Mario Draghi joue-t-il à « qui perd gagne » ?

Selon le quotidien allemand Die Welt de samedi, la BCE aurait permis à la Grèce d’éviter provisoirement la faillite, en…autorisant la Banque centrale grecque à acquérir 7 milliards d’euros de bons du Trésor.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mario Draghi joue-t-il à « qui perd gagne » ?

Publié le 7 août 2012
- A +

Selon le quotidien allemand Die Welt de samedi, la BCE aurait permis à la Grèce d’éviter provisoirement la faillite, en… autorisant la Banque centrale grecque à acquérir 7 milliards d’euros de bons du Trésor !

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Étonnante parade de Mario Draghi qui fait un pas de côté, revient dans l’axe, puis fait un pas de l’autre côté, revient dans l’axe, fait des courbettes à  Jens Weidmann, se croyant dans un salon en train de danser le menuet.

Après sa déclaration semblant reconnaître que les « mesures non conventionnelles, c’est quelque chose qui ne marche pas », il affirme être « prêt à tout » pour sauver l’Euro, puis vient cette superbe courbette « la BCE restera dans le cadre de la mission qui lui est confiée ». Et maintenant ?

Eh bien ce week-end, selon le quotidien allemand Die Welt de samedi, la BCE aurait permis à la Grèce d’éviter provisoirement la faillite, en…autorisant la Banque centrale grecque à acquérir 7 milliards d’euros de bons du Trésor contre 3 milliards auparavant ! Alors là, cette décision vaut son pesant de cacahuètes ! Clairement, ce sont quelques 4 milliards d’euros que la BCE devrait donc fournir à la Grèce (via la BCG car les statuts de la BCE lui interdisent de financer les États) avant que la troika ne statue sur le sort du pays à propos de la prochaine tranche de 31,3 milliards d’euros du plan d’aide prévu pour le mois de septembre. Or, et c’est là où je voulais en venir, cette décision intervient peu de temps après que la BCE ait elle-même refusé les obligations grecques en garantie des prêts qu’elle consent… Autrement dit, la BCE ne veut plus d’obligations grecques qu’elle juge trop risquées (il est temps !), mais autorise la banque centrale grecque à en acheter pour plus du double de ce à quoi elle avait droit auparavant !

Si ça ce n’est pas une « mesure non conventionnelle », ça, faudra m’expliquer ! Tout à coup, nos chers « intervenants sur les marchés », les rigolos comme les appelle Olivier Delamarche, se reprennent à penser que si Mario Draghi accepte une « mesure non conventionnelle », il peut en accepter d’autres, comme un parachutage monstre de billets pour sauver toutes les économies en difficulté… Et hop, revoilà partis nos marchés… avant la prochaine chute.

Ne les suivez surtout pas, n’oubliez pas qu’ils ne jouent pas avec leur propre argent et bien souvent ne jouent-ils qu’avec de l’argent fictif mis à leur disposition au prix du papier. Vous, lorsque vous placez de l’argent, c’est le résultat de votre travail, de votre intelligence, ou plus exactement c’est ce qu’il reste de votre travail ou de votre intelligence après avoir payé cotisations, taxes, impôts, plf, isf.. Calculez le temps qu’il vous faudra pour les « re » gagner si vous les perdez pour avoir imprudemment « joué » sur les marchés en voulant faire le « rigolo »! Je vous le redis, et vous le redirai encore, on ne gère pas son patrimoine en jouant. Votre patrimoine est là pour assurer vos lendemains (et croyez moi vous en aurez besoin) et ceux de votre famille.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’inflation présente depuis quelques mois inquiète : est-elle durable ? Provoquera-t-elle une crise ? Tantôt expliquée par la reprise économique mondiale après les confinements, tantôt justifiée par la guerre en Ukraine. Il semblerait que l’inflation provienne d’un mal bien plus profond qui oblige à une observation des politiques menées sur la dernière décennie.

 

2012 : la zone euro est exsangue

Tout commence le 26 juillet 2012. Mario Draghi, gouverneur de la BCE, déclare que la banque centrale sauvera l’euro « whatever it... Poursuivre la lecture

Par Thomas Renault

 

En 2015, un article publié par Les Échos intitulé « Comment Twitter est devenu la boule de cristal des marchés financiers » a fait un bon petit buzz sur les réseaux sociaux.

Réalisant ma thèse de doctorat sur ce sujet depuis maintenant près de trois ans, j'ai tendance à être assez psychorigide à propos de cette thématique, surtout que les mêmes mythes et les mêmes erreurs reviennent très souvent dans les articles de presse traitant de Twitter en tant qu'outil de First-Story Detection (détection d... Poursuivre la lecture

Au Forum financier international qui vient de se tenir à Paris, le gouverneur de la Banque de France a confirmé l’intention des banques centrales de créer un euro numérique. En même temps, dans un article récent, Le Figaro se demande : « Euro numérique : à quoi servira la nouvelle monnaie européenne ? » Excellente question, à laquelle j’ai bien peur que la réponse soit « à rien ».

Dans nos pays développés, nous disposons d’une vaste gamme de moyens de paiement : outre les chèques et les espèces, une multitude de cartes de crédit et plu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles