Automobilistes québécois, vaches à lait du gouvernement

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Essence automobilistes

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Automobilistes québécois, vaches à lait du gouvernement

Publié le 29 mai 2012
- A +

Les automobilistes québécois sont les plus matraqués fiscalement de tout le Canada. A chaque litre d’essence que vous pompez dans votre auto, vous payez 34,6% du prix en taxes. Et encore, ce n’est rien comparé à la France…

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec.

Petite colle : combien pensez-vous qu’une famille québécoise moyenne, utilisant deux autos, paye en taxes sur l’essence dans une année ? Réponse : environ 1 568 $. Au Canada, c’est un peu moins, soit 1 225 $.

Juste en taxes.

C’est ce qui sort d’un rapport de la Fédération canadienne des contribuables, sous la plume de Derek Fildebrandt.

Seuls les automobilistes de Colombie-Britannique payent plus de taxes que nous à la pompe. Là-bas, une famille utilisant deux autos va payer environ 1589 $ en taxes sur l’essence en 2012. Mais en proportion du prix total, le Québec trône au sommet : à chaque litre d’essence que vous pompez dans votre auto, vous payez 34,6% du prix en taxes. Au Canada, cette moyenne est de 28,7%.

Mais bon. Au moins nous avons, de loin, les plus belles routes au Canada. Quiconque ayant roulé à l’extérieur du Québec sait ça, non ?… non ?… ok.

La taxe qui taxe la taxe

Et il y a cette fameuse « triple taxe », que les Québécois subissent encore (plus pour longtemps). Quand nous faisons le plein, nous payons de la TVQ sur un montant déjà taxé par la TPS, lui-même déjà taxé par des taxes fixes. On paye de la taxe sur la taxe… deux fois !

La Fédération canadienne des contribuables calcule que nous payons, au Québec, 5 cents par litre en « taxes sur la taxe ». Soit 3,4 cents qui vont à Québec (par la TVQ), et 1,5 cent pour Ottawa (via la TPS). À la grandeur du pays, c’est environ 1,7 milliard $ que les gouvernements fédéral et provinciaux engrangent de cette façon.

Et l’« effort » des automobilistes va se poursuivre. Les automobilistes payent un cent de taxe de plus par litre depuis avril dernier. Et devront payer une autre cent de plus à partir d’avril l’an prochain, comme prévu au budget. Sans compter les dizaines de milliards $ qui seront nécessaires aux divers projets de transport en commun sur la table, dont une partie viendra sûrement de la poche des automobilistes.

Non à la hausse !

Dans la foulée du dernier budget, CAA-Québec avait formulé un souhait au gouvernement. Devinez quoi ? Un moratoire ! Sur le pressage des citrons-automobilistes (moratoire sur les taxes sur l’essence, les droits d’immatriculation et les péages routiers, notamment). Pourquoi pas ? C’est à la mode, les moratoires.

François Legault a d’ailleurs déclaré il y a quelques jours : « nous ne pouvons pas penser à augmenter les tarifs, que ce soit par les droits d’immatriculation, les taxes sur l’essence ou le péage, tant et aussi longtemps que nous n’aurons pas fait un ménage au Québec. Un ménage de la corruption dans les contrats qui sont accordés ».

Tiens, il me semble avoir déjà entendu cet argument quelque part…

C’est vrai dans le fond (et en ironisant à peine) : pourquoi les automobilistes payeraient plus, alors qu’il y a de la « corruption » au gouvernement, et fort probablement du « gaspillage » dans les tours à bureaux des sociétés de transport en commun ?

Ça sent la grève des autos, tout ça. Je vous le dis…


Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Cette question n’est pas pertinente.
    Il faut arrêter de vivre dans l’illusion du pétrole pas cher et du tout-automobile. C’est une impasse.
    Utiliser son char va devenir de plus en plus cher anyways.

    Par ailleurs, il est compréhensible que les automobilistes paient (au travers des taxes) pour le développement des transports en commun: ce seront les premiers à bénéficier d’une réduction du trafic routier.

    • « Par ailleurs, il est compréhensible que les automobilistes paient (au travers des taxes) pour le développement des transports en commun: ce seront les premiers à bénéficier d’une réduction du trafic routier. »
      Sophisme doublement foireux.
      D’abord, les transport en commun sont souvent utilisés comme moyen pour REDUIRE la place disponible pour les autos et donc pour emmerder les automobilistes et accroitre les bouchons ; comme bénéfice, on repassera …
      Ensuite, il est compréhensible que les usagers de la voirie paient pour son usage. Ça oui. Mais les sommes récoltées doivent servir à entretenir et étendre la voirie, pas à autre chose, fusse un autre mode de transport (en commun).

      • Euh…

        Où avez-vous lu que les transports en commun avaient pour objectif de réduire la place dédiée aux autos?
        Pas besoin d’être un génie : pour un nombre donné de personnes transportées, un bus, un métro, un tram prend proportionnellement moins de place que les autos nécessaires à transporter ce même nombre de personnes – quand bien même elles seraient remplies.

        Bon, peut-être que l’usage de la Raison n’est pas votre fort.

  • Le marché sert justement à mettre un prix correcte sur les ressources, les taxes sur l’essence ne peuvent pas être justifiée de cette manière. Les transports en commun n’ont pas non plus à être payé par les automobilistes, à l’inverse si on obligeait les utilisateurs du transport à payer une taxe servant à payer des véhicules aux autres ça ne ferait pas un scandale vous pensez ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Contrepoints : Le Québec semble être la région d'Amérique du Nord la plus dure sur le plan des restrictions covid, mais aussi sur le plan des taxes et des impôts. Pourquoi cette situation ?

Jérôme Blanchet-Gravel : Le Premier ministre québécois, François Legault, s’est lui-même vanté d’imposer les mesures sanitaires les plus sévères en Amérique du Nord, comme s’il s’agissait d’un noble exploit. Voilà de quoi donner le ton à l’esprit autoritaire qui caractérise le Québec actuel. Le 31 décembre dernier, le Québec fut le seul État sur 92 ... Poursuivre la lecture

Entretien exclusif avec Vincent Geloso, professeur à l'université George Mason aux États-Unis. Il vient de publier un papier universitaire sur les liens entre liberté économique et mobilité économique pour le Journal of Institutional Economics dont le contenu à été résumé dans une publication de l'IEDM dont il est chercheur associé.

Vincent Geloso est titulaire d’un doctorat en histoire économique de la London School of Economics and Political Science et d’une maîtrise en histoire économique du même établissement.

 

... Poursuivre la lecture

Par Charles Julien.

Les pays industrialisés font tous face au même défi : la globalisation génère de nouvelles concurrences et chacun d’entre eux a besoin d’entreprises capables de s’imposer sur leurs marchés respectifs. Le Canada ne fait pas exception et une nouvelle coentreprise majeure devrait bientôt voir le jour.

La rumeur enfle, même s’il n’y a encore rien d’officiel : un géant canadien devrait naître dans les semaines ou les mois qui viennent, réunissant le leader national du BTP Pomerleau, Opsis (une filiale du groupe He... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles