France-Allemagne : Convergence ou Alignement ?

Ce n’est pas tant sur l’Allemagne qu’il faut s’aligner que sur le bon sens, l’initiative individuelle, l’esprit d’entreprise et d’épargne

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Couple franco allemand Sarkozy Merkel (Crédits : Sabine Nourrit/Aleps, tous droits réservés)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

France-Allemagne : Convergence ou Alignement ?

Publié le 15 février 2012
- A +

Ce n’est pas tant sur l’Allemagne qu’il faut s’aligner que sur le bon sens, l’initiative individuelle, l’esprit d’entreprise et d’épargne. Il faut s’aligner sur la liberté économique pour avoir le progrès social.

Par Jacques Garello, publié en collaboration avec l’aleps.

L’intervention d’Angela Merkel dans la campagne électorale française a donné lieu à des lectures différentes. Je vous propose la mienne, en posant cette question : entre l’Allemagne et la France s’agit-il de convergence ou d’alignement ?

Beaucoup de commentateurs se sont interrogés sur les raisons qui ont poussé la Chancelière à apporter son soutien à Nicolas Sarkozy. Elle peut rechercher son propre intérêt politique : sa popularité est au plus haut dans son pays, et sa venue à Paris la confirme dans le rôle de leader européen. L’électeur allemand ne serait-il pas fier de cette revanche sur l’histoire ? Évidemment cette idée n’est guère sympathique à beaucoup de Français, et pour causes : d’une part, beaucoup de nos compatriotes aiment bien donner des leçons aux autres, mais n’aiment pas s’en entendre donner ; d’autre part, l’image d’une Allemagne à nouveau agressive pourrait effrayer. Pour ma part, je ne crois pas que l’esprit de conquête anime le peuple allemand, qui aurait plutôt la crainte d’être le dindon de la farce : après les lourds sacrifices consentis pour mériter sa position actuelle (notamment en absorbant les Länder de l’Est) lui faut-il éponger les dettes des autres ? « Eh bien, dansez maintenant »…

Mais je crois que la Chancelière a été surtout effrayée par la perspective de François Hollande à l’Élysée : née en RDA, elle a horreur du collectivisme, du communisme et de tout ce qui y ressemble. Or, à n’en pas douter, le socialisme marxiste qui a inspiré le discours du Bourget a de quoi inquiéter. Angela Merkel prend le risque de se brouiller d’avance avec un Président prisonnier d’un programme et d’un entourage gauchistes. De plus, comme tout citoyen de la RDA, elle sait la rançon que son pays a payé à l’inflation, qui a fait le lit du nazisme.

Je n’éprouve donc ni surprise ni révolte à l’idée d’un soutien qui a au moins le mérite de la franchise – ce qui est rare dans la classe politique. La Chancelière est assez forte pour ne pas s’abaisser à des faux-fuyants.

Du côté français, le terme à la mode est « convergence ». Ce mot ne me plaît pas. Il peut en effet signifier « harmonisation » entre partenaires européens, alors que l’analyse et l’histoire m’inclinent à préférer la concurrence. On le voit à propos des discussions concernant les impôts sur les sociétés : à quel niveau fixer le taux commun et l’assiette commune ? L’Allemagne va-t-elle pénaliser ses entreprises, pour permettre aux entreprises françaises d’être moins fiscalisées, ou l’inverse ? La concurrence doit s’instaurer en matière fiscale comme dans tout autre domaine : social, environnemental. Son résultat habituel, ici comme ailleurs, est de déboucher sur le meilleur niveau possible, car les moins bons doivent se hisser au niveau des meilleurs. Dans le processus concurrentiel, il y a bien convergence, mais par adaptation progressive de tous aux choix effectués par les meilleurs.

Mais convergence peut également s’entendre de l’émergence d’une nouvelle société européenne où chacun des leaders apporterait son actif. Mais quel est l’actif spécifique des deux pays ? Les Allemands sont admirés pour leur modèle économique, qui leur vaut aujourd’hui excédents commerciaux, chômage réduit et finances publiques assainies. De leur côté, les Français sont fiers de leur modèle social, que tous nos hommes politiques, de droite comme de gauche, veulent sauvegarder. Peut-on imaginer une convergence sous forme d’un heureux mélange des deux ? Je vois mal les Allemands abandonner une protection sociale (maladie, retraite, chômage) qui leur coûte 10 points de moins que notre Sécurité Sociale. Ils ont limité l’indemnisation du chômage à un an ; reviendraient-ils à trois ans ? Le chômage partiel, géré au niveau des entreprises, est leur arme préférée et efficace contre les licenciements, et l’apprentissage permet de limiter le chômage des jeunes à 10% contre plus du double chez nous. Que pourraient-ils donc emprunter au « modèle social français » ?

Depuis des mois, on entend dire que grâce à notre fameux modèle nous avons mieux traversé la crise que les autres. Les transferts sociaux auraient joué le rôle de stabilisateurs automatiques de la croissance. Cette farce n’est plus crédible aujourd’hui, car on ne peut faire du « social » sans faire de l’ « économique ». Ainsi, dans la corbeille de mariée, la France n’a-t-elle rien à apporter.

C’est la raison pour laquelle il s’agit pour nous de nous aligner. Nous aligner sur l’Allemagne peut-être, dans un premier temps. C’est-à-dire réduire le rôle de l’État en privatisant comme l’ont fait les Allemands (HLM, postes, chemins de fer, hôpitaux, musées), en introduisant décentralisation et concurrence dans le système de protection sociale, en donnant au marché du travail, avec l’accord des syndicats, toute la flexibilité possible, en interdisant les déficits budgétaires à tous les niveaux. Mais tout n’est pas bon à prendre chez les Allemands. En particulier ils ont augmenté le taux de TVA – ce qui permet à Nicolas Sarkozy de justifier le projet de TVA sociale, ils ont surestimé les possibilités des énergies de substitution et abandonné imprudemment le nucléaire.

En fait, il n’y a ni miracle ni modèle allemand. L’alignement que devraient viser les dirigeants français – et vers lequel les électeurs devraient les pousser, c’est un alignement vers les principes essentiels de l’économie : libre échange, libre entreprise. Pour l’instant, nous en sommes encore à vanter les mérites du protectionnisme et du made in France, à tenter de sauver la Sécurité Sociale, à laisser les syndicats imposer leur tyrannie du statu quo. Ce n’est pas tant sur l’Allemagne qu’il faut s’aligner que sur le bon sens, l’initiative individuelle, l’esprit d’entreprise et d’épargne. Il faut s’aligner sur la liberté économique pour avoir le progrès social. Les Allemands l’ont compris, pourquoi pas nous ?

—-
Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Attention : ne croyez pas cet homme ,
    c’est un ardent défenseur de la mondialisation ,du néo colonialisme et de l’hégémonie sauvage des patrons voyous.
    Il vous vend la tolérance pour vous appâter , mais c’est une facade.
    Il ne vous dis pas ce l’effet que fait REELLEMENT sa doctrine économique : pillage des ressources et soumission des peuples ,immigration sauvage en guise de néo esclavagisme briseur de grèves ,et j’en passe.
    Il vous dis qu’il n’y a pas de choc des civilisations ,car il veut les détruire pour le remplacer par le dieu dollar.
    En bref ce gros et gras escroc vous ressortira la même propagande classique que vous pouvez entendre de la part de n’importe quel tâcheron mercenaire.

    • Malheureux, vous avez oublié :
      – la mort de millions de chatons
      – le sacrifice des pandas
      – le viol de la veuve et la sodomisation de l’orphelin

      Je suis surpris de ne pas trouver les mots « finance », « cosmopolite », « apatride » dans votre potage. C’est dommage, vous auriez fait un joli bingo.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
angela merkel
2
Sauvegarder cet article

Les Allemands sont durement touchés car ils payent plus cher que nous les folles décisions de leurs gouvernants Schroeder et surtout Merkel.

Sous la pression de leurs gardes rouges 2.0, ils ont pris des options à long terme qu’ils regrettent amèrement aujourd’hui : gaz russe et abandon de la filière nucléaire.

 

Quelles sont les réalités et les moyens pour s’en sortir ?

Les Allemands ne paniquent pas comme nous… Concrètement le gouvernement avance : pour redresser le même désastre hospitalier que le nôtre, l’État déb... Poursuivre la lecture

Par Jean-Pierre Riou et Michel Gay.

Notre système énergétique serait bien meilleur aujourd’hui sans l’impéritie des dirigeants de ces 25 dernières années. Il est nécessaire de reconnaître les fautes passées afin de donner aux jeunes l’envie de faire autrement et de fournir les efforts nécessaires pour construire un monde plus confortable pour tous car la décroissance n’est pas une fatalité.

 

Interroger le passé

Seule une analyse honnête des fautes du passé permet la justesse du diagnostic présent et la mise en place... Poursuivre la lecture

La semaine dernière, nous avons beaucoup entendu parler des 636 lobbyistes du secteur des énergies fossiles qui ont pris le contrôle du processus de la COP27 et qui sont la cause principale de l'échec de l'accord final.

La conclusion était évidente : nous devons interdire à l'industrie de participer à toutes les politiques ! Les médias grand public ont couvert cette campagne des ONG, répétant les affirmations et les messages ciblés, amplifiant le dogme anti-industrie sans réellement approfondir les recherches pour voir si les chiffres ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles