Attention, la recapitalisation des banques peut conduire à un « crédit crunch » européen

À vouloir recapitaliser les banques, on risque de mettre encore un peu plus en péril le triple A de la France

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Attention, la recapitalisation des banques peut conduire à un « crédit crunch » européen

Publié le 21 octobre 2011
- A +

À vouloir recapitaliser les banques, on risque de mettre encore un peu plus en péril le triple A de la France.

Par Alain Madelin

Il faut, dit-on de tous côtés, d’urgence recapitaliser les banques. Cette affirmation péremptoire lancée par Christine Lagarde à la tête du FMI, par les allemands et plus récemment par Barroso, est à la fois discutable et dangereuse. D’autant plus que l’idée s’installe dans les marchés.

Certes, le système bancaire européen a encore dans ses comptes un stock d’actifs toxiques hérités de la crise de 2008-2009 et il doit faire face à un ralentissement de l’activité économique. Toujours est-il que même si la fenêtre d’opportunité pour une recapitalisation plus massive n’a pas été saisie, sa situation s’est considérablement amélioré en accélérant le calendrier des exigences de Bâle III (300 milliards d’euros de recapitalisation depuis 2008).

Le problème auquel il s’agit de faire face aujourd’hui, c’est celui de la perspective de pertes sur les obligations souveraines de certains États européens.

Plusieurs observations :

— D’abord, il s’agit d’un risque jusqu’à longtemps nié par les autorités européennes et encore ignoré dans les stress tests des banques au mois de juillet. Mieux même, les autorités nationales ont pesé pour que les banques et les institutions financières conservent de tels titres.

— Ensuite de quel risque pays parle-t-on ?

S’il s’agit du risque de défaut grec, il peut être supporté par les grandes banques françaises car il correspond à peu prés à leurs bénéfices du premier semestre. De même, un risque global sur les PIIGS (calculé à 70% sur la Grèce, 40% sur Irlande et Portugal, 20% sur Espagne et Italie) qui correspond à moins d’1% de dégradation de leur ratio de solvabilité Core Tier 1 (à supposer que ce ratio imposé par les régulateurs soit pertinent) reste encore supportable (1% de ratio représente moins d’un an de bénéfice).

Au surplus, la facture pourrait en être légitimement partagée avec le FESF.

— La question cruciale de la recapitalisation des banques ne se pose en réalité qu’en cas de défaut majeur de l’Italie et de l’Espagne. Or, cette sombre perspective n’existe pas aujourd’hui. Et si elle devait se concrétiser, la recapitalisation des banques ne serait assurément pas à la hauteur de la crise de confiance majeure qui frapperait alors l’ensemble de la finance européenne.

Seule la Banque centrale européenne en « monétisant » les dettes espagnoles et italiennes pourrait combattre l’embrasement (au risque, sans doute gérable, d’outrepasser son mandat).

Et seule la Banque centrale européenne (peut-être avec l’appui du FMI) peut aujourd’hui, à titre de précaution, intervenir pour établir un cordon sanitaire autour de l’Italie et de l’Espagne.

Exiger aujourd’hui une trop forte recapitalisation des banques françaises conduirait non seulement celles-ci à mobiliser leurs bénéfices et à ne plus distribuer de dividendes pour satisfaire à cette obligation, ce qui en soit n’est pas un problème, mais surtout à réduire la taille de leur bilan c’est-à-dire in fine à restreindre leur capacité de crédit.

Pour éviter cela, l’État pourrait intervenir pour recapitaliser (de force ?) les banques mais au risque de mettre encore un peu plus en péril notre triple A (et dès lors de provoquer l’écroulement du dispositif de sauvetage européen bâti autour du FESF).

L’enfer est pavé de bonnes intentions. À trop vouloir recapitaliser les banques, on risque un crédit crunch…

—-
Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Et les actionnaires ne peuvent ils pas recapitaliser leur société?
    Les banques ont des actionnaires, n’est ce pas?
    L’intérêt d’un actionnaire est de ne pas voir son capital disparaître.
    Recapitaliser peut redonner confiance dans la solidité de la banque et au final voir son cours augmenter. En quoi ça diminuerait la taille du bilan.
    Une fois de plus, dès qu’il s’agit des banques, les solutions de capitalisme pur ne sont pas envisageables.

  • eh oui la recapitalisation les banques avec de l’argent public emprunté c’est un peu de la cavalerie financière …

    oui c’est un peu comme si une société A et une société B s’échangeaient du capital et de la dette.
    La société A empruntant auprès de la société B en échange d’une recapitalisation ..
    dans le privé c’est interdit ou au mieux les fonds propres artificiels ainsi créés sont sans valeur à l’égard des tiers

    De même transformer le FESF en banque doté de capitaux publics c’est créer une banque centrale bis pour les besoins des Etats.
    Là encore c’est une manipulation grossière qui ne trompe personne.

    Si les Etats devaient recapitaliser proprement leurs banques il faudrait qu’ils fassent des apports d’actifs tangible par exemple de sociétés nationalisées comme EDF, La Poste, etc …

    Alors ce serait non contestable il n’y aurait pas de débat (sauf avec les syndicats …)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aujourd’hui, nous aborderons deux points : l’absence d’un mécanisme de compensation dans un système de Banque Centrale, et l’éventualité qu’une surexpansion bancaire se produise dans un système de Banque libre à réserves fractionnaires. Ce faisant, cet article est dans la suite directe du précédent concernant la loi des compensations adverses.

Le problème de la connaissance : les Banquiers centraux ont besoin d’une information qu’ils ne peuvent pas obtenir

Un partisan de la Banque centrale ferait remarquer que celle-ci a accès à des i... Poursuivre la lecture

Par l'Iref-Europe.

Geopolitical Intelligence Service (GIS) et l'Institut de Recherches Économiques et Fiscales (IREF) proposent un webinar en français ce mercredi 28 octobre à 16 heures avec comme orateurs le Prince Michael de Lichtenstein et le professeur Enrico Colombatto (responsable de l'IREF).

Le panel s'exprimera pendant une quarantaine de minutes et les questions et commentaires des participants suivront.

Après la crise financière et la crise de l'euro, la crise sanitaire est venue aggraver la dépendance de nombre ... Poursuivre la lecture

Par Antonis Giannakopoulos. Un article de Mises.org

Dans le sillage des fermetures économiques désastreuses liées au covid-19, la classe politique a désespérément tenté de sauver le système de l'euro en faillite. Le 21 juillet, les dirigeants européens se sont mis d'accord sur ce qu'ils ont nommé un accord historique. Il ne s'agissait rien de plus qu'un plan de relance de plusieurs billions d'euros.

Toutefois, il est plus probable que le fonds de relance retarde toute chance de voir se réaliser une restructuration économique bie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles