Quand 2% de CSG rapportent plus que… 2% !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
poches-vides-207x300

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand 2% de CSG rapportent plus que… 2% !

Publié le 19 février 2012
- A +

Comment faire pour que le contribuable de base, celui qui a bêtement épargné pour sa retraite, celui qui a cru à la vertu de la fourmi se trouve encore un petit peu plus taxé ? Démonstration.

Par Thibault Doidy de Kerguelen

Vous vous souvenez tous qu’il avait été voté (enfin, presque, mais cela est de l’anecdote politicienne) une diminution des cotisations sociales patronales affectées au financement de la branche famille pour les entreprises du secteur privé ? Vous vous souvenez qu’il avait été prévu de les remplacer par une hausse de 1,6 point du taux de la TVA et par une augmentation de 2 points de la CSG sur les revenus du capital ? Cette disposition devait donc porter la CSG  à 10,2 % au lieu de 8,2% aujourd’hui (+3,7% de prélèvement social ; +0,5% de CRDS ; +1,1% de CFRSA).

Eh bien, figurez-vous que subrepticement, au cours des débats qui se sont tenus dans la nuit du 14 au 15 février 2012, les députés ont adopté un amendement présenté par l’inégalable rapporteur général de la Commission des Finances, Monsieur Gilles Carrez, qui substitue « à l’augmentation de deux points de CSG prévue par le présent article une augmentation à due concurrence du prélèvement social (c’est nous qui soulignons) portant sur les revenus du patrimoine et les produits de placement ».

Qu’est-ce que ça change ? A priori rien, puisque le total des prélèvements sociaux sera de toute manière de 15,5% au lieu de 13,5% actuellement…

Eh si, ça change, car la CSG est déductible, à hauteur de 5,8%, du revenu global de l’année où elle a été payée (Cette déductibilité partielle ne concerne que les revenus du patrimoine soumis à l’impôt au barème progressif : revenus fonciers, revenus mobiliers non soumis au prélèvement libératoire, revenus de locations meublées non professionnelles, etc.  En sont exclus les revenus soumis au prélèvement libératoire ainsi que ceux qui sont exonérés d’impôts (PEA, épargne-logement, etc.)). Le prélèvement social, lui, ne bénéficie pas de cette déductibilité. Nous avons le privilège, en France, de payer des impôts sur des sommes prélevées obligatoirement et dont nous ne jouissons pas, c’est comme ça.

Et voilà comment faire pour que le contribuable de base, celui qui a bêtement épargné pour sa retraite, celui qui a cru à la vertu de la fourmi se trouve encore un petit peu plus taxé que… taxé !

—-
Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Un article de Finfrog 

Durant la crise sanitaire, les Français ont continué d'épargner, à des niveaux plus ou moins importants selon les périodes. Selon la Banque de France, ils auraient accumulé un surplus d'épargne de près de 187 milliards d'euros fin octobre 2021 soit une augmentation de 73 milliards d'euros en un an.

Plus de 44 milliards d'euros d'épargne au deuxième trimestre 2021

 

Les chiffres publiés par la Banque de France sur l'épargne des Français en 2021 montrent que la crise du covid a eu un impa... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Comme cela a d’ailleurs été le cas assez souvent dans le passé, on se préoccupe souvent actuellement, et en particulier les politiciens, des changements éventuels à décider pour les allocations chômage et pour les retraites. Il s’agit dans les deux cas des périodes durant lesquelles des personnes cessent de travailler pendant un certain temps (chômage) ou définitivement (retraites). Les revenus qui sont gagnés au cours des périodes de travail cessent évidemment de l’être dans ces deux cas et il est donc normal que les travailleurs puissent di... Poursuivre la lecture

Par Eddie Willers.

Lorsque je discute avec des amis, revient souvient la réflexion que les riches peuvent rester riches parce que l’argent rapporte naturellement. Malheureusement la valeur ne se crée pas par magie, elle résulte de certains mécanismes qu’il est nécessaire de bien appréhender afin de comprendre pourquoi on gagne ou l’on perd de l’argent.

Dans un monde de déflation, l’argent, entendu comme l’épargne, rapporterait puisqu’avec une même quantité de monnaie vous pourriez acheter davantage de biens ou services. Dans un ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles