Quand 2% de CSG rapportent plus que… 2% !

Comment faire pour que le contribuable de base, celui qui a bêtement épargné pour sa retraite se trouve encore un petit peu plus taxé

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
poches-vides-207x300

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand 2% de CSG rapportent plus que… 2% !

Publié le 19 février 2012
- A +

Comment faire pour que le contribuable de base, celui qui a bêtement épargné pour sa retraite, celui qui a cru à la vertu de la fourmi se trouve encore un petit peu plus taxé ? Démonstration.

Par Thibault Doidy de Kerguelen

Vous vous souvenez tous qu’il avait été voté (enfin, presque, mais cela est de l’anecdote politicienne) une diminution des cotisations sociales patronales affectées au financement de la branche famille pour les entreprises du secteur privé ? Vous vous souvenez qu’il avait été prévu de les remplacer par une hausse de 1,6 point du taux de la TVA et par une augmentation de 2 points de la CSG sur les revenus du capital ? Cette disposition devait donc porter la CSG  à 10,2 % au lieu de 8,2% aujourd’hui (+3,7% de prélèvement social ; +0,5% de CRDS ; +1,1% de CFRSA).

Eh bien, figurez-vous que subrepticement, au cours des débats qui se sont tenus dans la nuit du 14 au 15 février 2012, les députés ont adopté un amendement présenté par l’inégalable rapporteur général de la Commission des Finances, Monsieur Gilles Carrez, qui substitue « à l’augmentation de deux points de CSG prévue par le présent article une augmentation à due concurrence du prélèvement social (c’est nous qui soulignons) portant sur les revenus du patrimoine et les produits de placement ».

Qu’est-ce que ça change ? A priori rien, puisque le total des prélèvements sociaux sera de toute manière de 15,5% au lieu de 13,5% actuellement…

Eh si, ça change, car la CSG est déductible, à hauteur de 5,8%, du revenu global de l’année où elle a été payée (Cette déductibilité partielle ne concerne que les revenus du patrimoine soumis à l’impôt au barème progressif : revenus fonciers, revenus mobiliers non soumis au prélèvement libératoire, revenus de locations meublées non professionnelles, etc.  En sont exclus les revenus soumis au prélèvement libératoire ainsi que ceux qui sont exonérés d’impôts (PEA, épargne-logement, etc.)). Le prélèvement social, lui, ne bénéficie pas de cette déductibilité. Nous avons le privilège, en France, de payer des impôts sur des sommes prélevées obligatoirement et dont nous ne jouissons pas, c’est comme ça.

Et voilà comment faire pour que le contribuable de base, celui qui a bêtement épargné pour sa retraite, celui qui a cru à la vertu de la fourmi se trouve encore un petit peu plus taxé que… taxé !

—-
Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance », lisent Virgile et Dante au-dessus de la porte de l’Enfer.

Une recommandation similaire pourrait être adressée à ceux qui cherchent, dans un monde où l’inflation est élevée, à placer intelligemment leur épargne. Il est communément admis qu’il est préférable de ne pas conserver de liquidités trop importantes lorsque la valeur de la monnaie s’érode rapidement. Pourtant, dans le même temps, investir son épargne en période d’inflation peut se révéler hasardeux.

En effet, la créatio... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

Certains experts soutiennent que la clé de la croissance économique est le renforcement du marché du travail, qui repose sur l'idée qu'en raison de la réduction du nombre de chômeurs, davantage de personnes peuvent se permettre d'augmenter leurs dépenses. Par conséquent, la croissance économique suit le mouvement.

 

L'expansion de la réserve d'épargne - et non la baisse du chômage - est la clé de la croissance économique

Toutefois, le principal moteur de la croissance économique est l'accroissement... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

Selon de nombreux commentateurs économiques, la réduction des impôts est un moyen efficace de générer une croissance économique. La baisse des impôts, dit-on, mettra plus d'argent dans les poches des consommateurs, déclenchant ainsi une croissance économique. Cette façon de penser est fondée sur la croyance qu'une augmentation donnée en dollars des dépenses de consommation fera augmenter le produit intérieur brut (PIB) de l'économie d'un multiple de l'augmentation des dépenses de consommation.

Supposons que su... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles