la meilleure façon de concevoir et de mettre en œuvre des outils macroprudentiels, tels que des matelas de fonds propres contracycliques, pour garantir la stabilité de l’économie estonienne .

Deuxièmement, la politique budgétaire devrait aussi constituer une ligne de défense solide contre les alternances d’expansion et de récession, selon l’OCDE, qui relève que des plafonds de dépenses pourraient être mis en place pour contenir les hausses des dépenses publiques en période de surchauffe. Un tel plafonnement limiterait les dépenses excessives pendant les années d’expansion, mais permettrait aussi aux stabilisateurs automatiques de jouer (principalement du côté de la fiscalité) en cas de récession. La constitution prévue d’une institution budgétaire indépendante apparaît comme un pas en avant significatif, mais l’OCDE souligne que de telles institutions doivent avoir un mandat clair, disposer de capitaux suffisants et être véritablement indépendantes.

La troisième priorité consisterait à améliorer l’efficacité des politiques en matière de protection sociale, de marché du travail et d’éducation, pour aider les plus vulnérables et s’attaquer au problème du chômage et de l’inadéquation des compétences, en particulier chez les jeunes qui ont été durement éprouvés par la crise. L’adoption de politiques mieux ciblées, davantage orientées sur l’activation, conjuguées à mesures propres à favoriser l’apprentissage tout au long de la vie, contribueront à promouvoir une croissance à long terme plus durable et plus inclusive.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Voila un article bien interventioniste sur Contrepoints! Lutter contre les cycles naturels de l’economie, en utilisant la supervision des marches et la politique budgetaire?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Inflation, guerre, restrictions, politique monétaire… Ça y est ! On peut l’affirmer, les nuages noirs se sont réellement accumulés sur les marchés financiers. Les marchés d’actions baissent entre 20 % et 30 % depuis le début de l’année. Une fois n’est pas coutume, les marchés de taux n’ont été d’aucun secours, l’or non plus (-8 %). De là à dire, à la manière des Anglo-saxons, que « Cash is king » il y a un pas que nous pourrions être tentés de franchir.

Tentés seulement parce que parce que nous estimons, d’une part, qu’à moins d’être u... Poursuivre la lecture

Gustave Le Bon (1841-1931), souvent réduit de nos jours à l’auteur d’un seul livre, la Psychologie des foules (1895), fut aussi un observateur des phénomènes politiques et sociaux de son temps, de même qu’un penseur de la psychologie de l’être humain et des sociétés humaines que l’on peut rattacher au courant intellectuel de l’individualisme libéral.

Face à l’extraordinaire montée en puissance des États de par le monde depuis le début de la crise sanitaire, et devant la recrudescence d’un anticapitalisme et d’un antilibéralisme nourris... Poursuivre la lecture

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre.

Avec une rég... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles