La Gauche prend enfin des mesures contre les méchants

Après des années de sarkozysme qui ont mis le pays à feu et à sang, la gauche s’est attelée à combattre enfin les méchants !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Parti Socialiste

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Gauche prend enfin des mesures contre les méchants

Publié le 29 juin 2012
- A +

La gauche s’est installée dans le pays, et il était temps. Après des années de sarkozysme, elle trouve un pays à feu et à sang, avec des méchants qui font du mal et des gentils qui souffrent. Les élections passées, la gauche toute unie s’est donc attelée à combattre enfin les méchants et défendre les gentils. Et question bisous, les premières mesures envoient du lourd.

Si le malheur a un début, c’est dans l’enfance qu’il se situe à l’évidence. Tous ces enfants, des enfants outragés, des enfants brisés, des enfants martyrisés, mais, avec le retour, enfin, du socialisme, des enfants libérés, vont pouvoir reprendre le chemin des classes, pour l’année 2012 – 2013, avec un nouvel horizon : le ministre Peillon l’a expliqué, il s’attaque maintenant au plus dur.

Il n’avait, jusqu’à présent, pas chômé. On se rappelle qu’il avait dressé un bilan implacable de l’incurie du précédent gouvernement en notant que les enfants français devaient supporter de trop longues vacances pour des journées bien trop chargées.

L’attaque de câlins n’a pas trainé : il a donc proposé, paf, comme ça — Peillon, il est cash — d’ajouter quelques jours de vacances aux nombreux autres.

Après ce bref épisode (qui lui aura valu les remontrances de Papy Ayrault — le pauvre vieillit à vue d’œil, il passe son temps à recadrer ses ministres), Peillon ne pouvait pas s’arrêter là. Et son autre constat, après celui des élèves trop fatigués par leurs grosses journées compensant de trop nombreuses vacances en pleine croissance, c’est que ces élèves sont martyrisés par un système préhistorique de notation.

C’est une idée de son conseiller, Bruno Julliard, un type formidable qui a une expérience solide dans tout ce qui est élèves, supplices, notations, et une pratique extraordinaire en évitement de travail qui fatigue, à commencer par celui offert par le secteur privé, par exemple. Pour ceux qui situent mal le conseiller, rappelons simplement qu’il s’agit de l’un des rares à avoir su tirer son épingle du jeu suite aux troubles du CPE puisqu’il est passé après un parcours brillant comme non-lycéen gréviste au non-travail estudiantin, puis directement à un poste de politicien dans lequel il suit méticuleusement la tendance globale à toucher une indemnité en minimisant le nombre de calories brûlées, économies d’énergie oblige.

Et pour ses faits d’armes, on se rappellera (furtivement) qu’il avait exploré les idées géniales d’une abolition du redoublement, d’une plus grande autonomie des établissements à condition de supporter plus de contraintes, et tout un tas d’autres propositions toutes aussi frétillantes et bisou-compatibles que consternantes, y compris des petits manuels de SVT qui dégenrent (non, ce n’est pas une typo).

Demaerd Bisounoursland Security - Division Gros CalinsCette fois-ci, donc, il s’agit de supprimer les notes.

Tout part d’une théorie, parfaitement fumeuse et donc immédiatement intéressante, dite de la constante macabre : les professeurs répartiraient, inconsciemment, les élèves en trois tiers : les bons, les moyens et les mauvais. Stupéfiant, non ? Et même dans une classe composée exclusivement de très bons, ces salauds de profs sans cœur referaient la même chose.

Une fois que cette théorie est gobée admise, le reste suit naturellement : on expérimente rapidement qu’en supprimant les notes et en évitant toute bousculade dans le micrococosme douillet de l’élève, celui-ci devient plus doux, plus mou, plus malléable et que son échec disparaît naturellement, comme les taches avec une lessive active, ou comme les négationnistes avec une censure efficace.

Comme on le voit, le Ministère de l’Edulcoration Nationale est dans de bonnes mains : à ce rythme, les petits illettrés qui passeront le bac à la fin du quinquennat de Hollande n’auront jamais subi le moindre outrage, la moindre vexation, le moindre échec et pourront découvrir la vie en entreprise, le travail en équipe et le reste du monde avec la certitude d’avoir les bons outils et les bonnes protections psychologiques pour ce faire.

Ce sera une tuerie.

Bah. Ils auront toujours la possibilité de rater leur mariage et de compenser en allant voir les hétaïres que leur statut social, assuré par l’État, leur permettra de fréquenter.

Eh bien même pas : le gouvernement s’emploie dès à présent à éradiquer ce fléau : Najat Vallaud-Belkacem, la ministre des droits de la femme, a décidé d’en finir avec la prostitution, la guerre, la maladie, et les mariages d’argent.

Oups. Non.

Seulement la prostitution.

Prenons un but modeste dans un premier temps. Ce sera facile, en plus : tout le monde sait comment faire pour abolir la possibilité pour certaines femmes de ne pas terminer SDF. Et à tout prendre, si l’on peut stigmatiser le client, c’est encore mieux : cela repoussera la prostitution dans des endroits encore plus difficiles à contrôler pour l’État, et accroîtra le risque pour les prestataires et les clients. Qui ne signerait pas des deux mains pour telle possibilité ?

Et puis après tout, elle est ministre des Droits des Femmes, hein, pas des Hommes.

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

Enfin, après avoir combattu la liberté des professeurs à noter les élèves, la liberté des femmes à disposer de leurs corps, la liberté des hommes à proposer de l’argent en l’échange de services sexuels, il fallait mettre un vrai terme à la liberté des patrons de détruire de l’emploi.

Car, dans ce pays, il est encore bien trop simple pour les patrons de détruire de l’emploi, chose qu’ils s’évertuent à réaliser tous les jours, avec application, tout le cynisme et la méchanceté qu’on peut imaginer dans les cœurs froids de ces monstres avides de profits. Profits évidemment obtenus en fermant leurs entreprises et en licenciant méchamment sa force productive. Mais si, c’est implacable.

Salauds de patrons.

Et l’analyse est formelle : si, jadis, la France se devait d’avoir de l’audace, encore de l’audace et toujours de l’audace en bonne quantité, ce que l’époque impose à présent pour la sauver, elle et ses emplois, ce sont des bisous, encore des bisous, toujours de bisous !

Pour le salarié, bien sûr, pas pour le salaud de patron qui mérite largement le sort qu’on va lui faire.

D’ailleurs, c’est une personne qui a beaucoup dirigé d’entreprises et qui a — comme Bruno Julliard ! — une expérience extensive dans le domaine qui se permet de nous expliquer ça par le menu dans un gentil article du Monde, tout doux, tout souple, tout câlin.

Dominique Méda, philosophe, sociologue, normalienne, énarque et inspectrice générale des affaires sociales, et PDG de plusieurs grands groupe du .. ah non pardon, bref, cette aimable fonctionnaire en est certaine : « il faut renforcer les sécurités accordées aux salariés, augmenter leur pouvoir de négociation et leur redonner non seulement la parole mais aussi du pouvoir, notamment sur leurs conditions de travail. »

Bien dit, Dominique ! Des bisous pour tous, en quantité généreuse !

Comme on le voit, aucun doute n’est possible : enfin la Gauche prend les vrais problèmes du pays à bras le corps ! Il était temps !
—-
Sur le web

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Ah non mais, alors!
    Qu’est-ce-que c’est que cette masse d’entrepreneurs sociopathes qui font rien qu’à créer de l’emploi.
    Nous à gôôôôche, ce qu’on aime, c’est les pauvres!
    Et plus y-en a plus ça nous va!

    Alors, si déjà on commençait par flinguer les chances d’intégration au monde du tr**ail? (excusez le gros mot, j’ai peur d’être modéré)
    Comme rien n’est parfait dans le vie, forcément, y-a des récalcitrants qui vont réussir à apprendre quand même quelque chose, entre deux débats impromptus sur la situation en Israël.
    Alors pour ceux-là, va falloir les grands moyens, ou on arrivera jamais à en faire les clients geignards de nos permanences électorales!
    Comme ils n’ont pas de penchant naturel à la revendication de droits acquis, ou à acquérir, on va leur en imposer, des droits!
    Ainsi, c’est leur employeur potentiel qui réfléchira à deux fois, avant de nous piquer un électeur!

  • Votre plume est toujours aussi drôle et acerbe. Vous savez écrire.
    Après, pour ce qui est des idées, je vous en prends et vous en laisse !

    Excellent paragraphe sur Bruno Juillard, cynique parmi les cyniques, qui n’a effectivement pas manqué le coche du CPE pour sortir son carré d’as. A l’époque, je pestais, je rageais contre lui, tâchant tant bien que mal d’expliquer à mes camarades lycéens la supercherie que l’odieux bonhomme préparait. Peu m’ont entendu … Et j’étais seul dans mon lycée … très seul …

    Enfin, je suis heureux que ma solitude ait au moins profité à ce triste drille. C’aurait été dommage pour lui … tant de travail pour rien …

  • Alléluia ! On est sauvés ! Heu… dites, m’sieur h 16, vous savez où il faut s’inscrire pour les free hugs ?

  • « On se rappelle qu’il avait dressé un bilan implacable de l’incurie du précédent gouvernement en notant que les enfants français devaient supporter de trop longues vacances pour des journées bien trop chargées. » C’est le cas effectivement si on compare avec nos homologues européens cf rapport cour des comptes http://www.ccomptes.fr/index.php/Publications/Publications/L-education-nationale-face-a-l-objectif-de-la-reussite Et accessoirement vacances plus longues = moins de jours de classes pour un programme équivalent = journées de travail trop chargées. Il faudrait donc écourter les vacances afin de diminuer la charge journalière de travail.

    Quand au redoublement, il est notoirement inefficace et couteux. Là encore cf le rapport de la Cour des Comptes.

    • Tout le monde sait bien que les rapports de la Cour des Comptes servent à caler les armoires…

      • Ce qui y est écrit est faux ?

        • Au contraire, même si tout n’y est pas juste. Mais pour qu’on puisse s’en servir pour gouverner il faudrait qu’il y ait beaucoup plus d’erreurs, et même de fautes, dans ces rapports. Alors on cale les armoires avec.

    • Ce n’est pas le fond du problème. Le fond du problème, c’est qu’ils (au gouvernement) constatent des trucs et … n’en font strictement rien. Les redoublements continuent, les horaires sont toujours aussi importants.

      En pratique, l’échec du Collège Unique est patent, la centralisation outrée de l’EdNat est en train de tuer le système éducatif français à petit feu, et … ils ne font rien ou des petites décos amusantes.

  • il y a quelque chose qui cloche au fait ; Peillon considère que les vacances sont trop longues et il propose d’ajouter des jours … There’s something fishy around here

  • Les éditos de ce site sont un régal…

  • Si j’ai bien compris la solution c’est le fouet entre les mains des patrons ;-).

  • Avec toutes ces vacances, comment les profs vont-ils faire pour caler leurs arrêts maladie ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La semaine dernière, la version du premier budget rectificatif a finalement été adoptée par le Parlement. Celle-ci vient compléter la Loi pouvoir d’achat - censée atténuer les effets de l’inflation -, et vise principalement les salariés. Entre autres, il leur sera désormais possible de racheter les RTT non pris, c’est-à-dire convertir des journées de repos légales en salaire supplémentaire. En résumé, les salariés pourront récupérer une partie de leur salaire.

Bien entendu, cela n’aura pas manqué d’attirer les foudres d’une certaine ga... Poursuivre la lecture

Par Xavier Fontanet.

Tout le monde parle de relocalisation et c’est très bien. Est-ce qu’il y a effectivement l’opportunité de le faire aujourd’hui ? Probablement. Ceci dit ça ne se fera pas par un simple claquement de doigts. D’abord, on ne peut pas qualifier la délocalisation d’erreur ou alors cela signifie qu’on n’a rien compris à ce qui s’est passé. Pour prendre les bonnes décisions il faut commencer par analyser les raisons pour lesquelles notre industrie l’a fait. La première idée simple à faire passer c’est que la délocalisati... Poursuivre la lecture

Alexandrie
4
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follett.

 

Notre huitième Centre du progrès est Alexandrie aux troisième et deuxième siècles avant J.-C., lorsque la Grande Bibliothèque a fait de la ville la capitale intellectuelle du monde. Au cours du IIIe siècle avant J.-C., une institution d'enseignement et de recherche appelée Musaeum (littéralement, "sanctuaire des Muses"), d'où nous tirons le mot musée, a été construite à Alexandrie. La Grande Bibliothèque d'Alexandrie faisait partie du Musaeum. Bien que les estimations varient considérablement, la bibl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles