Le mécanisme de stabilité financière met en péril le portefeuille des Français

Le Mécanisme Européen de Solidarité promet d’être fatal à nos finances publiques déjà très précaires

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le mécanisme de stabilité financière met en péril le portefeuille des Français

Publié le 23 octobre 2011
- A +

Alors qu’il est de plus en plus ponctionné, le contribuable risque de signer un véritable chèque en blanc avec le Mécanisme Européen de Solidarité.

Un communiqué du Parti Libéral Démocrate

Le Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) contribue déjà à mettre notre notation en danger. Il engage les Français à hauteur de 142 milliards d’euros (que nous refuserons de voir augmenter). Il est prévu que ce plan dangereux se transforme rapidement en Mécanisme Européen de Solidarité (MES) dirigé par un haut fonctionnaire européen qui n’aura de comptes à rendre à personne. Nous n’acceptons pas cette trahison des traités européens qui prend en otage les contribuables européens. Alors que le gouvernement laisse exploser notre dette sans s’attaquer à notre dépense publique indécente, il veut ajouter à la facture qu’auront à payer les Français les gabegies d’autres gouvernements européens. Ce n’est pas responsable de sa part. Le Parti Libéral Démocrate s’y oppose fermement.

— Selon l’article 9.3, « les membres du MES s’engagent de manière irrévocable et inconditionnelle à honorer sur demande tout appel de fonds adressés à eux par le Directeur général en vertu de cet alinéa, et ce dans les sept jours après réception. » Faute de quoi les récalcitrants pourront être poursuivis en justice. Les futurs gouvernements français ou allemands quels qu’ils soient n’auront donc d’autre choix que de payer.

— L’article 10 permet au Conseil des gouverneurs, composé seulement des ministres des Finances de la zone euro, d’augmenter le plafond du MES sans en rendre compte à aucune autorité. Les articles 27 et 30 précisent également que ce fonds ainsi que ses dirigeants bénéficieront de l’immunité de toute forme d’action en justice et n’auront de compte à rendre à personne.

— Ils stipulent également que nul n’aura le pouvoir d’enquêter sur les décisions du MES et que toutes ses archives seront inaccessibles à toute forme de justice.

Opacité, absence de contre-pouvoirs face aux décisions de technocrates dans leur bulle dorée. Alors qu’il est de plus en plus ponctionné, le contribuable risque de signer un véritable chèque en blanc avec le MES ! Le PLD dénonce donc vigoureusement ce mécanisme qui promet d’être fatal à nos finances publiques déjà très précaires, et demande son abandon pur et simple. Plutôt que de creuser des trous plus grands pour boucher d’autres trous, nous rappelons que la priorité absolue doit être la diminution drastique et structurelle de notre dépense publique. C’est la condition essentielle pour sortir la France de la crise et sauver l’Europe.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Je trouve quand même dingue qu’on puis prendre en otage les décisions politiques futures de nations démocratiques par des traités internationaux.
    Rien de tel pour créer de futures tensions internationales.

  • creuser un autre trou (le FESF) pour combler des trous déjà béants ça ne vous rappelle rien

    le sapeur Camembert mais à l’envers …

  • « Les articles 27 et 30 précisent également que ce fonds ainsi que ses dirigeants bénéficieront de l’immunité de toute forme d’action en justice et n’auront de compte à rendre à personne »la ,ça devient n’importe quoi.est ce constitutionel?.pourquoi ne pas accorder l’immunité a tous les politiques,ça règlera le problème une fois pour toutes

    • Je pense également que c’est inconstitutionnel. En France et ailleurs. C’est contraire au principe d’égalité devant la loi.
      C’est donc assez puéril, dans la mesure où le seul effet de cet article sera de rendre suspect les responsables (pourquoi donc ont-ils besoin d’une impunité, sinon pour violer la loi à loisir ?)

      • Les dirigeants sur l’Europe et l’UE elle même ne s’embarrassent pas des Constitutions, et encore moins de l’avis des peuples par référendums (et encore, quand ils se osent en faire)

  • Sous nos yeux, nous voyons la forme que prend cette Europe tyrannique avec notre argent et notre liberté.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous sommes le 26 mai 1981. Le président du Conseil italien Arnaldo Forlani est contraint de démissionner après seulement 6 mois à la tête du gouvernement suite à un scandale impliquant le milieu maçonnique italien, de hauts dirigeants ainsi qu’un des principaux journaux nationaux. Les démocrates, au pouvoir depuis 35 ans, sont contraints de céder le pouvoir.

De ce côté des Alpes, François Mitterrand adresse un message au personnel de l’Élysée. Il s’est installé au Palais 5 jours plus tôt et a dissout l’Assemblée nationale dans la foul... Poursuivre la lecture

métropoles
0
Sauvegarder cet article

Par Aymeric Belaud. Un article de l'Iref-Europe

Le 15 décembre dernier, la Cour des comptes a présenté son rapport annuel sur les finances publiques locales. Dans le fascicule numéro 3, consacré à l’examen de la mise en place des métropoles, elle rend un verdict qui n’est hélas guère étonnant.

Selon la loi de modernisation de l’action publique territorialeet d'affirmation des métropoles (MAPTAM) du 27 janvier 2014, la création de métropoles devait permettre une gouvernance plus efficiente, une meilleure coordination des fonction... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

La démocratie semble désormais si faible qu’il lui faut sans cesse les béquilles de l’État, ou du moins de son argent, c’est-à-dire du nôtre. Le mal est endémique et atteint tous ceux qui participent à l’action publique et sociale et en informent les citoyens.

Les syndicats, pour une très grande part de leurs budgets, sont financés par des subventions publiques directes (pour environ 200 millions d'euros sans doute) et indirectes, sous forme de déc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles