Revue d’Actualité du 25 octobre 2011 à 12h

Révision à la baisse de la croissance française – Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, estime le besoin de renforcement de fonds propres à moins de 10 Md€ – Point sur la crise de la dette de l’eurozone : renforcement du FESF, rôle de la BCE, restructuration de la dette grecque – Divers : Assurance vie, Transports autocars, Tremblement de terre en Turquie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Revue d’Actualité du 25 octobre 2011 à 12h

Publié le 25 octobre 2011
- A +

Revue de presse

 

France : le gouvernement réviserait la croissance 2012 à la baisse à 1,0% (contre 1,75%).
Cette révision ne pourrait être intégrée avant le vote du budget à l’Assemblée nationale prévu au 15 novembre, mais seulement pendant l’examen au Sénat (du 15 novembre au 16 décembre). Le manque à gagner, de 6 à 7 milliards d’euros, serait intégralement compensé par une hausse de la fiscalité, et aucunement par une baisse des dépenses.

Banques françaises : Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, estime le besoin de renforcement de fonds propres à moins de 10 Md€.

 

Crise de la dette :

– FESF (1) : le Parlement allemand devrait donner aujourd’hui son accord au renforcement du FESF.
Ce vote, qui était initialement réservé aux 42 membres de la Commission des affaires budgétaires, concernera finalement l’ensemble des 620 députés. Cela ne remettrait pas en cause l’issue du vote.

– FESF (2) : le fonds étudierait la possibilité d’intervenir sur la dette italienne avant que les taux d’emprunt ne deviennent prohibitifs. La dette de l’Italie s’élevait fin août à 1 900 Md€.

– BCE : 169,5 Md€ d’achats d’obligations d’États depuis mai 2010, dont 4,5 Md€ la semaine dernière.

– L’Union Européenne se tournerait vers des fonds souverains : Norges Bank Investment Management, qui gère le fonds norvégien (397,5 milliards d’euros), s’est porté candidat pour contribuer au fonds de sauvetage.

– Grèce : la restructuration de la dette concernerait l’ensemble de la dette, dont les obligations les plus longues arrivent à maturité en 2035. Jusqu’ici, les dettes arrivant en échéance après 2020 étaient exclues du plan.
Les obligations grecques détenues par le secteur privé, avoisinant les 200 Md€, nécessiteraient désormais une décote de 60%.

 

Divers :

– Assurance vie : collecte nette négative en septembre. La collecte s’est élevée à 9,7 milliards d’euros alors que le montant des prestations versées a atteint 11,5 milliards d’euros. C’est une première depuis décembre 2008.
Les épargnants ont préféré les livrets bancaires (dont le livret A qui a vu sa rémunération augmenter en août à 2,25% net) aux supports en euros des assureurs vie qui contiennent des montants significatifs de dette souveraine et dont la rémunération va donc significativement baisser. L’assurance vie en euros bénéficie d’une garantie légale sur les montants versés et les intérêts acquis annuellement, mais cette garantie pourrait n’être que théorique en cas de violente aggravation de la crise de la dette.

– Transports : les autocars pourraient lancer des liaisons nationales. Le gouvernement promet toutefois d’éviter toute concurrence directe à la SNCF (sic).
Actuellement, seul le cabotage est autorisé (depuis la publication d’un arrêté en janvier dernier).

– Tremblement de terre en Turquie : le bilan s’établit désormais à 366 morts et 1 300 blessés.

 

>> Consultez nos archives >>

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le marché français est en baisse de 6 % depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole résistent plus. L’or a baissé de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il affiche toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au-dessus des 100 dollars... bien au-dessus des niveaux de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12 % sur les 6 derniers mois.

La plupart des investisseurs croient sans doute à l’abandon des tentatives de normalisation de la part de le Fed. Les auto... Poursuivre la lecture

Les actions ont d’abord grimpé suite aux annonces de la Fed, cette semaine.

Certains investisseurs pariaient sur une hausse de 0,75 %. Du coup, une hausse de 0,50 % - moins que prévu - a envoyé un signal d’achat.

La Fed a peu de chances de tenir dans sa voie actuelle de hausses de taux. Même d’ici cet été, elle pourrait faire demi-tour.

Les médias parlent ces temps-ci « d’atterrissage en douceur » (en anglais, Soft landing).

Selon ce scénario, les autorités mettent fin aux mesures de soutien - taux proches de zéro ... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

La grande catastrophe annoncée est-elle sur le point d’arriver ? Voilà des années maintenant que de nombreux économistes nous avertissent du danger de la politique de Quantitative Easing (création monétaire importante par le rachat massif de dettes souveraines) menée par la BCE depuis mars 2009 (et qui, rappelons-le, devait initialement s’arrêter en septembre 2009).

Aujourd’hui, il se pourrait bien que leur prédiction soit plus proche que jamais de se réaliser : après des années de faible inflation, la création m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles