Union européenne : la Grande-Bretagne bientôt exclue ?

Les principaux États Membres semblent se préparer à chasser l’Angleterre de l’Union Européenne, ou plutôt de ce que l’UE est sur le point de devenir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Un Reichstag très européen

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Union européenne : la Grande-Bretagne bientôt exclue ?

Publié le 4 juin 2012
- A +

Les principaux États membres semblent se préparer à chasser l’Angleterre de l’Union européenne, ou plutôt de ce que l’UE est sur le point de devenir.

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume-Uni.

Cette information a été dévoilée par Welt Online, qui rapporte que Merkel travaille à se libérer du cycle perpétuel de gestion de crise à court terme et « à penser la manière dont nous pourrons aller de l’avant durant les cinq à dix prochaines années ».

Officieusement, cette déclaration concernerait un « plan secret » pour le futur de l’Union européenne impliquant Van Rompuy, Barroso, le président de l’Eurogroupe Jean-Claude Juncker et le directeur de la Banque Centrale Européenne Mario Draghi.

Un Reichstag très européen

C’est pendant un dîner le 23 mai à Bruxelles que le quatuor a reçu ses instructions ; et le plan, dont on dit qu’il « pourrait être un document révolutionnaire », devrait être dévoilé au Conseil européen au cours du mois.

D’après nos informations, quatre domaines sont discrètement envisagés : des réformes structurelles, l’union bancaire, une union fiscale et une union politique. Quel que soit le contenu final des réformes, toutes les parties s’accordent à penser qu’elles nécessiteront un nouveau grand traité. Un autre point crucial évoqué est le prix élevé d’un tel traité : la division entre les 17 pays de l’Eurozone et les autres. La Grande-Bretagne, qu’elle le veuille ou non, pourrait se faire éjecter. Il s’agit d’un changement radical de stratégie pour l’intégration européenne mais, commente un agent anonyme de la Banque centrale, « c’est un changement nécessaire » pour que l’union monétaire puisse exister.

Bien entendu, les implications de ce qui précède pour le Royaume-Uni seraient colossales. Si les autres membres préparent réellement un nouveau traité (et il semble que ce soit pour très bientôt), le gouvernement de Cameron devra à court terme prendre des décisions qui formaliseront un rôle de « cercle extérieur » pour l’Angleterre.

En effet, étant donné l’opinion publique actuelle, il n’y a pas la moindre chance pour que la Grande-Bretagne accepte de rejoindre l’Union monétaire et le « cercle intérieur ». Cela implique que les relations de l’Angleterre avec ce nouveau groupe s’établiront selon les termes du traité et sans marge de manœuvre pour les Anglais, à moins qu’ils ne réagissent très rapidement en définissant leurs conditions et en décidant soit d’accepter ce qui pourrait être considéré comme un statut de seconde classe, soit d’aller voir ailleurs. Si on considère le contexte, la possibilité d’en décider par référendum (qui est toujours au mieux ténue) est d’ores et déjà morte et enterrée. Les décisions se prendront vraisemblablement ailleurs et les Anglais ne pourront que les subir.

En revanche, rien ne dit que ce nouveau « cercle intérieur » sera viable, ou même s’il sera accepté par les 17 membres de l’eurozone. Cette tentative pour franchir le dernier pas de l’intégration pourrait être celle de trop, entraînant la destruction de l’Union européenne elle-même.

Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une opportunité que le Royaume-Uni ne peut ignorer pour renverser le courant de l’intégration et reprendre le contrôle pour la prochaine décennie, et au-delà.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Les gens ignorent souvent ce qui se passe au jour le jour sur les marchés obligataires qui brassent pourtant des sommes considérables. Ainsi, le marché obligataire en euros pèse 2775 milliards.

L’indicateur clé de ce marché est le taux d’intérêt des emprunts d’État à dix ans considérés comme l’actif financier le plus sûr. Or, les taux d’emprunt des différents pays de l’Union européenne recommencent à diverger comme il y a dix ans. L’écart se creuse depuis que la Banque centrale européenne a indiqué qu’elle allait mettre fin à ses racha... Poursuivre la lecture

Lors de leur session plénière à Strasbourg le mercredi 8 juin, les eurodéputés se prononcent sur huit des quatorze directives du paquet climatique Fit for 55, qui vise à limiter les émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne de 55 % d'ici 2030 dans le cadre du Green New Deal.

Dans ce deal, l’idéologie se taille la part du lion. Commission et Parlement européens sont désormais les deux principaux vecteurs de l’idéologie écologiste dans le monde — loin devant le plus zélé des États.

Ce que marquent ces directives est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles