L’UMP est déjà en guerre civile

Publié Par Aurélien Véron, le dans Non classé

Difficile d’imaginer Jean-François Copé espérer autre chose qu’une défaite de Sarkozy, histoire d’être le candidat de l’alternance en 2017, au terme d’un quinquennat désastreux de la gauche.

Par Aurélien Véron.

Pendant que les derniers rats quittent le navire, les guerres intestines du parti présidentiel prennent de l’ampleur. L’ex-nouvelle étoile montante (géante rouge ?), Chantal Jouanno, annonce publiquement à quelques jours du scrutin qu’elle a « des raisons personnelles d’être contre Nicolas Sarkozy ». Aussitôt, une pluie d’attaques lui est tombée dessus, donnant à ce propos anecdotique une ampleur qu’il n’avait pas.

Cet assaut orchestré a révélé la guerre totale qui oppose François Fillon, excellent analyste politique qui a un poste accessoire dans le gouvernement actuel, à Jean-François Copé, le lider maximo de l’UMP qui fait passer Nicolas Sarkozy pour Casimir de l’Ile aux Enfants. Difficile de l’imaginer espérer autre chose qu’une défaite de Sarkozy, histoire d’être le candidat de l’alternance en 2017, au terme d’un quinquennat désastreux de la gauche.

Dans cette campagne, on entend plus ou moins tous les ministres, sauf un. Malgré la crise qui continue à ronger l’Europe et qui menace la France, malgré les questions économiques qui préoccupent les Français et nos gouvernants plus que jamais, on ne le voit plus, on ne l’entend plus : François Baroin. Soit il s’est perdu dans les oubliettes de Bercy, soit il a pris la clef des champs avant même le 6 mai.

Cette ambiance délétère résulte souvent des défaites, il est rare qu’on la ressente aussi fortement la veille d’un scrutin majeur, la présidentielle.


Sur le web

Laisser un commentaire