Une nouvelle étude biaisée du CRIIGEN et de Gilles-Eric Séralini

imgscan contrepoints 867

Gilles-Eric Séralini continue à maltraiter les statistiques et à user d’une communication délibérément trompeuse dans une perspective purement propagandiste, comme le montrent deux éminents scientifiques américains dans un article de Forbes.

Gilles-Eric Séralini continue à maltraiter les statistiques et à user d’une communication délibérément trompeuse dans une perspective purement propagandiste, comme le montrent deux éminents scientifiques américains dans un article de Forbes.

Par Anton Suwalki.

Le CRIIGEN a fièrement annoncé la publication d’une nouvelle étude de Gilles Eric Séralini et ses collaborateurs1 sur les maïs génétiquement modifiés, censée mettre en évidence de « nouveaux risques pour la santé »2. Une communication délibérément trompeuse par l’emploi de l’adjectif « nouveau ».

L’équipe de Séralini utilise par alternance deux méthodes :

  • maltraiter les statistiques en réinterprétant de manière biaisée des résultats d’études toxicologiques effectuées par d’autres3
  • maltraiter des cellules dans le but de prouver la dangerosité du Roundup (Séralini doit être le recordman des publications à ce sujet), associé cette fois-ci aux toxines Cry1Ab et Cry1Ac produites par du maïs OGM MON 810.

Et, tenez-vous bien, GES a encore une fois reçu confirmation de la toxicité du Roundup, mais de plus, il a mis en évidence que les « toxines Bt insecticides telles que celles produites dans les plantes génétiquement modifiées (souligné par moi) peuvent être préjudiciables pour les cellules humaines » .

« Nous avons été très surpris par ces résultats » déclare sans rire Gilles Eric Séralini, qui nous prend décidément pour des lapins de 3 mois. Comme s’il ne s’attendait à obtenir ce genre de résultats dans de telles conditions expérimentales, c’est précisément pour cela qu’il procède ainsi. Il aurait très bien pu mettre en évidence de tels effets avec à peu près n’importe quel produit, à commencer par les mêmes toxines produites directement par le bacille Bt, dont les parties actives sont identiques à celles issues des plantes Bt.

Anecdote révélatrice, cette étude avait d’abord été soumise à la revue Toxicology Letters, et visiblement rejetée, avant de trouver preneur dans une autre revue, peut-être moins regardante…

Nous vous proposons ci-dessous la traduction d’une critique de l’étude par Bruce Chassy et Henry I. Miller, parue dans le magazine Forbes4.

Bruce Chassy M. est un professeur de sciences de l’alimentation et de nutrition humaine à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign et ancien membre du Comité consultatif de la FDA des aliments ;

Henry I. Miller, est médecin et ancien directeur du Bureau de la FDA pour les biotechnologies, boursier Robert Wesson de la philosophie scientifique et de la politique publique à l’Université de Stanford Hoover institution.

La science des choses qui ne sont pas ainsi !

Prix Nobel de chimie, Irving Langmuir se souvient d’un discours en 1953 au cours de sa visite au laboratoire de JB Rhine de l’université de Duke ou Rhine prétendait que des résultats d’expériences « ESP » ne pouvaient pas être prédits par hasard et qu’il les attribuait à des phénomènes psychiques.

Langmuir a découvert que Rhine, prenait en compte de manière sélective des données brutes dans ses expériences, en omettant les résultats dont il pensait qu’ils risquaient de l’humilier.

Langmuir a qualifié cette déviation des principes de la méthode scientifique de «science pathologique», la «science des choses qui ne sont pas ainsi. »

Pratiquement tous les scientifiques conviennent que la méthodologie de Rhine a franchit la ligne d’incompétence et de négligence et tombe dans la catégorie d’études scientifiques mal conduites, mais cette ligne est rendue floue aujourd’hui par certains scientifiques dont les recherches reflète un agenda politique évident. Souvent, cet agenda est l’opposition irréductible à tout et d’obstruction à la recherche, à un produit ou à une technologie qu’ils se mettent à détester.

Un exemple actuel d’un scientifique qui est moins coupable de données truquées pour obtenir la réponse souhaitée que de mauvais résultats à partir d’expériences conçues et grossièrement déformées sont les résultats du biologiste français Gilles-Eric Séralini. Celui-ci s’est fait une spécialité d’expérimentations mal conçues, sans pertinences, ininterprétables (mais sur-interprétées) des expériences destinées à démontrer le préjudice causé à partir de plantes génétiquement modifiées dans différents scénarii très artificiels.

Son dernier exercice dans le genre « science pour la propagande » est un article qui vise à montrer les effets toxiques de deux toxines d’une bactérie appelée Bacillus thuringiensis (Bt), qui ont été introduits dans de nombreuses variétés de maïs, le soja et le cotonnier pour améliorer leur résistance aux insectes. (Il est à noter que les spores et les protéines purifiées produites par Bt sont utilisées pour contrôler les insectes nuisibles depuis les années 1920 et qu’elles sont considérées comme sûres, sauf pour les insectes sensibles. De nombreuses souches différentes et des formulations de Bt sont facilement disponibles pour les jardiniers amateurs et sont même utilisée en AB).

Séralini et ses collaborateurs ont examiné les effets de deux toxines Bt (en présence et en absence de l’herbicide Roundup) in vitro sur une ligne de cellules de rein embryonnaire humaine en culture.

Ils ont cherché – et trouvé – des effets sur trois biomarqueurs de l’apoptose ou «mort cellulaire programmée», à savoir, des changements dans les niveaux d’activité de plusieurs enzymes.

Il y a un certain nombre de défauts fondamentaux dans la dernière étude de Séralini et al.

Premièrement, parce que les tests en boîte de Pétri (in vitro) ont une faible valeur prédictive des effets sur un animal intact dans le monde réel, et qu’ils ne peuvent constituer un substitut pour tester l’animal entier (in vivo). De nombreux produits chimiques et les protéines que nous consommons régulièrement et sans incident seraient toxiques si ils étaient injectés directement dans les cellules. Afin que l’absorption et la distribution dans le corps soient pris en compte, les tests toxicologiques devraient être effectuées d’une manière qui s’apparente le plus à l’exposition prévisible de l’organisme intact dans les conditions réelles.

Deuxièmement, quasiment tous les produits testés sont toxiques pour des cellules isolées en culture dans des boîtes de Pétri. Une concentration élevée de sel de table, par exemple, provoque une  diminution de volume des cellules, leur flétrissement et finalement leur mort ; un grand nombre sont également sensibles aux petites variations de pH. La situation est très différente avec des cellules intactes d’un organisme vivant : les animaux ont mis en place des défenses élaborées contre des millions de produits chimiques présents dans l’environnement qui peuvent endommager les cellules. La première ligne de défense est aussi simple que leur peau, et les cellules qui tapissent le tube digestif constituent une barrière similaire. Les protéines Bt ne peuvent pas pénétrer dans ces cellules, de sorte que les autres cellules des autres organes chez les animaux ne sont pas exposés à ces protéines Bt. Ce fait – que Séralini semble ignorer aisément – est connu depuis des décennies.

Troisièmement, Séralini et ses collègues semblent ignorer le vieil adage que « c’est la dose qui fait le poison ». Il est connu depuis Paracelse qui a fait l’observation au 16ème siècle que toutes les choses peuvent être toxiques, mais que c’est la dose qui détermine si oui ou non elles sont nocives. Sans l’exprimer en ces termes, nous le savons tous pour être vrai pour des substances aussi disparates que le monoxyde de carbone et le Tylenol (équivalent du paracétamol).

Séralini revendique que, dans ses expériences, les cellules cultivées ont été exposées à des doses généralement utilisées par ceux qui utilise le Roundup (nom commercial d’un herbicide dont la molécule active : le glyphosate est toujours présent) en agriculture, est malhonnête.

Les produits alimentaires fabriqués à partir de plantes GM largement cultivées comme le soja ou le maïs et tolérant cet herbicide, ne contiennent que des quantités infimes de Roundup qui sont de plusieurs ordres de grandeur plus faible que celles utilisées par Séralini dans ses expériences.

Le Roundup lui-même est à peu près aussi toxique que le bicarbonate de soude. Incidemment, il est intéressant de noter que la protéine Bt protège les cellules de dommages causés par le Roundup. Mais bien sûr, dans le monde réel, jamais les cellules isolées ne seront jamais exposées à ces substances.

Quatrièmement, les résultats de Séralini sont éclipsés par les résultats bien connus d’expériences in vivo conduites sur des animaux : les protéines Bt ne nuisent pas aux animaux à des doses un million de fois plus élevées que celles auxquelles les humains sont confrontées dans leur régime alimentaire.

De nombreux articles scientifiques (à comité de lecture) ont établi que les protéines Bt sont non-toxiques pour les animaux ou les humains.

Les protéines Bt ont une étroite spécificité biologique et ne sont toxiques que pour quelques espèces d’insectes étroitement apparentées, mais n’ont aucun effet sur d’autres insectes ou les organismes supérieurs. Ces faits, à eux seuls, font que les expérimentations de Séralini ne sont pas pertinentes.

Enfin, les toxicologues évaluent les effets nocifs potentiels sur la base de la dose et les niveaux de fréquence de l’exposition. Aux États-Unis, la grande majorité du maïs récolté va à l’alimentation animale et les biocarburants ; moins de 2% de la récolte totale de maïs est utilisé pour fabriquer des produits à base de farine de maïs (chips, repas, etc.). Dans beaucoup de ces produits, le traitement de la farine de maïs conduit à la destruction des protéines Bt.

Dans tous les cas, la cuisson ou la friture dénature les protéines Bt  (comme toutes les protéines), et les autres utilisations alimentaires sont principalement de l’amidon hautement purifié et des huiles qui ne contiennent pas les protéines Bt. Le point essentiel est que l’exposition prévisible de l’homme à ces protéines Bt est nul.

Même si de petites quantités sont présentes après transformation et étaient consommées sous leur forme active, elles seraient ensuite dénaturées par l’acidité de l’estomac puis digérées dans l’intestin. Et enfin, même si pour une raison quelconque, elles sont restés intactes après digestion, elles ne sont pas absorbées par le biais des cellules épithéliales du tractus gastro-intestinal.

De telles erreurs flagrantes, de telles expérimentations non pertinentes ne devraient pas apparaître dans la littérature scientifique, mais leur présence est néanmoins dramatique parce que leurs conclusions fallacieuses sont collectées puis répétées encore et encore par les militants anti-biotechnologies.

Parfois même, elles trouvent leur chemin dans les médias traditionnels, et c’est là que réside le danger. Il déforme l’opinion publique par le biais du phénomène de la «cascade d’information ».

Il s’agit de la façon dont les idées erronées se font accepter en étant à plusieurs reprises répétées jusqu’à ce qu’elles soient acceptés comme réelles, même en l’absence de preuves convaincantes.

Beaucoup d’idées fausses au sujet de certaines disciplines, technologies ou produits – la chimie, l’énergie nucléaire et le génie génétique – résultent du « tam-tam » constant d’accusations douteuses de groupes de défense, des politiciens et des médias.

La promotion de la technophobie est devenue une industrie majeure aux États-Unis et en Europe.

Un autre facteur qui contribue à des malentendus entre le public est ce qui a été appelé « l’ignorance rationnelle», qui entre en jeu lorsque le coût de suffisamment s’informer sur un sujet afin de prendre une décision éclairée sur ce sujet l’emporte sur tout avantage potentiel que l’on peut raisonnablement attendre de cette décision.

Par exemple, les citoyens avec leurs préoccupations de vie quotidienne – famille, emploi, santé – ne peuvent pas considérer qu’il soit rentable d’étudier les risques et les avantages potentiels de centrales nucléaires ou des plastifiants dans les jouets pour enfants.

C’est malheureux parce que la liberté d’expression et les processus démocratiques ne peuvent servir la société que si les citoyens sont suffisamment informés pour être en mesure de rejeter les arguments pseudo-scientifiques comme ceux de Séralini et d’autres propagandistes et d’agresseurs de la science.

Dans les sociétés libres, les propagandistes comme Séralini peuvent commettre de tels délits ou se mal conduire sans crainte de représailles.

Pour contenir ceux qui abusent des sciences, d’autres scientifiques doivent exposer leurs tromperies et les journaux devraient effectuer un examen des articles par les pairs de manière plus rigoureuse et consciencieuse (En tous cas plus rigoureux et consciencieux que ce qui a était fait sur l’article de Séralini).

Bruce Chassy & Henry I. Miller

Sur le web

  1. Mesnage R., Clair E., Gress S., Then C., Székács A., Séralini G.-E., 2012, Cytotoxicity on human cells of Cry1Ab and Cry1Ac Bt insecticidal toxins alone or with a glyphosate-based herbicide, Journal of Applied Toxicology
  2. http://www.criigen.org/SiteFr//index.php?option=com_content&task=view&id=374&Itemid=1
  3. Voir dans notre dossier spécial CRIIGEN ces fantaisies statistiques
  4. http://www.forbes.com/sites/henrymiller/2012/02/22/the-science-of-things-that-arent-so