« Crise de l’euro : valeur de l’argent et dépenses publiques » : IREF-GIS Webinar

L’IREF et le GIS organisent, ce mercredi 28 octobre à 16 heures, un séminaire en ligne consacré à la crise de l’euro et aux dépenses publiques : « Euro crisis – Value of money and public spending ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Logo - Iref

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Crise de l’euro : valeur de l’argent et dépenses publiques » : IREF-GIS Webinar

Publié le 27 octobre 2020
- A +

Par l’Iref-Europe.

Geopolitical Intelligence Service (GIS) et l’Institut de Recherches Économiques et Fiscales (IREF) proposent un webinar en français ce mercredi 28 octobre à 16 heures avec comme orateurs le Prince Michael de Lichtenstein et le professeur Enrico Colombatto (responsable de l’IREF).

Le panel s’exprimera pendant une quarantaine de minutes et les questions et commentaires des participants suivront.

Après la crise financière et la crise de l’euro, la crise sanitaire est venue aggraver la dépendance de nombre d’États européens à la dépense et à l’endettement. La « crise de l’euro » perdure en réalité. Si l’urgence justifie l’intervention, qu’en sera-t-il une fois la crise passée, ou apaisée ? Quelles conséquences pour les citoyens ?

Ces évolutions auront un impact majeur sur le marché de l’emploi, sur l’épargne des citoyens et leurs impôts, ainsi que sur la liberté financière et le commerce international.

Les États comme la technologie auront un rôle à jouer sur le plan financier et monétaire. Dans quel sens ? Nous dirigeons-nous vers un monde de planche à billets, y aura-t-il de l’inflation ? Avec les innovations numériques en matière monétaire et financière, la balance penchera-t-elle vers la liberté et la vie privée ou vers davantage de contrôle ?

Que peuvent faire les citoyens ? Garder leur calme tout en se couvrant ? Se résigner ? Faut-il se diriger davantage vers les solutions d’épargne telles que l’or, les cryptomonniaes, les actions ou l’immobilier ? Ne faut-il pas au contraire dépenser et s’endetter ?

Quelles actions la Banque centrale européenne, la Commission européenne et les États doivent-ils mener afin d’échapper au piège de la dépense et de l’endettement ?

Toutes ces questions fondamentales, trop souvent éludées du fait de l’urgence de la crise, intéresseront les participants à ce webinar et permettront de se projeter dans le moyen terme.

 

Vous pourrez participer par le biais de ce lien zoom. 

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • dépenser ou s’endetter …..ça peut être dangereux quand on n’avance dans des sables mouvants ;

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a suggéré que les impôts sur  les bénéfices des entreprises soient utilisés pour rembourser la dette covid du pays :

Les entreprises vont rendre ce qu'elles ont réussi à obtenir grâce à la protection de l'État[...] c'est une solution juste et efficace qui mérite en tout cas d'être étudiée.

J’avoue que le propos m’a laissé pantois mais que je l’ai mis sur le compte de la fatigue.

Par contre le ministre a été impeccable en réaffirmant fermement qu’une dette devait être remboursée.Poursuivre la lecture

Non, ce n’est pas le covid et la mise à l’arrêt de l’économie ou encore la guerre en Ukraine qui provoquent l’inflation actuelle dans l’Eurozone. Ce sont les politiques monétaires des banques centrales qui l’ont suscitée, au premier rang desquelles la BCE.

Pour comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui et comment la situation va évoluer, il faut se pencher sur 5000 ans d’histoire monétaire. Toutes les bêtises ont déjà été faites par le passé et ont toujours les mêmes conséquences. La multiplication de la monnaie adossée à rien (à aucun... Poursuivre la lecture

L’inflation est là, et prête à durer si rien n’est fait pour la contrer. Dans le même temps, l’action correctrice des Banques centrales ne doit pas engendrer ce que l’économiste Friedrich Hayek appelle une dépression secondaire, c’est-à-dire un second choc négatif à la crise présente, engendrant ainsi un processus cumulatif.

 

Les constats sur l'inflation

Posons un constat : l’inflation est monétaire principalement, c’est-à-dire qu’elle résulte d’un excès de création monétaire par rapport à la demande de monnaie, en même te... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles