De la germanophobie à la phobie de la responsabilité

Si les Allemands ont des « principes », c’est parce qu’ils reviennent de loin justement

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints433

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

De la germanophobie à la phobie de la responsabilité

Publié le 6 décembre 2011
- A +

Dans son discours de Toulon, Nicolas Sarkozy a eu une petite pique à l’égard de la démocratie bavarde des Allemands. Mais si ceux-ci ont des « principes », c’est parce qu’ils reviennent de loin.

Par Emmanuel Martin
Article publié en collaboration avec UnMondeLibre

Angela Merkel s’est pour le moment montrée inflexible sur la monétisation des dettes souveraines de l’Euroland par la BCE ainsi que sur la création d’eurobonds. Elle a par ailleurs proposé une solidarité « sous conditions » à l’égard des pays-cigales. En France ce discours est très mal perçu par une bonne partie de l’intelligentsia, des politiques et des médias. Et pourtant…

Casques à pointe

Fin novembre, c’était le député PS Jean-Marie Le Guen qui comparait Nicolas Sarkozy à Édouard Daladier allant négocier avec Hitler à Munich en 1938. Le 1er décembre, Arnaud de Montebourg comparait, lui, Madame Merkel à Bismark en matière de politique européenne. Le 2 décembre, les Guignols de l’info dépeignaient le discours de Toulon comme celui de… la chancelière allemande lançant aux français un « Arbeit ! » à une tribune ornée des faisceaux de verges entourant la hache, symbole du fascisme. Casques à pointe, fascisme, « Arbeit (macht frei) », toutes ces références au passé souvent peu glorieux de l’Allemagne sont en réalité du plus mauvais goût.

D’abord, les français sont sans doute fiers de leur modèle, mais force est de constater qu’il est un tantinet moins efficace que le modèle allemand. Bien sûr notre niveau d’endettement public est sensiblement le même. Mais il y a ceux, outre-Rhin, qui s’endettent pour construire l’avenir – en tâchant de réparer le passé (avec la réunification) – et ceux, nous, qui s’endettent pour consommer sur le dos des générations à venir. Il y a ceux qui ont une économie florissante, moteur de technologies exportatrices, et il y a nous, avec nos Rafales par exemple. Il y a ceux, outre-Rhin, qui ont 47% du PIB en dépenses publiques (et qui ne paient pas de péages autoroutiers) et il y a nous, avec 56% – pour faire quoi ? Comme nous le rappelait Coluche, si les français ont choisi le coq comme emblème, c’est sans doute parce que c’est le seul animal à chanter les pieds dans la m…

Principes ou pragmatisme ?

Si les Allemands ont des « principes », c’est parce qu’ils reviennent de loin justement, – de loin quand on s’aventure sur la route du « pragmatisme » et du rejet de toute « satanée orthodoxie ». Dans son discours de Toulon, M. Sarkozy a eu cette petite pique à l’égard de la démocratie bavarde, pour venter le modèle « dirigiste » des institutions française paraît-il supérieur en cas de crise: ne pas s’embarrasser de démocratie ! Oui, Angela Merkel, elle, est redevable devant un Parlement. Suprême obstacle à la volonté du politique pour un homme d’État français… Mais en Allemagne le nazisme est passé par là. Et par ailleurs quand il s’agit de distribuer l’argent du contribuable, il paraît utile et juste aux Allemands que la démocratie ait son mot à dire. Dans la France dirigiste, ce réflexe est nettement moins automatique puisque le contribuable y est vu comme un vache à lait qui n’a pas son mot à dire sur l’évolution et la structure de la dépense publique. Depuis Colbert, on y sait que « l’art est de plumer l’oie sans qu’elle criaille ».

On pourra bien sûr reprocher à l’Allemagne d’être justement anti-démocratique lorsqu’il s’agit de laisser décider les grecs de leur avenir. À ceci près, que les allemands ont mis la main au porte monnaie avant pour la soi-disant « solidarité » (au passage cet épisode permet de saisir à quel point le mot a totalement perdu sons sens profond dans le discours politique aujourd’hui : il signifie désormais « assistance aux irresponsables »). À ceci près encore que la volonté soudainement démocratique de référendum de M. Papandréou est intervenue après un an et demi de sauvetages… D’ailleurs, de ce point de vue, si les Allemands demandent un contrôle européen des budgets nationaux, ce n’est pas « contre la démocratie », c’est aussi pour éviter ce qui s’est exactement passé en Grèce ou en Italie : lorsque les politiciens locaux décident avec l’argent des autres, ils ont curieusement tendance a être davantage laxistes. Il est quand même difficile de prétendre vouloir le beurre et l’argent du beurre. Cette mesure de contrôle budgétaire ex ante peut même alors paraître comme une saine mesure d’encadrement constitutionnel de la démocratie, dans le contexte de cette redistribution intra-européenne. Un garde-fou constitutionnel, ce n’est pas du « dirigisme ».

En matière monétaire, idem. Les Allemands ont connu Weimar et l’hyper-inflation. Là encore, ils ont appris. Hyper-inflation = montée du nazisme = deuxième guerre mondiale. On l’a sans doute oublié de ce côté-ci du Rhin. Ainsi, pour eux, la monnaie a une dimension essentielle : on ne peut pas la manipuler sans en subir les conséquences. En France, toujours dans la tradition dirigiste, la monnaie est vue comme un instrument du pouvoir, comme une illustration du fait que la politique serait « l’art du possible ». D’où l’incompréhension française devant le soi-disant « diktat » allemand en matière monétaire.

Au-delà de la germanophobie, c’est bien la phobie d’un discours de responsabilité dont souffre la France. Il faut dire qu’avec des intellectuels (?) du niveau d’un Emmanuel Todd qui préconise tout bonnement d’effacer l’ardoise de notre dette (c’est si facile ! Y’a qu’à !), ou des politiciens comme M. Sarkozy dont le pragmatisme le mène à dire tout et son contraire, les français ont du mal à trouver de l’inspiration du côté des idées de la responsabilité…

—-
Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • C’est bien résumé. C’est à regretter que l’Allemagne soit encore dans l’euro, non pas que je sois germanophobe, mais nos hommes politiques n’auraient alors plus de boucs émissaires. Ils n’auraient plus qu’à s’en prendre aux martiens!

  • d’accord à 100% avec cet article très bien écrit

  • Super article, merci.

    Juste une chose, je ne parlerais pas du « pragmatisme » de Sarkozy qui le mène à dire tout et son contraire, mais plutôt de sa démagogie.
    Et ils sont tous comme lui malheureusement…
    Personnellement, avec notre classe politique actuelle au pouvoir, je ne vois aucunement comment on pourrait sortir de l’impasse sans un cataclysme majeur…

  • J’ai l’impression, avec ces déclarations, qu’on nage dans un point Godwin géant. Voilà, on peut être rassurés quant à la compétence de nos politiciens, tout va bien…

  • Excellent article qui remet les choses à leur place. Mais pourquoi toujours citer le Rafale, excellent avion rendu beaucoup trop cher par l’allongement démesuré des programmes en raison d’une politique à courte vue; la même politique qui nous a empêché d’avoir deux porte-avions pour le prix d’un seul.

  • Disons, de l’extême pragmatisme (par opposition à la pensée « de principes »). C’est toute l’architecture de notre démocratie dysfonctionnelle qui fait que la réforme est presque impossible (voir un autre article http://www.unmondelibre.org/Martin_democratie_Dysfonctionnelle_081111).

  • SKZ rampe devant Berlin, qui sait bien que son premier désir, violent, est d’être réélu. …SKZ , sachant parfaitement que Berlin a un pouvoir d’influence suffisant pour le faire tomber. C’est ce qui s’appelle être tenu …en laisse. On comprend que, dans ces conditions, les intérêts de l’Allemagne passent avant ceux de la France. Quelle importance, si l’on pense « après moi, le déluge ! »
    On commence à critiquer François Bayrou, c’est bon signe. Lui n’embrassera pas Merkel et fait lui-même ses discours. Il est dénué de toute vulgarité. Les Français en seront fiers.

  • >> En réalité Mr Juppé se trompe; il ne s’agit pas de germanophobie, mais d’ostracisme allemand envers tous ceux qui ne se laissent pas asservir au Droit des Allemands. L’amitié franco-allemande est une ILLUSION. Elle est la main tendue unilatéralement de la France à l’Allemagne. Cette dernière a su parfaitement l’exploiter à son seul profit.
    https://www.facebook.com/note.php?note_id=10150398673162021

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La réforme des retraites soulève les passions et plus généralement, la situation actuelle amène des débats sur la meilleure façon de relever les défis d’aujourd’hui et de demain.

Toutefois, plutôt que de rester dans la théorie, il est possible de s'intéresser à ce qui se pratique ailleurs et plus précisément chez nos voisins. La nouvelle étude de Contribuables Associés donne des pistes à travers quatre exemple étrangers.

 

Réformes des dépenses publiques en Allemagne, Pays-Bas et Suède

L’étude se concentre sur les dé... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Bien que Les Machiavéliens : défenseurs de la Liberté fut publié en 1943, c'est un livre qui mérite une attention continue. Pourtant, cet important ouvrage du politologue James Burnham (1905-1987) reste méconnu du grand public et parfois même des universitaires. Jusqu'à tout récemment, la seule autre édition en anglais fut publiée en 1964. Ce livre n’a pas été traduit en français depuis 1949.

Une recension des idées des penseurs machiavéliens est opportune en raison de la clarté politique qu’elles peuvent appor... Poursuivre la lecture

Macron présidentielles
3
Sauvegarder cet article

La démocratie n’a pas toutes les vertus qu’on lui prête habituellement ; encore convient-il de la définir avec précision, car « les mots sont traîtres et finissent par désigner des réalités bien différentes de celles qu’on leur avait auparavant assignées » Ainsi des dictatures ont-elles été appelées « républiques démocratiques ».

Au-delà de ces extrêmes la démocratie contemporaine se fourvoie de trois manières.

 

Les dérives de la démocratie

La première consiste à croire, comme le faisait Jean Baechler, que la démocr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles