Vers un « Mega Big Brother » britannique ?

Un projet de loi du gouvernement britannique qui obligerait les FAI à stocker pendant 1 an des données très détaillées sur les communications de leurs clients est actuellement examiné par les députés.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Big Brother Poster

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vers un « Mega Big Brother » britannique ?

Publié le 12 septembre 2012
- A +

Un projet de loi insensé du gouvernement britannique qui obligerait les FAI à stocker pendant 1 an des données très détaillées sur les communications de leurs clients est actuellement examiné par les députés.

Par Roseline Letteron.

Big Brother PosterLe 9 mai 2012, dans son discours du Trône, la reine Elisabeth annonçait aux Britanniques l’intention du gouvernement « de proposer des mesures pour maintenir la capacité des agences de renseignement et des autorités à accéder à des données essentielles de communication, sous de strictes conditions (…)« . On en sait davantage aujourd’hui, car le Interception of Communications (Admissibility of Evidence) Bill est actuellement débattu au Parlement britannique.

Certains évoquent à son propos un « Mega Big Brother« , formule peut-être un peu excessive, mais qui a le mérite de mettre en évidence un véritable abandon du principe même de protection des données. Le texte prévoit de contraindre les fournisseurs d’accès à internet (FAI) à conserver les données de leurs clients pendant douze mois. Seraient ainsi archivés les courriels, les appels passés par Skype, et, bien entendu, l’ensemble des pages visitées, y compris sur des sites domiciliés à l’étranger. Certes, le texte affirme que seules seront communicables les « méta-données », c’est-à-dire la liste des correspondants, le nombre des communications et leur fréquence etc. Mais les experts du renseignements affirment que ces informations sont largement suffisantes pour établir le profil d’une personne, connaître ses relations et ses opinions.

Habeas Corpus

Ce texte porte une atteinte particulièrement grave au principe d’Habeas Data, qui s’analyse comme une adaptation de l’Habeas Corpus à la société numérique. L’Habeas Corpus, dont la notion même est née au Royaume Uni avec une loi de 1679, se définit comme la mise en œuvre procédurale du principe de sûreté. Chacun est libre de circuler librement et de vivre paisiblement dans son domicile privé. Les intrusions dans sa liberté de circulation (par une arrestation) ou dans sa vie privée (par une perquisition) doivent être prévues par une loi et décidées par un juge.

L’Habeas Data peut, par analogie, se traduire comme la mise en œuvre du principe de libre circulation sur internet et de maîtrise de la personne sur ses données personnelles. Toute intrusion des autorités étatiques doit donc être prévue par une loi et autorisée par un juge. Le Interception of Communications Bill, une fois voté, permettra de remplir la première condition, puisqu’une loi autorisera désormais les interceptions. En revanche, la seconde condition, celle liée à l’intervention d’un juge, fait cruellement défaut. En l’espèce, les données sont conservées pour être consultées par les autorités de police et les services de renseignement, dans un but, bien peu précis, de lutte contre le terrorisme et la grande criminalité. Tout cela est fort inquiétant, si ce n’est que le texte paraît extrêmement difficile à mettre en œuvre.

Un texte impossible à mettre en œuvre ?

D’une part, les autorités britanniques peuvent certes contraindre les FAI domiciliés sur leur sol à fournir ces informations, mais il n’en ont guère les moyens à l’égard de ceux qui sont à l’étranger. Les citoyens britanniques auront donc intérêt à changer d’hébergeur. Le fondateur de Wikipedia, Jimmy Wales, a même fait savoir qu’il n’hésiterait pas, si la loi est votée, à crypter les communications entre Wikipedia et  ses utilisateurs britanniques. Même si les services britanniques sont vraisemblablement dotés de services de décryptage, la loi risque de se révéler bien difficile à appliquer, et surtout bien onéreuse car le décryptage coûte cher.

D’autre part, et d’une manière plus générale, le texte révèle une volonté de tout surveiller, de tout contrôler. Cette pratique rappelle étrangement l’erreur des agences de renseignement américaines, informées des attaques du 11 septembre par des interceptions électroniques, mais qui n’ont pas su trouver et analyser l’information pertinente parmi des millions d’autres. La vieille histoire de l’aiguille dans la botte de foin. Sur ce point, l’efficacité du fichage systématique reste encore à démontrer.

Le Royaume de l’Habeas Corpus deviendrait-il paranoïaque, dominé par la peur, la peur de l’insécurité, la peur du terrorisme ? Souvenons-nous que le Royaume Uni fut, en 1679, le premier État au monde à envisager la protection des citoyens contre les abus du pouvoir en place. Or cette idée ne semble plus aller de soi. Le « Anti-terrorism, Crime and Security Bill«  du 14 décembre 2001 autorisait déjà l’internement par une simple décision administrative de toute personne suspectée d’un lien quelconque avec un groupe terroriste. Aujourd’hui, c’est la protection de la vie privée qui est mise à mal, sans même que les personnes concernées aient la possibilité de saisir un juge. La vidéosurveillance a envahi le pays, le contrôle systématique des communications devient une réalité. Il est vrai que George Orwell était anglais.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Loi qui existe deja en France…

    • Charles,

      L’équivalent français interdit de conserver le contenu d’une communication électronique et restreint l’obligation de traçabilité aux données dites « techniques » (durée, émetteur, destinataire, etc.).

      Cela étant dit si l’on suit l’auteur qui considère qu’avec ce qu’elle appelle « méta-données », on a déjà Big Brother,

      Monde de merde hein?

  • C’est parfaitement infaisable, techniquement.

    Rien que la contrainte de garder trace (rien que la trace: date, émetteur et destinataire, sans le contenu) de tous les SMS de ou vers la France pendant plus de 3 mois pose déjà aujorud’hui des problèmes techniques critiques de stockage, de temps de traitement… Alors étendre ce genre de choses à toute communication internet… c’est insensé.

    • Techniquement ça ne me parait pas infaisable. J’ai trouvé sur le net le nombre de SMS échangé en France par trimestre = 20 milliards. Si un SMS fait 4 ko ça fait, si je ne me trompe pas, 80 To à stocker/trimestre. C’est clairement pas un problème. Par contre, d’autres problèmes techniques peuvent se présenter mais rien, à mon avis, qui ne soit pas à porter de nos chers états totalitaires.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Ça y est, ça le reprend ! Comme lors de son hommage à Samuel Paty, cet enseignant décapité pour avoir utilisé des caricatures du prophète Mahomet lors d'un cours sur la liberté d’expression, Emmanuel Macron nous refait le coup du grand Président de la République totalement commis à la promotion de l'esprit des Lumières et à la défense de la liberté qu'il place volontiers "au-dessus de tout" dans ses discours :

"C'est notre choix, depuis plusieurs siècles, de mettre la dignité humaine, la paix, le respect d... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par David Camroux. Un article de The Conversation

L’alliance AUKUS, réunissant l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, a officiellement vu le jour le 22 novembre 2021, lors d’une cérémonie de signature discrète à Canberra, environ deux mois après l’annonce publique et spectaculaire de l’accord par les dirigeants des trois pays concernés.

Dans l’intervalle, une avalanche d’analyses s’est concentrée sur les aspects stratégiques et géopolitiques de cette entente pour l’Australie et les États-Unis, tendant à minimiser ses dyn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles