Sondage : les Grecs s’en tiennent à leurs mauvais choix

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 194 Grèce sondage

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sondage : les Grecs s’en tiennent à leurs mauvais choix

Publié le 29 mai 2012
- A +

Alors que le mouvement anti-austérité semble prendre de l’ampleur au sein de l’Europe, de récents sondages montrent que les Grecs persistent à vouloir vivre au crochet de l’eurozone.

Un article d’Open Europe.

La tendance de fond dans les sondages grecs se maintient : les électeurs persistent à soutenir en grand nombre les partis anti-austérité, tout en demeurant aussi nombreux à vouloir rester dans l’euro. Le dernier sondage d’opinion publique publié en fin de semaine passée plaçait la gauche radicale Syriza comme le plus grand parti avec 30% des voix, suivie de la Nouvelle Démocratie avec 26% et du Pasok avec 15%. Les chiffres suggèrent une hausse du soutien à la Syriza, mais aussi un certain retour vers les grands partis, tandis que les petits partis tombent dans les sondages.

Fait intéressant, un sondage d’Ipsos indique que 70% des Grecs voteraient pour conserver l’euro si un référendum sur la question avait lieu aujourd’hui, chiffre à comparé aux 50% des Italiens, 62% des Français, 51% des Allemands et 55% des Espagnols. Autre fait notable, 38% des Italiens voteraient pour quitter l’euro si un référendum se tenait aujourd’hui – c’est assez élevé étant donné le soutien traditionnel du pays à la monnaie unique.

Moins surprenant, nous apprenions dans le quotidien Die Welt de vendredi que les craintes de sortie de la Grèce de l’euro a déclenché encore plus d’évasions fiscales dans le pays. Les recettes fiscales grecques entre les mois de janvier et d’avril ont été de 500 M € inférieures à ce qui était prévu dans le budget 2012, tandis que les prélèvements d’avril ont chuté de 13% par rapport à l’année précédente.

—-
Sur le web.

Lire aussi :

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Phillippe Villemus. Un article de The Conversation.

Depuis soixante ans, les sondages d’opinion jouent un rôle primordial et controversé dans le déroulement des campagnes électorales. Leur multiplication pour l’élection présidentielle 2022 s’explique par l’utilisation d’Internet et par la nécessité des chaînes d’information de nourrir leurs émissions en continu. Mais ces sondages auront-ils une influence sur les résultats de la « mère de toutes les élections » ?

La supposée influence des sondages en politique serait conforme... Poursuivre la lecture

La campagne de Valérie Pécresse semble piétiner, après que sa victoire au congrès des Républicains a fait remonter sa cote. Mais celle-ci est depuis un peu retombée, elle est maintenant au coude-à-coude avec Marine Le Pen et Éric Zemmour.

Il est évident que la candidature d’Éric Ciotti a été un catalyseur pour LR et les a encouragés à un programme davantage axé sur la sécurité.

Mais il manque à cette campagne une autre priorité : l’économie.

Les choix étranges de LR

Pour des raisons qui restent obscures LR a tout fait pou... Poursuivre la lecture

« Par définition les sondages ne se trompent jamais, car ils n'ont pas vocation à prédire. »

Cette citation de l’ancienne patronne du MEDEF Laurence Parisot rappelle la réalité d’une pratique qui devrait encore une fois inonder le paysage médiatique à l’approche de la prochaine élection présidentielle.

Seulement, les sondages ne sont pas seulement l’apanage des campagnes électorales. Publiques comme privées, les enquêtes d’opinion permettent de donner la température de la société à un instant T sur un sujet donné.

Le réce... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles