François Hollande, la fin des faux semblants, la vue d’un abstentionniste

L’élection de François Hollande me fait sourire. Elle va peut-être mettre fin à l’hypocrisie totale qui s’exprime dans notre joli pays. Même si elle l’était déjà sous Sarkozy, ce sera peut-être l’occasion de reconnaître que la France est un pays socialiste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 092 France socialiste

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Hollande, la fin des faux semblants, la vue d’un abstentionniste

Publié le 7 mai 2012
- A +

L’élection de François Hollande me fait sourire. Elle va peut-être mettre fin à l’hypocrisie totale qui s’exprime dans notre joli pays. Même si elle l’était déjà sous Sarkozy, ce sera peut-être l’occasion de reconnaître que la France est un pays socialiste.

Par Aster.

L’élection de François Hollande me fait sourire. Elle va peut-être mettre fin à l’hypocrisie totale qui s’exprime dans notre joli pays.

Tout d’abord, ça va nous éviter les laïus des gens de droite se masturbant sans concessions aucunes sur un bilan qui relève plus d’un fantasme que d’une réalité. Les faits sont là, des scores similaires à 2007, Nicolas Sarkozy a été à François Hollande ce que Ségolène Royal a été à Nicolas Sarkozy, un épouvantail.

J’avais écrit un article avant l’élection énumérant toutes les bonnes raisons que l’on pouvait avoir de ne pas revoté Nicolas Sarkozy. Je ressens l’échec de Nicolas Sarkozy comme une vengeance face à l’absence de principes dont il a su faire preuve. Quel que soit le candidat qui s’y substitue, l’absence de principe doit être sanctionnée.

Je doute que François Hollande tire plus le pays vers le bas que n’a su le faire son prédécesseur, non que je ne reconnaisse pas son potentiel, mais c’est simplement que je pense que l’on s’est un peu trop brisé les mains en applaudissant le génie de son prédécesseur.

Ça risque de casser un peu les pattes à tous ceux qui nous chantent les gloires de la France dans l’accomplissement de la gestion de la crise. Si les riches pouvaient partir, si les doués pouvaient partir, si les travailleurs pouvaient partir que l’on laisse à la France la population qu’elle mérite et celle qu’elle veut.

Même si elle l’était déjà sous Sarkozy, ce sera peut-être l’occasion de reconnaître que la France est un pays socialiste.

Que le socialisme fasse mal, qu’il ait un réel poids sur l’économie du pays. Contrepoints annonçait qu’en une décennie l’expatriation avait doublé, plus ce serait encore mieux. Les gens qui se font pomper leur salaires sont des victimes, mais leur inaction peut faire d’eux des coupables involontaires. Le socialisme est à mon sens immoral, ce serait beau que l’immoralité se révèle coûteuse. Bref l’espoir c’est que l’on touche de le fond.

Je viens d’entendre Ségolène Royal parler d’un plafonnement du prix de l’essence, les problèmes risquent de débarquer avec entrain.


Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Aster, j’apprécie tes analyses et coups de becs, mais la France n’est pas un pays socialiste.
    La France est simplement un pays où le système médiatique soutient sans faille l’étatisme depuis des dizaines d’années.
    Ce n’est pas parce qu’une *minorité* bêle « étatisme, étatisme » en permanence et avec un porte voix que le pays réel est majoritairement étatiste.
    L’un des premiers axes de la lutte contre l’étatisme passe ama précisément par la réappropriation du terrain médiatique en y dénonçant inlassablement les méfaits de l’étatisme.
    (C’est ce que fait contrepoints et à quoi nous essayons aussi de contribuer)
    Cordialement
    Vincent

  • « [La vertu] est d’abord efficace, et juste par surcroît. » (Alain)

  • « Si les riches pouvaient partir, si les doués pouvaient partir, si les travailleurs pouvaient partir que l’on laisse à la France la population qu’elle mérite et celle qu’elle veut. »

    Les fonctionnaires branleurs qui votent Le Pen par exemple.

    Moi honnêtement ça fait belle lurette que je ne paie plus un impôt à cet état voyou.

    • Les fonctionnaires votent massivement pour la gauche officielle, très peu pour les partis classés à droite ; cet exemple sort donc de nulle part (malgré le changement de discours du FN).

  • Eu égard à la taille de l’état français (il dépense 56 % du pib), eu égard à son envahissement dans nos vie (éducation, santé, code du travail, code fiscal, code de l’urbanisme etc..), nous sommes objectivement dans un état socialiste.
    Aussi nous devons espérer que les socialistes auront une majorité aux législatives, car ils auront ainsi tous les pouvoirs. Ce faisant, les Français pourront évaluer la nocivité de cette doctrine, lors de l’échec retentissant qui ne manquera pas d’arriver.

    • Je ne lis que peu les commentaires ici, était plus prompt à regarder ce qu’il se passe sur mon blog. Pour répondre au sujet de « la France, pays socialiste ? ». L’état français est sorti des fonctions régaliennes pour annexer tous les sujets de la société, parmi ces sujets entre autre : le travail, l’économie, la santé. Il a un rôle redistributif majeur et manipule directement plus de la moitié de la richesse créée sur son territoire. Il développe un droit positif tel que « le droit au logement », il interdit ou limite les licenciements. Nous sommes au-delà de l’état régalien, au-delà de l’état providence et je pense, sans exagération, que ce pays est socialiste.

  • le problème c’est la CGT et autre partie d usine sans sa hollande serai pas la

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

C’est la dernière ligne droite avant l’élection présidentielle, et Valérie Pécresse continue de stagner dans les sondages.

??? L'évolution de l'ensemble des sondages publiés pour le premier tour :

?Macron 29% ↘️ ⚫️Le Pen 18% ↗️ ?Mélenchon 14% ↗️ ?Pécresse 11% ↘️ ?Zemmour 11% ↘️ ?Jadot 6% ➡️ pic.twitter.com/ulxIu1T0DB

— mathieu gallard (@mathieugallard) March 24, 2022

Parmi les raisons qui affaiblissent sa candidature, certains accusent le silence embarrassant de celui qui reste le mento... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles