Les Présidents de la République pour les Nuls

Revue de l’ouvrage de Arnaud Folch et Guillaume Perrault

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 523

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Présidents de la République pour les Nuls

Publié le 3 janvier 2012
- A +

Présentation de l’ouvrage de Arnaud Folch et Guillaume Perrault.

Par Alain Dumait

On est passé d’une République sans président (21 septembre 1792) à un président tout puissant, véritable monarque élu.

Raconter cette période, regardée par le prisme de l’histoire des présidents de la République, officiellement installés à l’Élysée depuis le 21 décembre 1848, c’est parcourir toute l’histoire de France, depuis la Révolution de 1789.

Comme le veut la collection « pour les nuls », les auteurs truffent leur cavalcade d’anecdotes et de révélations (en tout cas sur certains points).

Je dois dire, par exemple, que j’avais un peu oublié à quel point René Coty avait regretté d’avoir appelé un certain Charles de Gaulle à Matignon en mai 1968… Il s’en est voulu jusqu’à son dernier souffle !

En fait, il faut acheter cet ouvrage, et le conserver près de soi, un peu comme un manuel d’histoire. L’un des plus complet, et des plus agréable à lire sur la période.

À noter : Arnaud Folch (avec Eric Branca) est l’auteur en 2008 de « l’histoire secrète de la droite », dont j’avais rendu compte le 19 novembre 2008 <http://www.les4verites.com/Lu-pour-vous-Histoire-secrete-de-la-droite-2130.html>

Arnaud Folch et Guillaume Perrault, Les Présidents de la République pour les Nuls, FirstEditions, 375 pages. 22,90€

—-

Visionnez les vidéos de l’interview d’Arnaud Folch du Cri du Contribuables :

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est un fait regrettable, la France est le pays développé le plus taxé au monde. Elle est devenue malheureusement et pour longtemps un enfer fiscal.

Principalement sous la présidence Macron, le ministre des Finances veut nous faire croire que les impôts ont diminué. C’est vrai pour certains tandis que d'autres ont augmenté. Et ce n’est pas fini car deux domaines vont aggraver la situation : la transition écologique et surtout le retour de l’inflation et donc obligatoirement une remontée des taux d’intérêts.

 

Prélèveme... Poursuivre la lecture

L’amour rousseauiste de l’État nation rejette, par définition, l’idée même d’un système politique constitué en factions ou groupes d’intérêt. Sous la révolution, les jacobins considéraient le centralisme comme gage d’unité et de stabilité face aux régionalismes et communautarismes. Cela n’a pourtant pas fait obstacle aux changements incessants de régime, ni permis de pacifier les relations entre identités régionales et État central.

 

Un système à bout de souffle

Aujourd’hui, nos institutions démocratiques sont à bout de so... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean Granville.

Il est fréquent d’entendre dire que la droite et la gauche sont dépassées car la vraie fracture oppose désormais X et Y (riches et pauvres, somewhere et anywhere, etc.).

Cette idée repose sur un contresens : la bipolarité ne tient pas à une quelconque fracture au sein de la société mais au simple besoin d'organiser rationnellement les choix politiques. La gauche et la droite ne sont pas des philosophies mais des emplacements qui, dans une démocratie fonctionnant correctement, forment les deux plateaux d’une b... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles