François Hollande, Premier prix d’arithmétique

Hausse du SMIC, retraite à soixante ans : des aberrations économiques, dont la seule raison d'être est un clientélisme choquant.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Hollande, Premier prix d’arithmétique

Publié le 8 juin 2012
- A +

Les choix de François Hollande sur le SMIC ou la retraite à soixante ans sont des aberrations économiques, dont la seule raison d’être est un clientélisme choquant.

Un billet d’humeur de Guy Sorman.

En augmentant le SMIC, Hollande réduit les chances des jeunes les moins qualifiés de trouver un emploi ; il dissuade aussi les PME de recruter. En restaurant la retraite à 60 ans, il accroît les charges sociales sur les entreprises et réduit leurs perspectives de croissance, voire de survie.

Mais les chômeurs votent peu, les patrons penchent à droite tandis que les bénéficiaires de ces mesures un peu démagogiques et totalement anti- économiques, remercieront le gouvernement pour ces petits cadeaux qui déplacent des voix.

Voici comment on gagne des élections et que l’on perd l’avenir.

Sur le web

Voir les commentaires (53)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (53)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jacques Garello.

Certes, la vaccination et la sécurité font les Unes de la campagne électorale. Mais le pouvoir d’achat est également objet de débats, de programmes et de promesses des candidats déclarés ou putatifs. L’idée d’une hausse des salaires généralisée imposée à tous les employeurs est désormais banale, une hausse du SMIC ou un niveau de salaire garanti à toute personne active (2000 euros par exemple), l’accroissement substantiel des traitements des enseignants et soignants, la participation obligatoire des salariés aux pr... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

Par Jacques Garello.

Xavier Bertrand va-t-il sauver la droite ? C’est la question que se posent les journalistes et les commentateurs après la décision du candidat de participer au Congrès du 4 décembre organisé par le parti LR.

Je ne sais pas s’il peut sauver la droite, mais il m’étonnerait qu’il puisse sauver les Français.

C’est l’interview qu’il a donnée le 4 octobre dernier à France Info qui m’inspire ce diagnostic. Durant les semaines qui ont suivi il a sans doute apporté quelques amendements aux réformes qu’il suggè... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles