Salaires, immobilier: la tenaille de la mé-réglementation

Deux réglementations, sur les marchés du travail et du foncier, censées « protéger » les français, les prennent en fait en tenaille

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Salaires, immobilier: la tenaille de la mé-réglementation

Publié le 29 novembre 2011
- A +

Deux réglementations, l’une sur le marché du travail, l’autre sur le marché du foncier, censées « protéger » les français, prennent en réalité ces derniers en tenaille.

Par Emmanuel Martin
Article publié en collaboration avec UnMondeLibre

Face au tsunami des finances publiques et de la récession qui va nous frapper sous peu, il est sans doute utile de revenir à des analyses, certes très politiquement incorrectes au pays où « la politique est l’art du possible », concernant deux types de mé-réglementation (parmi tant d’autres) sur le marché du travail et sur le marché du foncier. Elles sont vendues comme des réglementations éminemment « sociales ». Pourtant leurs effets pervers rongent la France en silence, et elles empêcheront le pays de s’ajuster d’ici peu, au milieu de la tempête.

Taille du marché, productivité, salaires

Les observateurs économiques se posent souvent la question de savoir pourquoi les salaires, à poste équivalent, varient d’une région ou d’une ville à l’autre en un même pays. Une bonne partie de la réponse se trouve sans doute déjà chez celui qu’on nomme souvent le « grand-père de la science économique » : Adam Smith. Sa théorie du développement économique repose en effet sur l’idée que la spécialisation, qui nous permet d’être plus productifs et d’en tirer des revenus plus élevés, dépend de la taille du marché : le degré de division du travail et donc de spécialisation n’est pas le même dans un petit village (un « petit » marché) que dans une grande ville (un « grand » marché) ; on ne trouvera pas de magasin de musique dans un petit village, mais on trouvera des vendeurs de guitares pour gaucher (hautement spécialisés donc) à Paris. Un marché plus grand permet plus de spécialisation ; un degré de spécialisation plus élevé entraine plus de productivité ; et une productivité plus élevée génère des rémunérations plus élevées. On voit donc le lien « grand marché »-rémunérations plus élevées.

Un pays est constitué d’une myriade de territoires économiques qui sont en fait des « marchés » de tailles différentes (même à l’intérieur d’une même ville). Bien sûr ces marchés ne sont pas « fermés » : une entreprise exportatrice corrézienne a son marché au niveau mondial et non local. Les infrastructures locales et globales permettent donc d’étendre le marché et rendent d’ailleurs difficile le fait de mettre les territoires économiques dans des « boîtes économiques » fermées ! Cependant pour une grosse part des entreprises en un lieu donné, le marché est essentiellement local. Le degré de spécialisation dans ces entreprises, dans la branche économique à laquelle elles appartiennent au niveau local, et plus généralement dans le tissu économique local, dépend donc de la taille du marché local. Cela signifie que la productivité et donc les rémunérations dépendent aussi de cette taille du marché local. En toute logique, les rémunérations pour ce qui semble être un même poste à Paris et dans une petite ville de Province, doivent nettement diverger, puisque la valeur générée par la même personne à ces deux endroits va diverger du fait de tailles différentes du marché.

Productivité, rentabilité et Salaire minimum « national »

Le territoire national n’est donc pas homogène du point de vue du développement (même si les infrastructures communes permettent de mitiger cette réalité) et les salaires « à poste équivalent » non plus. Pourtant la France, contrairement à d’autres pays comme l’Allemagne, a fait le choix d’avoir une rémunération minimale homogène sur le territoire (qui lui est hétérogène du point de vue du développement économique) : c’est le salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC). Et ce SMIC est, contrairement à ce qui est souvent pensé, très élevé en France : 60% du salaire médian français (le salaire qui divise la population active en deux) en 2009.

Quel est donc théoriquement l’impact d’un salaire minimum élevé et national ? Il signifie que des entrepreneurs dans des zones où les marchés sont « petits » devraient alors embaucher à un niveau de salaire minimum qui est bien souvent trop élevé pour eux : à ce niveau de salaire il n’est tout simplement pas rentable d’embaucher puisque l’emploi en question dans le contexte d’un petit marché (et donc de faible demande) ne peut générer une valeur suffisante pour couvrir son coût. Cet emploi ne créerait pas de la valeur, il en détruirait ! Quand on ajoute le coût de la complexité du droit du travail et le coût du licenciement pour des entreprises « petites », il n’est pas difficile de comprendre pourquoi de l’emploi n’est pas créé dans les zones moins développées. Pour se faire une idée de l’effet, il suffit d’imaginer ce qui se passerait si l’on imposait le niveau de salaire minimum français en Bulgarie ou en Tunisie…

Rareté organisée du foncier, crise de l’immobilier

On comprend mieux l’exode des travailleurs vers les « marchés plus grands » où la création d’emploi est nettement plus rentable dans le contexte d’un salaire minimum national et élevé. Cependant, une autre réglementation (non pas sur les prix, mais sur les quantités cette fois-ci, avec un impact sur les prix) vient attendre les candidats à l’emploi dans les zones plus prospères : celle du foncier. Dans le but affiché de réduire la pression foncière pour des raisons environnementales, les communes se dotent de Plans Locaux d’Urbanisme (PLU) et, entre elles, de Schémas de Cohérence Territoriale (SCOT), véritables appareils de planification pour rationner drastiquement l’offre, bien au-delà de la justification environnementale. On peut évidemment disserter à l’envi sur les vraies raisons de ce choix, et sans doute en trouvera-t-on quelques unes de peu avouables. Quoi qu’il en soit, un marché sur lequel l’offre est rationnée de manière politique voit ses ajustements s’effectuer par les prix : ils montent et il est plus onéreux de se loger. Et c’est exactement ce qui se passe en France dans les zones où la demande (accélérée par l’exode dû à la première réglementation sur le marché du travail) est forte.

De manière assez ironique, deux réglementations censées « protéger » les français, prennent en réalité ces derniers en tenaille.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Excellent article. Démonstration éclatante de l’imposture de la classe politique au pouvoir depuis 30 ans à prétendre « protéger » les français. Malheureusement, ces derniers, au lieu de se tourner vers les libéraux, se tournent vers ceux qui veulent encore plus de dirigisme, entraînant encore plus de précarité et un recul des libertés.

  • Oui, bon billet qui vise juste. L’Etat providentiel socialiste détient la formule secrète pour créer les pénuries que subissent les français : pénurie d’emplois ici, pénurie de logement ailleurs et bientôt pénurie de richesses pour tous. Enfin, presque tous : ceux qui vivent par, pour et en l’Etat n’ont pas de soucis à se faire, surtout dans les tranches supérieures de l’oligarchie, politiciens, hauts fonctionnaires, entrepreneurs amis des pouvoirs, syndicalistes, journalistes, réseaux d’influence…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
inflation immobilier
3
Sauvegarder cet article

Une crise ne devait jamais se produire. Pas après la Grande Modération des 30 dernières années. Mais la plupart des actifs sont sur le point de chuter.

Depuis plus de 100 ans, l’immobilier a baissé lors des périodes comme celles-ci, où l’inflation surpasse les taux d’intérêts et les force à grimper.

Le graphique ci-dessous (source) donne l’indice des prix de l’immobilier en France, en fonction du revenu des ménages.

 

 

Vous pouvez observer trois périodes de chute des prix pour l’immobilier... Poursuivre la lecture

Dans cet article publié par Contrepoints au mois d'avril, j’expliquais pourquoi, à mon avis, il conviendrait de supprimer le salaire minimum qui est imposé à tous les producteurs et dont le montant est décidé par le pouvoir politique.

Or, dans un article publié très récemment, il est indiqué qu’il est souhaitable d’augmenter le montant du salaire minimum pour que les salariés en bénéficiant puissent acheter par crédits un bien immobilier. Certes le salaire minimum a été un peu augmenté au cours des années, mais dans une moindre proport... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF-Europe

Le manque de logements est accusé de favoriser l’augmentation des loyers, de réduire la mobilité des actifs et d’empêcher l’éradication des logements insalubres. À dire vrai, les besoins de nouveaux logements sont incertains. Un chiffre annuel de 500 000 est régulièrement évoqué, mais jamais atteint. Il est vrai que malgré la baisse de la natalité, le besoin de résidences principales continue d’augmenter du fait notamment de la séparation des ménages, de la mise en couple tardive, du vieillissement, de l’imm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles