La désastreuse perversité des régulateurs bancaires

On dénonce la dérégulation de la finance comme étant la cause majeure de la crise financière, et impute aux banques la responsabilité de ce phénomène. Il s’agit là d’une double tromperie aux désastreuses conséquences, qui occulte la responsabilité des régulateurs bancaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Etat en faillite

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La désastreuse perversité des régulateurs bancaires

Publié le 19 septembre 2012
- A +

On dénonce la dérégulation de la finance comme étant la cause majeure de la crise financière, et impute aux banques la responsabilité de ce phénomène. Il s’agit là d’une double tromperie aux désastreuses conséquences, qui occulte la responsabilité des régulateurs bancaires.

Par Alain Gauvin (*).

Article paru sur Le Cercle Les Echos, extraits.

L’opinion publique, stimulée, pour ne pas dire hystérisée par d’impuissants pouvoirs publics, dénonce la dérégulation de la finance comme étant la cause majeure de la crise financière, et impute aux banques la responsabilité de ce phénomène. Il s’agit là d’une double tromperie aux désastreuses conséquences.

Tromperie car la banque est l’activité la plus réglementée qui soit. Connaît-on beaucoup d’entreprises dont l’activité est soumise à l’agrément et au contrôle permanent de l’administration ? Agrément dont l’octroi est subordonné à l’honorabilité des dirigeants, à l’élaboration d’un solide « business plan » contribuant à l’intérêt général et à des contraintes en fonds propres dont l’objet supposé n’est pas seulement de protéger les créanciers, mais aussi la place bancaire tout entière, donc l’économie du pays et, en définitive, la société.

Tromperie, car c’est encore mentir que de soutenir que rien n’a été fait depuis cinq ans alors que des mesures réglementaires ont bien été prises. De fait, le problème n’est pas l’immobilisme réglementaire, mais l’inadéquation des réformes prises, leur empilement irréfléchi, leur inefficacité, pis, leur perversité.

Lire la suite

(*)Avocat associé Lefèvre Pelletier & associés

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le Parlement européen a été secoué par un scandale de corruption. Moins de réglementation, moins d'État et moins de pouvoir pour les politiciens devraient être les principaux outils de la lutte de l'UE contre la corruption.

La relation entre l'argent et le pouvoir politique peut constituer un véritable problème dans les pays où la richesse ne dépend pas principalement d'idées entrepreneuriales mais de l'influence politique et de l'accès aux leviers du pouvoir. Plus l'État a de pouvoir, plus il est probable que le lobbying et la corrupt... Poursuivre la lecture

« La vraie question que vous devriez vous poser est : aujourd’hui l’État français prélève à peu près 62% de la richesse française et rien ne marche […] Qu’est-ce qu’ils font de notre pognon ? »

 

Ces mots de Charles Gave prononcés à l’antenne de Sud Radio sonnent comme du bon sens. Si la question initiale visait le secteur régalien, elle se pose également pour la politique environnementale. Cette année, le ministère de la Transition écologique a été doté d’un budget de 45,5 milliards d’euros, soit cinq fois celui des Affair... Poursuivre la lecture

Lionel Laurent de chez Bloomberg n’a pas de patience pour les cryptos… Auparavant, il attaquait le Bitcoin pour son utilisation d’énergies.

Il écrit :

« L’énergie représente environ la moitié des dépenses des sociétés qui minent le Bitcoin. »

Aujourd’hui, il revient à la charge, et appelle les autorités à une prise en charge du secteur :

« Il est temps pour les régulateurs de se demander quel est l’impact dans le monde réel du prochain retournement de cycle contre les cryptos. »

Les échanges décentralisés « ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles