Euro, Grèce, quelques vérités bonnes à rappeler

La Grèce ne va pas être expulsée de l'euro. Nous avons déjà couvert ça. Il n'y a pas de provision dans les traités pour exclure de force un membre de la monnaie unique.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 135 Grèce

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Euro, Grèce, quelques vérités bonnes à rappeler

Publié le 16 mai 2012
- A +

La période actuelle pour la zone euro est hautement imprévisible, ceux qui en savent le plus étant aussi les plus silencieux. Cependant, malgré tout cela, il y a quelques certitudes. L’une d’entre elles est que la Grèce va sortir de l’Euro, mais pas de force.

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume-Uni.

Cela m’a frappé il y a quelques temps : les médias traditionnels ont perdu l’art de donner les nouvelles, et consacrent leurs énergies soit à les anticiper, soit à essayer de les créer.

La première option est ce qui se passe dans le Guardian et ailleurs, à tel point que les nouvelles des événements réels ont à peine encore leur place face aux spéculations, la plupart mal informées.

greek exit

Ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est que, dans les semaines et les mois qui viennent, des milliards, et même, c’est bien possible, des milliers de milliards sont en jeu, avec des gains ou des pertes majeurs dépendant des décisions prises par les banquiers, les politiciens, et d’autres.

Le flux, la gestion, et le contrôle des informations seront cruciaux pour les résultats obtenus, et, ainsi vont les choses, ceux qui en savent le plus en diront le moins. Ce qu’ils diront sera pour créer un effet, le souci de vérité et de transparence arrivant bien loin derrière.

Peu de gens, voire personne, n’aura une connaissance parfaite, et aucun n’aura nécessairement un bonne compréhension de ce qu’il apprendra. Nombreux sont ceux qui réagiront de façon inadéquate, ou à tort, ou tardivement, aux informations qui croiseront leur chemin. Certaines informations qui émergeront seront exactes, certaines seront distordues, et beaucoup seront fausses, dont une partie à dessein.

Bien sûr, les données des marchés vous disent ce qui s’est passé, et pour des raisons pas nécessairement liées aux événements qui font la une. Elles sont réactives, plutôt que prédictives, et les traders ne sont pas nécessairement bien informés, surtout quand les problèmes sont teintés de politique, dont très peu d’entre eux ont une bonne compréhension.

Cependant, malgré tout cela, il y a quelques certitudes. L’une d’entre elles est que la Grèce va sortir de l’Euro. Une autre est qu’il va y avoir un afflux de commentaires mal informés, et que le niveau de bruit va être si élevé, qu’il va être extrêmement difficile de décortiquer exactement ce qui sera en train de se passer.

Mais une autre chose est également certaine. La Grèce ne va pas être expulsée de l’euro. Nous avons déjà couvert ça : il n’y a pas de disposition dans les traités pour exclure de force un membre de la monnaie unique, et c’est pour ça que la pression a été mise sur la Grèce il y a quelques mois pour l’encourager à sortir, une sortie « aidée » plutôt que forcée.

En l’absence de gouvernement, cependant, les actions des autorités grecques seront dures à évaluer, et nous pourrions mal lire ou mal comprendre certains des signes qui viennent de ce pays, sans même parler de ceux venants de Bruxelles, Francfort, Berlin, Paris et Londres.

Et ainsi cela nous amène à une autre certitude, la seule qui est absolument certaine. Au sens très chinois du terme, nous vivons une époque intéressante (référence à une célèbre citation chinoise : « puissiez vous vivre une époque intéressante », NdT).

—-
Sur le web.

Lire notre dossier spécial sur la crise de l’Euro

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Par Radu Vranceanu et Marc Guyot. Un article de The Conversation

Il y a un an, certains économistes semblaient persuadés qu’on pouvait augmenter indéfiniment les dépenses publiques car, tant que le chômage n’était pas revenu à son niveau pré-covid, il n’y aurait pas d’inflation. À l’extrême de cette vision, les adeptes de la théorie monétaire moderne recommandaient une hausse massive des dépenses publiques – et donc de l’endettement public – jusqu’au point où tous ceux qui cherchent un emploi en trouvent un.

Aujourd’hui, trois c... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle. Un article du Mises Institute

La Banque centrale européenne a annoncé une réduction progressive du programme de rachat d'actions le 9 septembre. On pourrait penser qu'il s'agit d'une idée judicieuse compte tenu de la récente hausse de l'inflation dans la zone euro, qui a atteint son plus haut niveau en dix ans, et de la reprise prétendument vigoureuse de l'économie.

Cependant, il y a un gros problème. L'annonce n'est pas vraiment une réduction progressive, mais simplement un ajustement à une offre nette d'obl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles