La voiture électrique fait le plein de subventions publiques

Subventions publiques à la voiture électrique. Le gouvernement devrait profiter de l’inauguration du Mondial de l’Automobile, le 29 septembre, pour annoncer un effort concernant la multiplication des bornes destinées aux voitures électriques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Voiture électrique (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La voiture électrique fait le plein de subventions publiques

Publié le 27 septembre 2012
- A +

Subventions publiques à la voiture électrique. Le gouvernement devrait profiter de l’inauguration du Mondial de l’Automobile, le 29 septembre, pour annoncer un effort concernant la multiplication des bornes destinées aux voitures électriques.

Un article du Cri du contribuable.

Cet effort, dont le coût devrait atteindre 300 millions d’euros cumulés en 2014, est une aberration puisque le marché du véhicule électrique n’existe pas. Il s’agit d’un fantasme que les écolos tentent de transformer en fable industrielle.

Même les modèles leaders du marché ne trouvent pas preneur. En 2012, les trois voitures les plus vendues étaient la Bluecar de Bolloré (1 300 exemplaires), la Renault Kangoo électrique (1 058) et la Nissan Leaf (258). Au total, il ne s’est écoulé que 1 594 voitures électriques durant les 4 premiers mois de l’année 2012. La Commission européenne estime la part optimale du marché de la voiture électrique à 2% d’ici à 2015.

Trois cent millions d’euros dépensés pour 44 000 prises

Dans ce contexte, le gouvernement avait le choix entre attendre et implanter des prises si la demande émerge un jour. Ou bien jouer la politique de l’offre en installant des bornes ici et là.

Sauf surprise, il a choisi la seconde solution au prétexte que c’est la multiplication des installations qui, comme l’affirment Renault ou PSA, alimentera les carnets de commande des industriels.

Ce choix va coûter cher aux contribuablesÀ l’issue du Grenelle de l’environnement, en 2009, le gouvernement avait fixé un objectif de 4 millions de bornes (dont 400 000 en service public) d’ici à 2020, pour 2 millions de véhicules rechargeables. Selon le rapport remis au gouvernement en 2011 par le sénateur UMP des Alpes maritimes Louis Nègre, l’État devra débourser 300 millions d’euros pour financer 44 000 prises raccordées dans 25 agglomérations françaises d’ici à 2014. Le coût par prise s’échelonne de 4 000 à 9 000 euros pour une puissance de 3KVA qui ne permet même pas de recharge rapide ou ultra rapide !

Un marché perfusé à coups de super primes

Les bornes ne sont pas le seul coût lié à l’électrique : depuis cet été, l’aide gouvernementale versée pour l’achat d’un véhicule 100% électrique est passée à 7 000 euros. C’est donc le contribuable qui finance, par exemple, la réduction de 20 700 euros à 13 700 euros du tarif d’une Renault Zoé ou encore la baisse de prix vertigineuse que Peugeot à consenti pour solder son stock de « Ion ».

Si le gâchis de l’électrique ne date pas d’hier, il a pris de l’ampleur avec l’Autolib de Bolloré. Sans le savoir, les contribuables sont imbriqués dans le projet du patron breton. Les communes injecteront 50 M€ sur un total de 110 M€ d’investissement pour l’ouverture des stations d’accueil. La seule ville de Paris fournira 35 millions d’euros, soit plus de 50 000 euros par station.

Les contribuables à la rescousse du mirage électrique

Mauvais budgétairement, le choix de subventionner le 100% électrique est aussi une erreur industrielle. Bien que tous les grands constructeurs automobiles disposent d’un véhicule électrique pour la vitrine, les plus solides, comme Honda (CR-Z 2011) ou Toyota (Auris/Prius), ont d’abord misé sur le « Mild Hybrid ». Il permet de rouler électrique grâce à un petit moteur (autour d’une dizaine de Kilowatt) puis de passer au thermique sur route, dès que les choses se corsent.

Pour sa part, Renault Nissan a investi 4 milliards d’euros dans la filière électrique. La marque au losange envisage de vendre 1,5 millions de véhicules à pile d’ici à 2016.

Un objectif impossible à tenir selon les spécialistes du secteur qui craignent que les contribuables servent, une nouvelle fois, de rustine financière  lorsque le mirage électrique se sera dissipé.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Subventions gigantesques et ça plante quand même : http://www.masterresource.org/2012/09/electric-car-bust/

    (Chaque fois que l’Etat se targue de sélectionner le gagnant dans la course à l’innovation, le même résultat se répète).

  • La voiture électrique c’est une des solutions d’avenir ( pas la solution) cet article est caricaturale. Dommage !

    • Alors ça, sceptique, vous avez entièrement raison. C’est complètement prouvé que c’est la solution d’avenir. Et vous savez quelle est la preuve ? C’est que ça fait 113 ans que c’est la solution d’avenir.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Jamais_Contente

      Avec ça, il y en a encore qui n’y croient pas. De vous à moi, on se demande ce qu’il leur faut !

      • J’adore les arguments qui n’en sont pas. Montrer qu’il y a eu des échecs dans le passé pour prouver qu’il n’y a pas de solutions dans l’avenir. Au XIXème siècle certains aurait pu vous dire que l’aviation n’a pas d’avenir vu qu’Icare s’est déjà cassé la figure. C’est gentil mais cela ne signifie rien de rien.

        On pourrait évoquer par contre évoquer du concret les batteries lithium air qui pourrait entre 2020 et 2030 disposait d’une autonomie de plusieurs centaines de kilomètres. Rappelons que je n’ai justifié aucune subvention dans mes propos , je présente juste la voiture électrique comme une des solutions d’avenir.

        Mais comme beaucoup de fondamentalistes vous sombrer dans le populisme de base.

        • Moi sombrer dans populisme mais moi d’accord investisseurs mettre propre sous où ils veulent et zéro subvention.

          L’aviation est par ailleurs un bon choix de référence. Comparez, d’un côté l’avion des Wrights et l’A380, et de l’autre, la Jamais Contente avec la Peugeot iOn. Laquelle de ces deux évolutions vous semble la plus grande ? La différence entre les deux évolutions vous semble-t-elle mineure, ou majeure ?

          • Bien sûr que l’avion a connu un essor industriel au XXième siècle.

            Ce qui ne veut pas dire que la voiture électrique ne sera pas la norme XXIème siècle .

          • De vous à moi, si j’étais trop riche, je m’achèterais une Model S. Je n’irais pas prétendre que c’est un achat intelligent, mais je me ferais plaisir. A ma connaissance, j’ai été le premier à en relater le premier essai en Français : https://www.contrepoints.org/2012/06/29/88787-tesla-model-s-1er-essai-spectaculaire

          • Ou alors, si j’étais vraiment vraiment trop trop riche (heureusement, désormais, il est interdit de le devenir) : http://www.carmagazine.co.uk/News/Search-Results/First-Official-Pictures/Mercedes-SLS-AMG-Coupe-Electric-Drive-2012-first-pictures/

          • « Ce qui ne veut pas dire que la voiture électrique ne sera pas la norme XXIème siècle  »

            Tant qu’on prendra 7000 euro dans la poche d’un type pour financer la voiture d’un autre c’est vraiment pas prêt d’arriver.

            Parce que si tout le monde en veux une on va prendre dans quel poche « d’un autre » les 7000 euro ? Les bébés doivent déjà 26’500 euro au motif de la dette et on a même pas eu encore l’explosion des retraites à payer.

            Et si hollande (ou un autre) arrête en plus le nucléaire on redémarre des centrales charbon comme en Allemagne on ce retrouve avec un bilan carbone désastreux pour ces voitures mais tout le monde plus pauvre ? Même si on les gardes le bilan écologique n’est vraiment pas miraculeux non plus.

            Une fabrique de pauvre comme tout les projets écolo-socialiste. Ça rend la petite satisfaction morale (fausse) qu’on « agit pour la planète. » vraiment hors de prix.

  • CObien de gabegies? combien d’echecs totals? Combien de milliards? Combien de constats d’escroquerie faudra t’il avant que l’Ett ne se rende compte que ses investissements sont systematiquement des aneries, ou au mieux une substitution a ce qui aurait existe de toute facon avec le prive…
    L’investissement d’Etat est systematiquement une arnaque des contribuables. Systematiquement. Comment peut n etre aveugle au point de ne pas le voir?

    • « Combien de constats d’escroquerie faudra t’il avant que l’Ett ne se rende compte »

      Ça n’arrivera jamais, il y a depuis longtemps tout les motifs possible pour tirer les conclusions et chaque jour on est abasourdi par la somme de mensonges et de bouc émissaires qu’ils trouvent.

  • Pour quel avenir ! et pour qui ! En matière de marché c’est toujours le client qui choisit, pour l’instant il n’est pas au rendez-vous. CQFD ! C’est ce que veut nous faire croire l’État, avec notre argent.
    Voir la ville de Paris dont le logo a disparu des autolib ! et pour quel coût pour les parisiens : http://www.delanopolis.fr/Scoop–Autolib-atteint-par-la-maladie-d-Alzheimer-_a1563.html

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick Carroll.

Si vous avez ressenti une certaine douleur à la pompe ces dernières semaines, vous n'êtes pas seul. Les prix de l'essence sont en hausse dans le monde entier et aux États-Unis ils ont récemment atteint un nouveau record historique, battant celui de 2008.

Les raisons de ces prix élevés sont multiples, certaines étant plus évidentes que d'autres. L'impression monétaire de la Fed et le conflit Russie-Ukraine sont quelques-uns des facteurs les plus récents et les plus connus.

Mais il existe de nombreux au... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

L’électromobilité est imposée par les décideurs nationaux et européens comme la seule et unique voie possible pour les mobilités de demain. Taxés et discriminés, les usagers de véhicules thermiques devront s’adapter à leurs frais à cette nouvelle donne ou disparaître de la circulation. Bien que l’électromobilité présente de réels avantages, elle renferme aussi des problématiques sérieuses trop rapidement éludées, si ce n’est ignorées.

Le plan climat européen : une vision messianique

Le 28 juin 2021, le Conse... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Christian Bailleux.

L’incohérence de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) du gouvernement suite à la Loi de transition énergétique pour la croissance verte votée en 2015 et les inévitables prises de positions extrêmes liées à la campagne électorale de 2022 pourraient contribuer à accélérer les colossales dépenses contre-productives conduisant ainsi à un désastre humain.

Arrêt programmé de la production de véhicules thermiques

Les principaux constructeurs automobiles ont annoncé l’arrêt de la constr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles