Mario Draghi joue-t-il à « qui perd gagne » ?

Selon Die Welt, la BCE aurait évité la faillite à la Grèce en autorisant la banque centrale grecque à acheter 7Md€ de bons du Trésor.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mario Draghi joue-t-il à « qui perd gagne » ?

Publié le 7 août 2012
- A +

Selon le quotidien allemand Die Welt de samedi, la BCE aurait permis à la Grèce d’éviter provisoirement la faillite, en… autorisant la Banque centrale grecque à acquérir 7 milliards d’euros de bons du Trésor !

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Étonnante parade de Mario Draghi qui fait un pas de côté, revient dans l’axe, puis fait un pas de l’autre côté, revient dans l’axe, fait des courbettes à  Jens Weidmann, se croyant dans un salon en train de danser le menuet.

Après sa déclaration semblant reconnaître que les « mesures non conventionnelles, c’est quelque chose qui ne marche pas », il affirme être « prêt à tout » pour sauver l’Euro, puis vient cette superbe courbette « la BCE restera dans le cadre de la mission qui lui est confiée ». Et maintenant ?

Eh bien ce week-end, selon le quotidien allemand Die Welt de samedi, la BCE aurait permis à la Grèce d’éviter provisoirement la faillite, en…autorisant la Banque centrale grecque à acquérir 7 milliards d’euros de bons du Trésor contre 3 milliards auparavant ! Alors là, cette décision vaut son pesant de cacahuètes ! Clairement, ce sont quelques 4 milliards d’euros que la BCE devrait donc fournir à la Grèce (via la BCG car les statuts de la BCE lui interdisent de financer les États) avant que la troika ne statue sur le sort du pays à propos de la prochaine tranche de 31,3 milliards d’euros du plan d’aide prévu pour le mois de septembre. Or, et c’est là où je voulais en venir, cette décision intervient peu de temps après que la BCE ait elle-même refusé les obligations grecques en garantie des prêts qu’elle consent… Autrement dit, la BCE ne veut plus d’obligations grecques qu’elle juge trop risquées (il est temps !), mais autorise la banque centrale grecque à en acheter pour plus du double de ce à quoi elle avait droit auparavant !

Si ça ce n’est pas une « mesure non conventionnelle », ça, faudra m’expliquer ! Tout à coup, nos chers « intervenants sur les marchés », les rigolos comme les appelle Olivier Delamarche, se reprennent à penser que si Mario Draghi accepte une « mesure non conventionnelle », il peut en accepter d’autres, comme un parachutage monstre de billets pour sauver toutes les économies en difficulté… Et hop, revoilà partis nos marchés… avant la prochaine chute.

Ne les suivez surtout pas, n’oubliez pas qu’ils ne jouent pas avec leur propre argent et bien souvent ne jouent-ils qu’avec de l’argent fictif mis à leur disposition au prix du papier. Vous, lorsque vous placez de l’argent, c’est le résultat de votre travail, de votre intelligence, ou plus exactement c’est ce qu’il reste de votre travail ou de votre intelligence après avoir payé cotisations, taxes, impôts, plf, isf.. Calculez le temps qu’il vous faudra pour les « re » gagner si vous les perdez pour avoir imprudemment « joué » sur les marchés en voulant faire le « rigolo »! Je vous le redis, et vous le redirai encore, on ne gère pas son patrimoine en jouant. Votre patrimoine est là pour assurer vos lendemains (et croyez moi vous en aurez besoin) et ceux de votre famille.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Elie Blanc.

D’ordinaire, c’est un sujet qui fâche et qui peut vite vous valoir d'être catalogué dans le camp des grands méchants libéraux, fanatiques de l’austérité et nostalgiques du temps où les enfants travaillaient dans les mines. Mais entre le passe sanitaire et les élections qui approchent, la question de la gestion des comptes publics ne fait plus franchement rêver la presse.

Pourtant, la facture du fameux « quoi qu’il en coûte » d’Emmanuel Macron commence à pointer le bout de son nez. Il est utile de préciser que not... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Daniel Lacalle. Un article du Mises Institute

La Banque centrale européenne a annoncé une réduction progressive du programme de rachat d'actions le 9 septembre. On pourrait penser qu'il s'agit d'une idée judicieuse compte tenu de la récente hausse de l'inflation dans la zone euro, qui a atteint son plus haut niveau en dix ans, et de la reprise prétendument vigoureuse de l'économie.

Cependant, il y a un gros problème. L'annonce n'est pas vraiment une réduction progressive, mais simplement un ajustement à une offre nette d'obl... Poursuivre la lecture

Par Franky Bee.

Tout commence lors du débat qui s’est tenu le 28 août dernier entre Rafik Smati et Éric Zemmour.

L’économie ? « Ce n’est pas la priorité », affirmait Zemmour. En face, le président d’Objectif France est tout le contraire de son contradicteur sur ce sujet, à savoir l’un des rares hommes politiques français à avoir développé une véritable réflexion économique dans un monde de hauts fonctionnaires et philosophes, où les projets sur l’économie sont construits à la va-vite à la manière d’un grand bingo des choses cen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles