Collage d’affiches et ordre spontané

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
cohabitation_m

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Collage d’affiches et ordre spontané

Publié le 6 mai 2012
- A +

Nous sommes à quelques heures du scrutin, la bataille du collage fait rage sur les « panneaux d’affichage libre », le ton monte entre les deux candidats et leurs états-majors de campagne.

Par Alain Cohen-Dumouchel.

Évidemment, quand on tombe là-dessus on se pose des questions :

Nous sommes à quelques heures du scrutin, la bataille du collage fait rage sur les « panneaux d’affichage libre », le ton monte entre les deux candidats et leurs états-majors de campagne. Et pourtant, l’une des deux équipes de collage a épargné l’autre. Nous l’avons d’ailleurs constaté sur plusieurs panneaux aux alentours.

Ça veut dire quoi ?

Les équipes de collage des deux candidats sont probablement tout aussi ultra-dirigistes qu’eux lorsqu’il s’agit d’organiser la vie politique, néanmoins, lorsqu’il faut résoudre des problèmes concrets sur le terrain, tout le monde redevient libéral.

Les derniers colleurs, ceux qui n’ont pas recouvert l’autre, ont tenu un raisonnement simple : si je ne recouvre pas mon voisin, il y a des chances que l’équipe adverse m’épargne lors de son prochain passage. Si elle ne m’épargne pas, donc si elle recouvre mon affiche, elle sait que je vais réagir et recouvrir à mon tour les deux siennes. C’est donc un équilibre qui s’établit. Aucune loi n’oblige à partager les panneaux, mais ils sont partagés.

Le système fonctionne parce que les affiches des deux finalistes peuvent tenir ensemble sur ces panneaux imposés par les collectivités locales. Ça n’a pas du tout fonctionné au premier tour de la présidentielle avec dix candidats et des panneaux exigus.

Et pour peu que se présente un troisième larron inattendu, un représentant de l’abstention ou du vote blanc, l’équilibre est rompu : plus assez de place pour coller, donc : pas de quartier !

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Ah oui vraiment une belle action permettant de véhiculer une belle image du libéralisme !

    En mettant de coté l’action en elle même, digne du plus parfait apparatchik, avez-vous pris du recul sur l’affiche ?

    Mettez-vous à la place du Français qui ne connaît rien du libéralisme hormis ce qui est transmis dans les médias. Le message n’est guère parlant, on pourrait le méprendre avec celui d’un anarchiste, l’image est celle d’un homme des temps ancien et le tout sous un slogan mièvre.

    Je comprend que tout cela parle au libéral convaincu et que dans les appareils libéraux certains voit leur roseau se durcir. Mais si l’on veut que l’opinion s’y intéresse et en ait une autre image, il y a un énorme travail de relation publique qui n’est même pas entamé ici…

    • Hé bien écoute cher Eagle, la prochaine fois tu nous rejoindras, tu viendras nous aider n’est-ce pas ?

      Parce que c’est bien beau de critiquer, mais nous on s’est bougé. Et on n’a pas été très nombreux par rapport à la quantité de boulot que cette campagne aura représenté.

      • Participer avec les thuriféraires aveugles du libéralisme ne me donne guère envie de m’y inclure.

        Je donnais simplement un avis en tant qu’avertis du libéralisme ainsi que par une vue extérieur. C’est à prendre ou à laisser, mais ne venez pas invectiver des personnes qui cherchent à vous sortir la tête des œillères de votre cercle.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Imaginez un candidat d’extrême gauche expliquer qu’il a très envie d’emm… les 700 000 millionnaires hexagonaux. Admettons que l’exemple est mal choisi tant celui-ci risquerait d'être élu lorsqu’on se souvient de l’effet d’un « mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance » sur l’opinion française.

Prenons un exemple plus parlant : imaginez une France alternative dans laquelle un candidat d’extrême droite déclarerait qu’il a très envie de faire la même chose aux 6 millions de musulmans de ce pays. Quel tollé profondément légit... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Perseverare diabolicum est !

François Hollande a osé déclarer le lundi 8 mars dans le tchat vidéo sur internet animé par Samuel Étienne, se référant bien évidemment au bilan de son successeur (Le Point 9 mars 2021).

Mon grand regret, c'est de ne pas m'être représenté.

Certes, le bilan d'Emmanuel Macron n’est pas fantastique. Mais peut-on imaginer que François Hollande puisse espérer faire significativement mieux, après les dégâts qu’il a lui-même causés pendant les cinq années précédentes ?

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles