Hausse de la CSG : la gauche, ennemie du peuple

La hausse de la CSG décidée par le gouvernement Ayrault plombera le pouvoir d’achat des salariés sans créer l’électrochoc nécessaire pour relancer l’emploi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hausse de la CSG : la gauche, ennemie du peuple

Publié le 8 septembre 2012
- A +

La hausse de la CSG décidée par le gouvernement Ayrault plombera le pouvoir d’achat des salariés sans créer l’électrochoc nécessaire pour relancer l’emploi.

Par Aurélien Véron.

La gauche critiquait la TVA sociale hier. Elle veut instaurer 2 à 4% de « CSG sociale » aujourd’hui. Sur fond d’hypocrisie, elle reconnaît donc le problème de l’excès des charges sociales en France. Mais comme la droite, elle s’attaque aux effets plutôt qu’aux causes, le financement plutôt que les assurances sociales elles-mêmes. En augmentant l’impôt sur tous les revenus à salaire net inchangé, le gouvernement s’engage à rogner sérieusement le pouvoir d’achat des salariés et des épargnants déjà écrasés par le poids des prélèvements obligatoires. Et si le coût du travail peut diminuer un peu, l’hyperfiscalisation des revenus qui en résultera incitera un peu plus les Français à lever le pied, à réduire leur prise de risque et leurs investissements.

Les recettes des quatre branches de la sécurité sociale atteignaient 422 milliards d’euros en 2011. Très schématiquement, diminuer les charges sociales de 1% à partir de leur niveau actuel, soit d’environ 40 à 39%, coûterait donc presque 11 milliards d’euros, quasiment autant qu’une hausse de 1% de la CSG. Cela signifie que 2 à 4 % de hausse de l’impôt sur l’ensemble des revenus (et donc du pouvoir d’achat de leurs bénéficiaires) ne permettraient une diminution du coût du travail que de 2 à 4 %. Si on se fonde sur l’hypothèse que le salaire net ne bouge pas. Mais c’est le but de la manœuvre, non ? Nous sommes loin de l’électrochoc nécessaire pour favoriser les embauches. Parions quand même sur le fait que ce jeu de bonneteau fiscal va se traduire par une usine à gaz supplémentaire pour compliquer le quotidien de tous.

En revanche, l’impact négatif d’une baisse générale du salaire après impôt de 2 à 4% promet d’être considérable alors que l’évolution du coût de la vie dégrade la qualité de vie des habitants (le logement devenu inaccessible par manque de foncier constructible par exemple). Les salariés seront davantage démobilisés, particulièrement parmi les hauts revenus frappés de plein fouet par la progressivité importante de nos grilles (je ne prends pas en compte la tranche aberrante de 75%, même si heureusement les artistes, alliés objectifs de la gauche, et les sportifs populaires y échapperont).

François Fillon se vantait d’avoir augmenté de 10,5% l’imposition du capital en 10 ans de pouvoir de la droite. Ne doutons pas que cette nouvelle augmentation de 2 à 4% de la CSG sur les revenus du patrimoine accentuera la sous-capitalisation de nos PME, la vente de nos entreprises performantes à des étrangers pour être délocalisées vers des cieux moins punitifs, et la fuite des capitaux. Certes, le gouvernement se confronte à une équation impossible sans poser sur la table le débat fondamental des assurances sociales : l’abandon du monopole bureaucratique de la sécu ouvrirait la voie à de meilleures couvertures, individualisées et moins coûteuses. Sans sacrifier leur universalité.

En diminuant de quelques points le coût du travail avec de bonnes intentions, le gouvernement ignore l’un des facteurs bloquants de la compétitivité, le niveau général trop élevé des prélèvements obligatoires. Il promet d’aggraver encore davantage l’investissement et la prise de risque, moteurs de l’entreprise et de l’innovation. Est-ce le moment de détériorer la confiance des acteurs de la croissance, au moment où le pays franchit la barre des 3 millions de chômeurs déclarés ? En attendant une refonte intelligente de nos assurances sociales, les réformes telles que la flexibilité de l’emploi ou la remise en question des professions protégées amélioreraient rapidement la compétitivité du pays sans ne rien coûter au contribuable.


Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF Europe

La « grande démission » n’arrête pas de faire couler de l’encre. Dans Les Échos du 8 septembre, Jean-Marc Vittori, s’appuyant sur les données de la Dares (ministère du Travail), affirme qu’un million de Français ont abandonné leur CDI en six mois, « 20 % de plus qu’avant l’épidémie ».

 

« Attention, vos salariés deviennent des mercenaires »

Reprenant les propos des chercheurs de la Dares, Vittori souligne que ce taux de démission « est élevé mais pas inédit ». Rien qu’... Poursuivre la lecture

5
Sauvegarder cet article

Le Secrétaire national du Parti communiste français (PCF) Fabien Roussel a clairement décidé de jouer les trublions au sein de la toute nouvelle toute fragile union de la gauche. On savait déjà qu’il n’hésitait pas à se moquer des obsessions écoféministes hallucinées de Sandrine Rousseau, s’affichant volontiers en train de savourer un splendide steak grillé ou lui rétorquant récemment à propos de la polémique sur le virilisme coupable du barbecue qu’il n’avait que faire des discours sur « le sexe des escalopes » !

Comme si une telle hé... Poursuivre la lecture

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l‘assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles