L’UMP est déjà en guerre civile

Difficile d’imaginer Jean-François Copé espérer autre chose qu’une défaite de Sarkozy, histoire d’être le candidat de l’alternance en 2017, au terme d’un quinquennat désastreux de la gauche.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Chantal Jouanno Twitter Raffarin

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’UMP est déjà en guerre civile

Publié le 21 avril 2012
- A +

Difficile d’imaginer Jean-François Copé espérer autre chose qu’une défaite de Sarkozy, histoire d’être le candidat de l’alternance en 2017, au terme d’un quinquennat désastreux de la gauche.

Par Aurélien Véron.

Pendant que les derniers rats quittent le navire, les guerres intestines du parti présidentiel prennent de l’ampleur. L’ex-nouvelle étoile montante (géante rouge ?), Chantal Jouanno, annonce publiquement à quelques jours du scrutin qu’elle a « des raisons personnelles d’être contre Nicolas Sarkozy ». Aussitôt, une pluie d’attaques lui est tombée dessus, donnant à ce propos anecdotique une ampleur qu’il n’avait pas.

Cet assaut orchestré a révélé la guerre totale qui oppose François Fillon, excellent analyste politique qui a un poste accessoire dans le gouvernement actuel, à Jean-François Copé, le lider maximo de l’UMP qui fait passer Nicolas Sarkozy pour Casimir de l’Ile aux Enfants. Difficile de l’imaginer espérer autre chose qu’une défaite de Sarkozy, histoire d’être le candidat de l’alternance en 2017, au terme d’un quinquennat désastreux de la gauche.

Dans cette campagne, on entend plus ou moins tous les ministres, sauf un. Malgré la crise qui continue à ronger l’Europe et qui menace la France, malgré les questions économiques qui préoccupent les Français et nos gouvernants plus que jamais, on ne le voit plus, on ne l’entend plus : François Baroin. Soit il s’est perdu dans les oubliettes de Bercy, soit il a pris la clef des champs avant même le 6 mai.

Cette ambiance délétère résulte souvent des défaites, il est rare qu’on la ressente aussi fortement la veille d’un scrutin majeur, la présidentielle.


Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

C’est la dernière ligne droite avant l’élection présidentielle, et Valérie Pécresse continue de stagner dans les sondages.

??? L'évolution de l'ensemble des sondages publiés pour le premier tour :

?Macron 29% ↘️ ⚫️Le Pen 18% ↗️ ?Mélenchon 14% ↗️ ?Pécresse 11% ↘️ ?Zemmour 11% ↘️ ?Jadot 6% ➡️ pic.twitter.com/ulxIu1T0DB

— mathieu gallard (@mathieugallard) March 24, 2022

Parmi les raisons qui affaiblissent sa candidature, certains accusent le silence embarrassant de celui qui reste le mento... Poursuivre la lecture

L’Occident a tendance à céder au péché d’orgueil consistant à vouloir toujours s‘ériger en modèle et à omettre de tenter de comprendre comment d’autres peuvent raisonner, ce qui conduit à des malentendus pouvant parfois déboucher sur des conflits. Comme c'est probablement le cas de la guerre en Ukraine, lancée par la Russie de Vladimir Poutine en février 2022.

Cette prétention à l’universalité peut se révéler dangereuse, ainsi que nous le montrait remarquablement Chantal Delsol, pour peu que d’autres la perçoivent, au mieux comme idéol... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles