Eurozone : vers une intervention du FESF ?

Que ce soit au sein des marchés financiers ou des États-membres de la zone euro, nombreux sont ceux qui espèrent une intervention directe et rapide du FESF, qui achèterait de la dette espagnole et italienne afin de détendre les taux d’emprunt.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Eurozone : vers une intervention du FESF ?

Publié le 1 août 2012
- A +

Que ce soit au sein des marchés financiers ou des États-membres de la zone euro, nombreux sont ceux qui espèrent une intervention directe et rapide du FESF, qui achèterait de la dette espagnole et italienne afin de détendre les taux d’emprunt.

Par Charles Sannat.

Sur le front de l’euro, c’est toujours cette même idée du « cette fois-ci c’est différent, promis on va faire quelque chose d’efficace » qui domine l’actualité du jour.

Zone euro : Geithner et Schäuble optimistes, les marchés rebondissent

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble et le secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner se sont rencontrés à Sylt, une île allemande de la mer du Nord, lundi 30 juillet 2012.

La main sur le cœur, ils ont exprimé lundi « leur confiance dans les efforts engagés par les États membres pour se réformer et avancer vers une plus grande intégration ». Voilà donc une nouvelle belle rencontre qui pour le moment n’a abouti à rien. Encore une fois strictement rien à part le fait de nous dire leur « confiance » dans la capacité du Titanic européen qui a heurté l’iceberg depuis bien longtemps à ne pas couler.

Vers une intervention du FESF

En réalité, ce que tout le monde espère c’est une intervention directe et rapide du FESF, qui achèterait de la dette espagnole et italienne afin de détendre les taux d’emprunt. Pourquoi pas. Mais dès lors plusieurs questions vont se poser. Les deux principales sont les suivantes et vont d’ailleurs de pair.

La première : le FESF dispose de 700 milliards d’euros théoriques devant être versés par les pays membres de l’eurozone. Après ces 700 milliards (tout en sachant que la majeure partie n’a pas été versée et que ce qui a été donné a déjà été dépensé pour la Grèce) que fera-t-on ? Car si cela parait beaucoup, ce n’est rien en réalité !

Pour mettre les choses en perspective, le PIB de la zone euro est d’environ 12 000 milliards d’euros. Donc ce fonds représente moins de 6% d’une année de PIB pour la zone euro alors que les dettes s’élèvent à plusieurs centaines de pourcent de ce même PIB. Petite précision, c’est le MES qui disposera en théorie de 700 milliards, le FESF lui n’a que 200 milliards d’euros dans les poches, mais soyons optimiste et prenons le cas le plus favorable, puisqu’à terme le MES remplacera le FESF dès 2013… enfin si on arrive…

La deuxième question est : jusqu’où un fonds comme le FESF va-t-il pouvoir aller ? Ce qui revient à savoir jusqu’où les pays membres du FESF vont-ils aller ? Quand est-ce qu’ils arrêteront de payer ? Dès lors que se passera-t-il ? Un retour à la case crise.

Le chef de l’Eurogroupe Jean-Claude Juncker a déclaré au Figaro « Nous sommes arrivés à un point crucial », assurant que le fonds de secours européen, le FESF, agirait avec la BCE. Pour lui « Il faut une décision politique des 17 avant une intervention du FESF, mais si la pression est là, on agira dans des délais plus brefs ».

Je comprends dans tout cela que le FESF va intervenir comme nos autorités s’étaient engagées à le faire lors du sommet de la dernière chance du 28 juin, en s’abstenant bien de le faire justement ! Mais la cacophonie continue. Le secrétaire général du Trésor espagnol, Inigo Fernandez de Mesa a déclaré que « l’Espagne ne demandera pas au fonds de sauvetage européen qu’il achète de la dette »… Il arrive un moment ou ça devient compliqué. Cette confusion qui continue risque de se terminer par un énorme fracas car il ne faut pas non plus oublier que la solution de la monétisation (car in fine c’est de cela qu’il s’agit) se heurte toujours à un non catégorique de la part de la Bundesbank (la banque centrale allemande), d’une partie des responsables politiques du pays, sans oublier certains pays comme les Pays-Bas ou la Finlande qui sont carrément vent debout.

La Bourse de Paris poursuit son rebond et se veut confiante

Pendant ce temps la Bourse de Paris a terminé la séance lundi sur une belle hausse de 1,24% après une séance euphorique à plus de 4% la semaine dernière, voilà un marché qui vient de prendre presque 10% de hausse. La situation est parfaitement résumée par Yves Marçais, de Global Equities. « Toutes les déclarations des hommes politiques vont dans le même sens. Cela suffit pour redonner confiance au marché qui veut croire à une perspective de fin de crise ».

Je n’aime pas le terme « croire »  dans une analyse de situation économique. Je réserve ce mot à mes convictions personnelles et religieuses. Croire ne signifie rien, et vouloir croire est encore pire. Mais, oui, les marchés veulent « croire à une perspective de fin de crise ». Crise qui dure depuis 5 ans de façon aiguë mais depuis 1975 de façon larvée. Comment voulez-vous imaginer une solution de sortie de crise à court terme ? C’est impossible.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Il convient de ne pas oublier, encore une fois, qu’il n’ y a pas de crise de l’euro, en tant que monnaie « technique », mais crise des « cigales dépensières », ceci pour le plan purement financier.
    Sur la plan politico bureaucratique, c’est évidemment tout autre chose: ces gens là jouent leur avenir « européo-collectiviste’ et gageons qu’ils ne vont pas y renoncer:attendons nous donc à casquer « sec » pour péréniser des carrières.

    Un élément à prendre en compte: Merkel joue sa tête en Allemagne
    ( les elections perdues dans le bad würtemberg ne lui ont pas servi de leçon, apparemment…)

  • qui abonde le fesf?l’espagne l’italie la grece entre autres.alors on y croit très fort!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Madame Lagarde, s’exprimant au nom de la BCE, a indiqué, en évoquant l’hypothèse d’un ralentissement économique : « Nous ne croyons pas que cette récession sera suffisante pour dompter l'inflation ». Fabio Panetta ajoute « Lors du calibrage » des décisions, « nous devons faire très attention à ne pas amplifier le risque d'une récession prolongée ou de provoquer une dislocation du marché ».

La BCE considère donc, d’une part, qu’un durcissement monétaire est nécessaire pour réduire l’inflation au-delà de l’effet du ralentissement de l’in... Poursuivre la lecture

Pour garantir sa continuité au pouvoir, Pedro Sanchez a négocié avec les indépendantistes catalans la suppression du délit de sédition pour lequel ils avaient été condamnés en 2019. Cette énième atteinte à l’État de droit sort définitivement le PSOE de la catégorie de parti constitutionnaliste.

 

CGPJ : le double jeu de Sanchez 

Dans un précédent article, j’avais eu l’occasion d’expliquer de façon détaillée le fonctionnement du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ), équivalent espagnol du Conseil de la magistrature, ... Poursuivre la lecture

Par Éric Mengus et Guillaume Plantin.

 

Le 23 septembre au Royaume-Uni, l’annonce du mini-budget et les événements qui ont suivi jusqu’à l’annonce de la démission de la Première ministre Liz Truss, le 20 octobre, ont suscité un regain d’intérêt pour le risque de « dominance budgétaire », c’est-à-dire une situation dans laquelle la banque centrale abandonne son objectif de stabilité des prix pour aider le gouvernement à financer ses déficits.

Mais dans quelle mesure cette séquence d’événements doit-elle nous pousser à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles