La rigueur au tournant, vous aviez voté pour ça ?

Les 16,5 millions d'électeurs qui ont désigné François Hollande à la présidence vont commencer à comprendre que la politique qui va être appliquée n'est pas celle pour laquelle ils ont voté.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
la rigueur au tournant

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La rigueur au tournant, vous aviez voté pour ça ?

Publié le 25 juin 2012
- A +

Les 16,5 millions d’électeurs qui ont désigné François Hollande à la présidence vont commencer à comprendre que la politique qui va être appliquée n’est pas celle pour laquelle ils ont voté.

Par le Parisien libéral.

La question s’adresse évidemment aux 16,5 millions d’électeurs qui ont glissé un bulletin François Hollande dans l’urne.

Parce que, si c’est Libé qui pose la question, c’est que, clairement, ce n’est pas la politique pour laquelle vous aviez voté qui va être appliquée.

Rappelons : les déterminants du vote Flamby Hollande étaient :

  • L’hostilité à toute forme de communautarisme ethnique ou religieux,
  • Le fait qu’il sache que la France n’est pas les États-Unis,
  • La jeunesse et l’éducation seront la priorité de son mandat,
  • Le fait qu’il soit maire de Tulle et non de Neuilly sur Seine,
  • Le fait qu’il sache que le vote pour Marine Le Pen serait le fruit d’une révolte devant l’accroissement des inégalités et qu’on ne peut y répondre qu’en combattant ces inégalités,
  • Le fait qu’il ait affirmé la nécessité d’une politique de relance économique,
  • L’écologie, du développement régional, de la répartition des compétences et le rôle important des corps intermédiaires,
  •  Le fait qu’il soit un Européen convaincu.

source : le Monde, 4 Mai 2012.

En moins de deux mois, chers électeurs socialistes, vous avez eu droit :

  • à une France des plus clivées et non pas la France apaisée dont vous rêviez,
  • le projet de Taubira d’établir les class actions, un projet qu’approuvent les libéraux et par ailleurs une idée tout droit venu des États-Unis,
  • la poursuite de la république des fils à papa, le jet privé Tulle-Paris,
  • la poursuite de la confusion entre vie privée et vie publique, sur fond de peopolisation à outrance,
  • l’installation du vote extrémiste (Front National et Front de Gauche) dans le paysage politique,
  • la constatation du fait qu’une relance économique avec les recettes classiques socialistes est impossible ! C’est ce que dira la Cour des Comptes fin juin, elle le dit depuis des années,
  • la poursuite de la centralisation du pays,
  • la brouille avec deux de nos principaux partenaires européens : le Royaume Uni et l’Allemagne.

Vous avez le droit d’en vouloir à Hollande. Rien que la composition du gouvernement (négociée jusqu’à la dernière minute dans les couloirs de Canal +, lire le Point) en dit long sur ce qui va désormais se passer : toujours plus de taxes et d’impôts pour payer un État toujours plus lourd, alors que sa faillite menace, toujours plus de peopolisation de la vie politique, avec des quinquas qui sortent avec des jeunes femmes de 24 ans, toujours moins d’Europe, étant entendu que la politique que mène la France est incompatible avec l’idée de coopération européenne.

Quant à la rigueur dont Libération parle, elle semble être une évidence : quand la France dépense 1 euro, elle emprunte entre 25 et 30 centimes. Vous vous dites que c’est aux riches / aux entreprises / aux capitalistes / aux marchés de payer ? C’est croire que la masse taxable est une donnée stable. Or, ça n’est pas le cas. Pourquoi pensez-vous que la conjoncture s’est dégradée en un mois ? D’une part, sachant qu’ils vont être massacrés par le fisc, les Français ont déjà levé le pied et commencé à épargner, tout simplement. Et évidemment, la conjoncture internationale a empiré. Est-ce que Hollande pensait que l’Espagne et la Grèce n’auraient aucun impact sur nous ?

NB : l’austérité, c’est équilibrer le budget, donc baisser la dépense publique de 30%. On en est encore très loin !

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Il est fréquent de croire que le libéralisme s’assimile aux politiques d’austérité. C’est se méprendre à la fois sur le champ que couvre cette philosophie, nullement restreinte à l’économique, mais c’est – même sur le plan économique – en avoir une vision bien terne et restrictive, pour ne pas dire peu enthousiasmante qui ne correspond pas à son esprit.

Vingtième-troisième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

Le libéralisme n’est pas qu’économique

Nous l’avons évoqué à de multiple... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Perseverare diabolicum est !

François Hollande a osé déclarer le lundi 8 mars dans le tchat vidéo sur internet animé par Samuel Étienne, se référant bien évidemment au bilan de son successeur (Le Point 9 mars 2021).

Mon grand regret, c'est de ne pas m'être représenté.

Certes, le bilan d'Emmanuel Macron n’est pas fantastique. Mais peut-on imaginer que François Hollande puisse espérer faire significativement mieux, après les dégâts qu’il a lui-même causés pendant les cinq années précédentes ?

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles