Renault licencie

La filiale coréenne du constructeur français Renault a annoncé vendredi un plan de réduction de postes. L’avantage de ne plus produire en France, c’est que lorsqu’on licencie, c’est à l’étranger.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Renault licencie

Publié le 13 août 2012
- A +

La filiale coréenne du constructeur français Renault a annoncé vendredi un plan de réduction de postes. L’avantage de ne plus produire en France, c’est que lorsqu’on licencie, c’est à l’étranger…

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

80% de salariés en moins, des places en plus sur le parking !

Renault Samsung Motors (RSM) a des difficultés. La filiale coréenne du constructeur français Renault a annoncé vendredi dernier 10 août 2012 un plan de réduction de postes ouvert à 80% de ses salariés. Une bagatelle ! Enfin, 80% des salariés ne faisant pas partie des 1 000 qui travaillent dans le domaine de la recherche et développement et du design.

Il faut dire que les ouvriers de RSM ne sont pas trop occupés, depuis quelques temps. L’usine tourne à peine à 60% de ses capacités et, fermée plusieurs jours par mois, elle ne devrait produire que 180 000 voitures cette année, essentiellement destinées au marché intérieur coréen. Or, justement, sur ce marché intérieur, c’est la claque. -34% de ventes depuis le début de l’année quand les concurrents (Hunday- Kia) ont, eux, augmenté leur part de marché de 10%. La politique de Ghosn, le cost killer, n’est pas adaptée à un marché toujours en recherche de nouveautés et de performance technologique.

Ce n’est pas pour autant que le groupe a décidé de fermer son unité de production, au contraire. Le mois dernier, son PDG, Carlos Ghosn, a annoncé un investissement de 160 millions de dollars sur son site de Busan. La nouvelle orientation sera désormais la production de modèles du groupe. C’est déjà là qu’est produite la Renault « Latitude » qu’on ne voit pas beaucoup sur nos routes, ni sur les autres d’ailleurs… et le « Koleos », le crossover mal nommé de Renault qui, malgré son lifting de l’année dernière a du mal à convaincre. Désormais le site coréen produira le Rogue, le futur 4×4 de Nissan. Souhaitons lui meilleur avenir.

En attendant, on vire. Les conditions de départ, toujours bonnes à connaître pour pouvoir négocier demain si d’aventure une telle mesure pointait son nez dans l’hexagone, vont jusqu’à deux ans de salaire d’indemnités, en fonction de l’ancienneté.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Et encore, il a été épargné à la France la nouvelle Safrane. Il suffit de voir sa photo pour comprendre son potentiel :

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/21/RenaultSafrane_SIAM08.jpg

  • il y a une tare génétique chez Renault: l’incapacité à concevoir et produire un véhicule Haut De Gamme !!!…..

    • Tout sauf génétique. La 40 CV était l’égale des plus luxueuses en son temps.

      • Avant la guerre, nos constructeurs avaient les gènes pour les véhicules de luxe et de haute performance. Sous prétexte de reconstruction, on n’a pensé que véhicules grand public et économiques. Quand je pense que la première DS s’est vue affublée du vieux 4 cylindres de la Traction à peine amélioré, alors qu’elle méritait un « 6 en ligne ».
        Maintenant, on sait faire les meilleurs moteurs de F 1, mais on a laissé le prestige et les marges bénéficiaires aux Germains, lesquels viennent même nous tailler des croupières sur les moteurs économiques.
        Un de mes fils a une BMW qui développe 245 Hp et qui consomme en moyenne… 7,5 litres de gasole.

        • La vignette a tué les grosses cylindrées française. Oui, nous étions le pays de l’art automobile, avec Delage, Delahaye, Talbot, Hispano Suiza, Bugatti et bien d’autres.

          Quand on sait qu’une voiture de grand luxe prend des centaines d’heures à fabriquer, par des ouvirers experts, alors qu’une petite caisse à savon ‘bonus CO2″ en prend une douzaine, on de se rend compte de la destruction industrielle dont se sont rendues coupables le autorités et leur hargne égalisatrice.

          Aujourd’hui, l’Italie, l’Allemagne et la GB se répartissent le grand luxe, et on le voit même émerger en Hollande (Spyker), en Suède (Koenigsegg). Cruelle ironie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Christian Bailleux.

L’incohérence de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) du gouvernement suite à la Loi de transition énergétique pour la croissance verte votée en 2015 et les inévitables prises de positions extrêmes liées à la campagne électorale de 2022 pourraient contribuer à accélérer les colossales dépenses contre-productives conduisant ainsi à un désastre humain.

Arrêt programmé de la production de véhicules thermiques

Les principaux constructeurs automobiles ont annoncé l’arrêt de la constr... Poursuivre la lecture

Par Pierre Robert.

En 1957, alors que sévissait l’inflation, Guy Mollet, président du Conseil, prétendait l’éradiquer en bloquant les prix. La droite qui s’opposait à cette politique de gribouille fut alors qualifiée de « droite la plus bête du monde » par un chef du gouvernement manifestement ignorant des réalités économiques les plus élémentaires : on ne fait pas baisser la température (la hausse des coûts) en cassant le thermomètre (l’indice des prix).

Un scénario du même type se rejoue aujourd’hui. La CGT, la FSU et d’autres... Poursuivre la lecture

Par Loik Le Floch-Prigent.

On savait l’État mauvais gestionnaire de l’industrie. Les partisans du soutien de la puissance publique dans l’industrie ont toujours insisté sur la nécessité de l’autonomie de gestion.

Pourtant, pour le dossier Renault on n’est sans doute jamais allé aussi loin dans l’interventionnisme depuis l’incarcération de Carlos Ghosn au Japon. Le navire Renault a tangué, l’alliance avec Nissan et Mitsubishi a tremblé et les membres du gouvernement, la Commission européenne et leurs fonctionnaires ont rarement é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles