Des politiques et des bourdes

Des bourdes de ministres, on pourrait en faire une longue liste. Mais si on essayait surtout d’en dégager un message un peu plus subtil que « tous des nuls » ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nadine Morano, running gag

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des politiques et des bourdes

Publié le 14 mai 2012
- A +

Des bourdes de ministres, on pourrait en faire une longue liste. Mais si on essayait surtout d’en dégager un  message un peu plus subtil que « tous des nuls » ?

Par Anton Wagner.

Nadine Morano, running gag

En guise de petit bilan rétrospectif, Le Figaro propose une vidéo revenant sur cinq années de « bourdes » faites par des membres du gouvernement. On y revoit notamment celle de Nicolas Sarkozy, fameuse entre toutes, sur La Princesse de Clèves.

Les autres montrent plutôt l’ignorance des hommes et femmes politiques, incapables de répondre à des questions (supposées) simples. Cela est censé montrer leur déconnexion de la vie réelle (le prix du ticket de métro grossièrement surévalué par NKM) ou leur ignorance des dossiers (Frédéric Lefebvre qui méconnaît ce qu’est le web 2.0, Frédéric Mitterrand incapable de donner la signification de l’acronyme Hadopi, tel autre qui ne sait pas ce qu’est un hectare, etc.). C’est assez croustillant et touche juste quelques fois.

Néanmoins, j’ai toujours eu tendance à trouver que ce genre de questions « piège » pouvait facilement tomber dans la futilité et l’idiotie. Par exemple, Xavier Darcos se trompe en conjuguant le verbe naître au passé antérieur (il dit nous serons nés au lieu de nous fûmes nés) et se fait copieusement huer par un public, certes, bon enfant. Je serais amusé, toutefois, de savoir quelle proportion, dans ce même public, aurait donné la bonne réponse… Et puis quelle est la pertinence ?

Bref.

Revenons à la délicatesse de Nicolas Sarkozy avec La Princesse de Clèves. J’avais eu vent du scandale, mais je n’avais jamais entendu le propos lui-même. Franchement, les bras m’en tombent : qu’y eut-il d’inacceptable ? où fut l’atteinte à la culture ? Mettre en balance, dans un concours, une culture classique, bien entendu très estimable, et l’expérience active dans la société civile, cela ne me semble franchement pas idiot. C’est une chose dont on peut parfaitement discuter.

Il est notoirement connu que les concours de la fonction publique sont assez déconnectés de la réalité, planant à des altitudes un peu trop académiques. Connaître ses classiques, c’est bien, mais qu’elle en est l’intérêt concret ? Surtout qu’il est probable que les candidats oublient rapidement ce qu’ils doivent bachoter et qui n’a aucune utilité concrète dans le métier… Il y a, là, une certaine hypocrisie qui n’est pas absente du système scolaire dans son ensemble.

Enfin, cette histoire illustre le goût français pour l’abstraction et pour la mauvaise foi politicarde.


Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « mais qu’elle en est » Ouch –> mais quel en est

  • Mon Dieu, ce que j’ai pu m’enquiquiner à la lecture de la Princesse de Clèves. C’est aussi loin de nous que le Nô japonais. Il y a pourtant de cette époque des mémoires passionnantes comme celle de Bassompierre ou le journal de Pierre de l’Etoile, qui sont vivantes, passionnantes pour l’amateur d’Histoire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Laurent Sailly. 

C’est un véritable coup de tonnerre judiciaire qui a éclaté jeudi 15 octobre 2020. Alors que tous les commentaires concernaient l’intervention présidentielle de la veille et le couvre-feu déclaré dans les grandes métropoles françaises, on apprenait dans la matinée, que plusieurs perquisitions étaient en cours au domicile et bureau du ministre de la Santé, Olivier Véran et d'autres responsables dans le cadre de l'enquête sur la gestion... Poursuivre la lecture

Par Margot Arold.

Comme disait Coluche,  « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits… mais certains sont plus égaux que d’autres.  »

Et il nous faut bien constater que dans le domaine de la détection du coronavirus, tous les Français ne sont pas logés à la même enseigne : pendant que dans les hôpitaux les patients suspects ne sont plus testés systématiquement, tout comme ils  ne l'étaient d'ailleurs pas il y a déjà quelques semaines, suivant les recommandations des instances officielles, les députés et les minis... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

À quoi sert un ministre ? Le ministère de l’Intérieur court sans tête depuis la démission de Gérard Collomb, et il ne s’est pas écroulé ! La Belgique a vécu 541 jours sans gouvernement, l’Espagne 9 mois, et ces pays n’ont pas explosé. En dehors du fait que certains ministères ne servent à rien ou ne font que créer des problèmes qui n’existeraient pas sans eux, on peut bien se poser la question.

En France, un ministre, ça sert à tout

D’un côté, il doit gérer le quotidien : les crises bien sûr, mais aussi les ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles