La coercition ne marche pas

L’enfer est pavé de bonnes intentions, en témoigne une fois de plus une expérimentation où les autorités essaient de faire le bonheur des gens malgré eux

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 636

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La coercition ne marche pas

Publié le 23 janvier 2012
- A +

L’enfer est pavé de bonnes intentions, en témoigne une fois de plus une expérimentation où les autorités essaient de faire le bonheur des gens malgré eux. 

Par Nathalie Elgrably Lévy, depuis Montréal, Québec.

La science économique nous enseigne que chaque fois qu’on essaye d’imposer à quelqu’un un comportement qui ne lui convient pas, il tentera de trouver une manière d’y échapper. Pour preuve, pensons à tous les efforts déployés pour échapper à l’impôt. Mais ce genre de réaction ne se limite pas à la fiscalité. Les élèves du Los Angeles Unified School District nous donnent un autre merveilleux exemple (ici).

La direction du district a décidé de changer les menus de cafétéria pour les rendre plus “healthy”. L’intention est bonne, mais les résultats sont lamentables. Les repas prennent la direction de la poubelle ; les élèves ne mangent plus dans les cafétérias ; certains se privent de nourriture ; il y aurait même un “marché noir” d’aliments recherchés par les jeunes.

Rejecting healthful alternatives like vegetarian curries and tamales, quinoa salads and pad Thai noodles, students are throwing them in the trash by the thousands, bringing junk food from home and buying instant noodles and other decidedly unhealthy fare from the “black markets” that have begun to thrive.

cartons of plain milk are being thrown away en masse, unopened, along with uneaten entrees. Participation in the school lunch program has dropped by thousands of students, who are ditching lunch and are suffering from hunger-related ailments.

Moralité de l’histoire : 

1) Ne jamais juger un programme sur ses intentions. Ce sont les résultats qui comptent !

2) Pour bien évaluer les résultats d’un programme, il faut être en mesure d’identifier les incitations et les effets pervers qu’il occasionne.

Dans ce cas, il est clair que ce n’est pas parce qu’on tente d’obliger les élèves de manger sainement qu’ils se plieront sans résister. Cette mesure est en fait une incitation à se procurer certains aliments ailleurs qu’à la cafétéria. Cette mesure occasionne aussi un grave effet pervers car certains jeunes se priveront tout simplement de nourriture… ce qui peut avoir des conséquences plus graves encore que la consommation d’un burger. Finalement, les élèves ne mangent pas mieux, mais les écoles se trouvent à littéralement jeter au rebut des tonnes de nourriture!

—-
Sur le même sujet, Contrepoints vous recommande La Grande Nurserie de Mathieu Laine

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Alain Cohen-Dumouchel.

Le personnel de plusieurs établissements de la région de Marseille a eu la désagréable surprise de découvrir « des corps étrangers d’origine animale » dans des barquettes de choux-fleurs bio préparées par l’entreprise Sodexo.

L’incident a eu lieu lundi 20 janvier. Dix jours plus tôt, ce sont des chenilles que des écoliers ont retrouvé dans des brocolis bio. Et en novembre 2013, les enfants de six écoles découvraient des mites alimentaires grouillant dans leurs assiettes... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

L’État s’invite à la cantine

Pour lutter contre l’obésité, l’État contrôlera les repas servis dans les cantines.

Article publié en collaboration avec l'aleps

Il y a quelques années le maire de Coucouron (en Ardèche) avait interdit aux familles de faire manger les enfants à la maison, car aucune des règles d’hygiène exigées par le sous-préfet pour les cantines n’était respectée dans les demeures du village : évier à proximité du fourneau, légumes épluchés sur la table commune, cuisine attenante à d’autres pièces, etc.

Voici une récidive, avec l’obliga... Poursuivre la lecture