Insulté par un élève, lâché par sa hiérarchie

Combien faudra-t-il encore de professeurs insultés, méprisés, pour que l’Éducation Nationale se décide à avoir une position ferme ?

Combien faudra-t-il encore de professeurs insultés, méprisés, pour que l’Éducation nationale se décide à avoir une position ferme ?

Un article de SOS Éducation.

Victime d’insultes à caractère raciste de la part d’un lycéen, Augustin Legrand, assistant d’éducation dans un lycée professionnel du Loir-et-Cher n’a reçu aucun soutien de la part de sa hiérarchie. L’élève a simplement été exclu trois  jours.

Pas de conseil de discipline, pas de réaction du rectorat. En revanche, il est devenu la bête noire de sa hiérarchie, qui le juge trop « susceptible ». Pire : après avoir alerté le rectorat, l’inspection académique et le médiateur de l’Éducation nationale, il s’entend répondre que « c’est comme ça dans tous les lycées de France ».

Aujourd’hui, la direction du lycée a pris position… contre Augustin Legrand : « puisque tu soulèves des problèmes que nous ne sommes pas en mesure de régler ou que nous ne pouvons pas régler, tu n’as qu’à démissionner. »

Ce dernier est maintenant en arrêt maladie et a décidé de porter plainte contre le jeune homme de 18 ans.

Combien faudra-t-il encore de professeurs insultés, méprisés, pour que l’Éducation nationale se décide à avoir une position ferme ? Combien de temps les professeurs devront-ils se laisser humilier avant que les chefs d’établissement ne décident de réagir ? Faut-il vraiment attendre que plus personne ne veuille ni enseigner, ni surveiller ces élèves pour faire quelque chose ?

—-
Sur le web