L’enrichissement personnel indu

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’enrichissement personnel indu

Publié le 13 février 2012
- A +

Les plans d’austérité se succèdent sans interruption et assènent l’austérité à l’ensemble de la population, épargnant avec soin l’enrichissement personnel indu des membres de la caste des prédateurs publics, à savoir les politiques et leurs compagnons de routes. Quelques exemples de la liste des principaux moyens utilisés par ceux-ci pour s’enrichir indûment sur le dos des populations.

Par Michel de Poncins

Les prédateurs publics, à savoir les politiques et bien d’autres, prélèvent pour leur enrichissement personnel indu (EPI) 5% du PIB. Les « autres » dépassent de beaucoup le groupe des politiques : compagnons de route, hauts fonctionnaires, syndicalistes. Pour désigner cette population d’environ 10 000 personnes, j’emploierai ici le terme de « caste », utilisé par nos amis italiens pour désigner les « Hifis » locaux qui sont au moins aussi voraces que les nôtres. En France, les membres de la caste pourraient parfaitement ne pas accepter l’EPI en gardant, dans l’honnêteté, ce qui suffirait pour faire fonctionner la gigantesque machinerie étatique qui écrabouille le peuple français.

De récentes informations, le magazine Capital révèle que les fonctionnaires du sénat sont payés trois fois plus cher que leurs collègues de l’État. Cela vient d’une accumulation de primes dont bénéficient ces fonctionnaires bien spécifiques. Par exemple : le versement d’une prime individuelle de chauffage. Avec la hausse du pétrole, la prime a littéralement explosé, en passant de 1500 euros par an en 2000 à 4035 euros en 2011. Ce magazine nous apprend qu’en 2008, la cagnotte du Sénat s’élevait à 1,5 milliard d’euros. Le président du sénat, Jean-Pierre Bel, a expliqué que celle-ci servait avant tout à payer les retraites des sénateurs et des fonctionnaires du Sénat ; ces retraites sont très fastueuses et font justement partie comme telles de l’EPI de cette population. Au même moment, l’association « Contribuables associés » toujours très bien informée sort un dossier : « Ce que nous coûtent vraiment nos élus ». Le dossier se limite au cas des élus, mais d’autres dossiers de « Contribuables associés » traitent abondamment de l’EPI d’autres membres de la caste.

Pas vu, pas pris

Dans la « République Fromagère (RF) » sont énoncés des principes qui permettent à la caste de s’enrichir en douce sans que personne ne fasse la synthèse nécessaire et urgente. Les médias largement assis au banquet républicain sont eux-mêmes complices ; l’un de ces principes s’écrit « pas vu, pas pris ».

Il est néanmoins possible, malgré l’omerta, d’énoncer la liste des principaux moyens utilisés par les membres de la caste pour s’enrichir indûment sur le dos des populations. La voici en désordre et non exhaustive : cumuls, salaires excessifs, retraites, nourriture gratuite, fêtes en tout genre, droit au reclassement en cas de panne, voyages luxueux dans des coins paradisiaques, droit d’engager des collaborateurs familiaux, créations de postes ou même d’administrations inutiles, bureaux fastueux parfois dans des palais, notes de frais abusives, voitures avec chauffeur, salles à manger de direction, caves magnifiques, etc.

Ces rapines, car ce sont bien des rapines, sont couvertes par la loi, laquelle est justement fabriquée à cet effet par la caste elle-même. Nous comptons donc pour rien les magouilles éventuelles qui expliquent que, parfois, dans la caste il se trouve des repris de justice.

Pour apprécier l’étendue de l’EPI, il faut tenir compte de ce que l’essentiel des avantages est informel et échappe ainsi à une kyrielle d’impôts ; pour apprécier réellement le total et le comparer à l’enrichissement de ceux qui travaillent honnêtement dans un marché libre il faudrait sans doute multiplier par deux l’EPI.

En application du « pas vu, pas pris », des explications sont mises en avant. Certains élus justifient leurs fabuleux gains par un travail harassant. L’aveu est tragique. Ce qui les harasse, c’est la fabrication du déluge de lois qui, accompagnée de la bougeotte habituelle, nous conduit à la ruine.

Il existe au profit des députés une indemnité représentative des frais de mandat (IRFM) de 6000 euros mensuels. En novembre 2011, deux députés ont déposé une proposition de loi à ce sujet. Il s’agissait d’organiser des contrôles et de demander des justificatifs sous forme de notes de frais comme cela se pratique partout. La proposition a été sèchement refusée sous prétexte quelle faisait porter la suspicion sur l’honnêteté des élus du peuple. Elle pourrait laisser entendre que l’argent public est mal géré et « porter atteinte » aux institutions de la république : pas vu, pas pris.

Les chiffres

Comment peut-on arriver à ce pourcentage important de 5% minimum du PIB ? Le calcul réel est impossible à faire.

Quelques exemples permettront de comprendre l’immensité des chiffres.

Les anciens présidents de la république et premiers ministres bénéficient d’un statut princier dont nul, ni même les bénéficiaires, ne peut mesurer l’ampleur. Un ancien premier ministre, Michel Rocard, a trouvé que cela ne suffisait pas. Le 13 mars 2009, il fut nommé par Nicolas Sarkozy, ambassadeur de France chargé des négociations internationales relatives aux pôles arctique et antarctique. Quelle est la structure onéreuse qu’il dut créer pour ne pas se trouver tout seul à se geler dans cette fonction ? Quel est le degré de désordre qu’il a introduit dans l’organisation des affaires étrangères ? Insondable mystère.

Le droit permanent au reclassement en cas de panne dans la carrière est d’une valeur inestimable. En février 2008, Philippe Douste-Blazy est devenu, à ce titre, conseiller spécial des « sources novatrices de financement du développement » auprès du Secrétaire Général des Nations Unies. L’importance du grade ouvre de vastes horizons à l’EPI de l’heureux propriétaire. L’objectif est très inquiétant pour le monde entier avec des effets négatifs probables et non mesurables. Quelle est la valeur exacte d’une nomination au conseil économique, social et environnemental ?

Il paraît que lorsque l’on part en vacances on est fatigué. Soit. Des maires, pour caresser leur électorat, ont inventé la « journée valise ». Ils donnent aux fonctionnaires de la mairie une journée pour faire leur valise : cette journée supplémentaire s’ajoute à des congés déjà excessifs. La république fromagère (RF) n’ayant pas de limites connues, personne ne saura si cette mode détestable a gagné beaucoup de mairies.

Quand j’évoque le 5%, cela vise essentiellement le haut du panier. Lorsque l’on ajoute les innombrables petites grattes du genre « journée valise », l’on dépasse très probablement les 5%.

Des effets dévastateurs

Cet EPI des membres de la caste grâce à de l’argent enlevé par la loi au reste du peuple explique pour une grande part des calamités, comme la panne de croissance, le chômage, les délocalisations, la paupérisation et les restos du cœur. Inversement, le phénomène montre une fois de plus l’importance de la marge de manœuvre qu’un pouvoir « Libérateur » trouverait pour prendre le chemin de la prospérité.

Les plans d’austérité se succèdent sans interruption et assènent l’austérité à l’ensemble de la population, épargnant avec soin l’EPI des membres de la caste. Un plan contraire devrait signifier : austérité pour la caste et richesse retrouvée pour tous.

 

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • la suede comme modele,president,ministres,parlementaires,elus,a titres honorifique,les transport en commun,ect..

  • tout cela est à vomir ; cette caste innutiles , cupides , ne méritent même pas la corde pour les pendre ;

  • François Hollande

    Député de Corrèze
    Maire de Tulle (16.000 hab.)

    Indemnité parlementaire 63.090,96 € an
    Indemnité de résidence 1.892.76 €
    Indemnité de fonction défiscalisée 16.246.56 €
    Indemnité de frais de mandat 73.344,00 €
    Indemnité pour collaborateurs 102.636,00 €
    Indemnité de téléphone et courrier 79.320,00 € (ça fait beaucoup et ce n’est pas imposable)

    Indemnité de maire de ville moyenne 28.118,88 € an.

    soit 364.649,16 € an, soit mensuel 30 387,43 €

    • Plus les menus avantages avec les moyens disponibles à tous les parlementaires (bureaux, voitures, logement, restaurant étoilé, …), retraite bonifié dans un régime spécial, chômage en régime spécial.
      mais le gros de la richesse vient du réseau des entreprises et des associations favorisés qui pourront donner des retour d’ascenseurs plus tard, pour des proches ou des collaborateurs …

  • il suffit de lire ou de relire « 10 mesures qui sauveraient la France (mais qu’on n’appliquera jamais) » de H16 et on comprend pourquoi ce pays va continuer à s’enfoncer si rien dans les mentalités ne changent.

  • ce qui me choque le plus ,c’est qu’ en augmentant indéfiniment les impots sans discernement,on élimine encore plus vite les vrais productifs du pays

  • Excellent étude de Michel de PONCINS .
    De tels articles seraient les bienvenus dans la presse à grande diffusion .
    Ne négligeons l’impact désormais d’internet – sous réserve de faire
    connaître les sites à visiter à tous nos amis .
    Et un grand merci à l’auteur ….
    André JAY

  • « [faire] porter la suspicion sur l’honnêteté des élus du peuple. »

    J’ai vécu avec cette obligation légale des justificatifs qui n’éteint pas, pour autant, dans l’esprit des bureaucrates de la fonction publique, cette suspicion délibérée de malhonnêteté à l’encontre des professionnels libéraux tels que je le fut bien modestement.

    Bien qu’à la retraite, aujourd’hui encore, je n’arrive toujours pas à l’accepter.

  • La journée valise n’est malheureusement pas un exemple isolé dans la fonction publique :
    – congés d’examen pour passer les concours internes
    – congés de préparation pour préparer les mêmes concours
    – congés bonifié des fonctionnaires issues des DOM (30 jours tous les 3 ans plus paiement du voyage pour soi et sa famille plus majoration de traitement de 35 à 40% pendant le congé à cause de la vie chère sur place !!!)
    – congés de formation professionnel payé à 85 %
    – congés spéciale payé pour les 5 dernières années avant la retraite, un autre emploi pouvant être cumulés ce qui diminue un peu quand même le salaire …
    – indemnité de 2 ans de salaire en cas de départ volontaire
    – congé paternité payé intégralement et non au tarif sécu
    Et je ne parle même pas des journées du maire et autres ..
    Un exemple parlant :
    http://www.midilibre.fr/2012/01/11/les-agents-de-mairie-votent-le-principe-d-un-preavis-de-greve,442063.php

    • Ce forum est assez instructif :
      http://www.technicien-territorial.fr/viewtopic.php?t=1545&f=37

      On est généralement loin des 25 jours de congés payés avec 12 jours de RTT !!! Les 2 jours de fractionnement sont quasi-systématiques. Le deuxième post parle de 57 jours de congés par an soit plus de 11 semaine. Le 11ème parle de 76 jours soit 15 semaines, un record !!! Par contre, on voit aussi que ce n’est pas systématique et que ce n’est pas open bar dans certaines mairies bien gérés. On reste cependant toujours largement au dessus du lot commun.

    • t’as oublié le fin du fin:la prime de présence dans les collectivités

  • La bonne planque des inspecteurs de l’académie de Paris se calme un peu après que la cour des comptes s’y soit intéressé …

    http://www.educpros.fr/detail-article/h/23ce677ba8/a/inspecteurs-de-lacademie-de-paris-fin-des-petites-nominations-entre-amis-politiques.html

  • Les inspections générales diverses et variés, les commissions et conseils de toutes sortes (dits comité Théodules par de Gaulle), les ambassades auprès des institutions internationales et les direction d’établissement publiques et culturelles sont des placards dorés de la républqiue.

    http://www.capital.fr/enquetes/revelations/les-plus-belles-planques-de-la-republique-621704/(offset)/1

  • Article sur les nombreux avantages des fonctionnaires dans les DOM :
    http://www.carrieres-publiques.com/PAR_TPL_IDENTIFIANT/17679/TPL_CODE/TPL_REV_ARTSEC_FICHE/PAG_TITLE/%CAtre+fonctionnaire+dans+les+DOM-COM…+Un+%AB+Eldorado+%BB+%3F+/2338-dossiers-sur-la-fonction-publique.htm

    Noté que la plupart d’entre eux date des années 50 quand on mettait plusieurs semaines pour y aller en bateau, qu’il n’y avait presque pas de produits manufacturés sur place et que l’on y mourrait encore de maladies tropicales … Le congé bonifié à lui seul coûterait plus de 500 millions d’euros par an …

  • La création de poste et de corruption par els hommes politiques :

    http://www.lemoniteur.fr/131-etat-et-collectivites/article/actualite/704304-societes-publiques-locales-la-loi-est-parue

    Cette loi, initiée par les socialistes, est passée à la quasi-unanimité sous une majorité de droite … Chercher l’erreur. Avec elle, on peut se passer d’appels d’offre et créer des entreprises avec contrôle directe. Au passage, on va créer plein de postes avec contrôle direct des élus. Une porte ouverte à la corruption et au népotisme …

  • Un autre scandale qui traîne : le cumul retraite des politiques. En effet, en plus de cumuler les mandats, nos chers politiques cumulent allègrement les retraites de plusieurs mandats, de la fonction publique et des activités sans limite d’âge …

    En effet, pour de nombreux mandats électifs, il n’y a pas besoin de cotiser une carrière complète de 40 ans, loin de là pour avoir droit à une retraite intéressante. les députés ont par exemple des systèmes de cotisation majorés pour atteindre plus vite la retraite complète et ne subissent pas les décotes pour carrière incomplète. Toutes ces retraites sont bien entendu complémentaires, c’est à dire en plus de celles perçus par ailleurs …
    http://www.liberation.fr/politiques/01012300154-meme-reformee-la-retraite-des-deputes-reste-tres-avantageuse
    http://www.linternaute.com/actualite/politique/retraites-politiques/index.shtml
    Ci-joint un tableau des plus gros profiteur de ce système de cumul des revenus :
    http://www.salairede.com/2011/04/retraite-en-or-des-politiques/

  • Un autre abus indirect du fonctionnariat : le squat des services des citoyens et des plus pauvres. Les administrations créent de nombreux services pour les citoyens à vocation social ou non. Les fonctionnaires, surtout ceux des administrations proches se retrouvent avec des avantages indues d’accès. Par exemple, quand une commune développe des centres municipaux de santé, c’est en théorie pour aider les enfants et les plus pauvres. Dans les faits, ces centres servent en priorité les fonctionnaires de la municipalité car tout le monde se connait dans ces structures. Idem pour les centres de sport ou culturelles où les agents de la municipalité ont souvent droits en connaissant les bonnes personnes à ce que leur réserve les places directement avant mise à disposition au public avec foire d’empoigne. des passe-droits complets sont même possibles avec gratuité complète pour des spectacles ou par exemple la piscine en connaissant les caissiers. Le pire est bien entendu les passe-droit pour les logements sociaux. Au sein de l’administration, il est possible de connaitre la personne qui sélectionne les dossiers parmi la liste d’attente présentés lors des séances de choix des bénéficiaires censé être impartial. Si on est le seul correspondant à une catégorie, on est certain d’être choisi …

    C’est ainsi que se passe la corruption indirecte en France, réservé au seuls fonctionnaires et affiliés …

  • L’accès et le pillage du mobilier national est aussi un des avantages de nos élites bien pensantes …

  • Un autre domaine d’abus généralisé : les logements de fonctions, souvent dans des locaux de grande classe comme les préfectures.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Margot Arold.

Quel est le point commun entre Donald Trump, Christian Prudhomme, Bruno Le Maire, Zlatan Ibrahimovitch, Édouard Balladur, Dominique Bussereau… ?

Ils ont tous été testés positifs pour la Covid… et vont bien.

Ils ne sont pas les seuls, on ne compte plus les maires, les députés, les sportifs testés positifs et qui sont de nouveau fringants. Mais certes, les sportifs ont le privilège de l’âge et de la santé.

Nos hommes politiques sont pourtant bien de retour au travail après un test positif et un conf... Poursuivre la lecture

Par Margot Arold.

Comme disait Coluche,  « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits… mais certains sont plus égaux que d’autres.  »

Et il nous faut bien constater que dans le domaine de la détection du coronavirus, tous les Français ne sont pas logés à la même enseigne : pendant que dans les hôpitaux les patients suspects ne sont plus testés systématiquement, tout comme ils  ne l'étaient d'ailleurs pas il y a déjà quelques semaines, suivant les recommandations des instances officielles, les députés et les minis... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Lecaussin. Un article de l'Iref-Europe

Il devrait exister une règle pour interdire aux politiques de se mêler de ce qu’ils ne connaissent pas. La France est un pays où ceux qui sont au pouvoir se croient investis d’une mission divine, celle de sauver la nation. Le coronavirus leur en donne une merveilleuse occasion. Ils ont « pris les choses en main », ils ont rappelé l’importance de l’État et de ses administrations, ils sont descendus en roulant des pectoraux sur le champ de l’interventionnisme. Dans les médias, on les voi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles