Présidentielles 2012 : François Hollande, le jésuite thermodynamique

Publié Par Fabrice Copeau, le dans Politique

Suite de notre série de portraits des principaux protagonistes de l’élection présidentielle française de 2012. Après Eva Joly, voici le portait de François Hollande.

Par Fabrice Copeau

Le petit François est né en 1954, dans une Normandie qui achevait sa reconstruction au sortir de la Seconde Guerre mondiale. De la patrie de Maupassant et de Lepetit, François Hollande veut devenir un grand. Son père, médecin facho, qui soutiendra l’OAS et les ratonnades du pont de Neuilly, le massacre de la station Charonne et le passé du préfet Papon, est un notable poujadiste de Bois-Guillaume.

Il étudie chez les culs bénis des Frères des Écoles chrétiennes, au pensionnat Jean-Baptiste de la Salle, à Rouen. Entre deux catéchismes, le petit François étudie les humanités, dans la vaste chapelle néo-romane qui sert de salles de classe. Il n’a connu ni les grèves des enseignants qui réclament toujours plus de moyens, ni l’inique carte scolaire, ni le fabuleux collège unique, qui a fait de nous les obscurs analphabètes que nous sommes. Il étudie à l’ombre de la discipline jésuite.

S’il fréquente les meilleurs établissements catholiques, ce qui est tout de même assez rare pour un moitié Juif, François poursuit ensuite sa scolarité dans un établissement parisien réputé, le lycée Pasteur, à Neuilly. Il y côtoie le gratin de l’intelligentsia française, qu’il s’agisse d’usurpateurs avérés (Jean-Paul Sartre, Jean-Pierre Rioux), ou d’authentiques penseurs (Alain Besançon, Fernand Braudel). Il rencontre la fameuse équipe du Spendid, avec laquelle il aurait pu se ménager une carrière toute différente de celle qu’il a choisie – quoique, on l’imagine aisément débiter les répliques de Pierre Mortez du Père Noël est une ordure. Il se lie d’amitié avec le préposé aux rétrocommissions Renaud Donnedieu de Vabres, avec le vendeur de Calvin Klein Bernard-Henri Lévy, et rencontre même l’excellent Philippe Nemo. Dommage que ce dernier n’ait pas eu le temps de l’initier à l’ordre spontané et à la philosophie de Friedrich Hayek. Le bonhomme aurait une toute autre allure aujourd’hui.

François est un cumulard : il amasse les diplômes les plus prestigieux (IEP de Paris, où il préside la section UNEF, HEC, ENA, école dans laquelle il croise non seulement Ségolène Royal, mais où il retrouve également son copain Donnedieu de Vabres, ou encore Michel Sapin et Dominique de Villepin). Il sortira septième de sa promotion.

Il s’installe, donc, avec Ségolène, en 1970, un an avant Épinay. Le monsieur est charmeur, plait aux femmes et le sait. Le célibat ne le concerne pas. Il ne se marie toutefois pas avec Ségo, afin que chacun puisse préserver sa capacité d’action politique : en effet, en France, mari et femme ne peuvent être simultanément députés. Ce qu’ils ambitionnent tous deux. Ils auront quatre enfants ensemble.

C’est en 1974, à l’orée du septennat de VGE, que François Hollande, aux lunettes serties et épaisses comme des culs de bouteille, s’engage en politique. Il préside, à HEC, le comité de soutien à François Mitterrand. Il ne tardera d’ailleurs pas à être présenté à tonton, par le penseur à l’esprit aussi vif que confus, le courtisan voire l’entremetteur Jacques Attali. Il devient conseiller économique du Mitterrand du Programme commun. Sorti de l’ENA en 1980 (promotion Voltaire), il intègre la Cour de comptes, comme auditeur. Affectation moyenne, pour un classement moyen.

Apprécié du leader de la gauche, il ne tarde pas à devenir un jeune loup de la mitterrandie, propulsé à Ussel aux législatives de 1981. Il y affronte un collègue de la juridiction de la rue Cambon, un certain Jacques Chirac. Il prendra une belle déculottée, dès le premier tour.

La gauche au pouvoir, François découvre sa véritable voie, celle qu’il ne lâchera plus jamais : il est l’Apparatchik avec un grand A. L’homme d’appareil, celui qui fait les coalitions, les majorités lors du vote des motions, qui renverse ses opposants lors de psychodrames de salon, qui a le droit de vie et de mort sur la carrière de tous les ambitieux, qui se rendent vers lui comme à Canossa. Mais qui ne se salit pas les mains avec la gestion du quotidien. Il enchaîne donc, comme le parfait haut fonctionnaire, donc socialiste, qu’il est, les postes en cabinets ministériels : dircab du bonapartiste de gauche Max Gallo, de l’Al Capone de l’île Saint Louis Roland Dumas, il échoue encore et toujours aux élections. C’est le général Alcazar du parti socialiste. Il échoue, certes, excepté à Ussel. Il y devient simple conseiller municipal. Ce n’est pas franchement ce que l’on peut appeler une consécration populaire.

Le PS de l’époque est miné par d’innombrables courants, querelles de chapelles et autres combats de titans en plastique, phénomènes propres à cette faune interlope. Mais François, lui, a trouvé sa voie. Notre Bernadette Subirous de Solférino a eu l’illumination. Elle ne la quittera plus. François se veut rassembleur. Face à tous ces courants, qui n’ont d’autre existence que de circonstance, il fonde, avec ses potes Jean-Michel Gaillard, Jean-Yves Le Drian et Jean-Pierre Mignard un nouveau courant : le transcourant ! Comme la thermodynamique de Boltzmann a révolutionné la science des grands systèmes, le transcourant de Hollande veut révolutionner le logiciel des héritiers de la SFIO. Ou, plus modestement, tel un cuisto hâbleur des quartiers louches marseillais, Hollande veut créer une dynamique fusionnelle comme on crée une bouillabaisse indigeste. Il s’appuie donc sur Jean-Michel Gaillard, issu comme lui de la Cour des comptes, qui, comme tout bon serviteur de l’État-PS, sera ensuite PDG d’Antenne 2, puis directeur de l’ENA. Et sur Jean-Yves Le Drian, actuel président de la région Bretagne, et dont le nom fleure bon le caramel salé et la bigoudène, qui sera aussi un éphémère secrétaire d’État à la mer, dans le gouvernement d’Édith Cresson. Et enfin Jean-Pierre Mignard, célèbre avocat des pays africains, des écoutes de l’Élysée, des affaires de la ville de Paris, et plus près de nous de l’affaire Clearstream et de celle de Liliane Bettencourt, est un ancien du PSU de Rocard et un jésuite actionnaire de Témoignage Chrétien.

François atteint, enfin, le Nirvana en 1988, en se faisant élire député de la 1ère circonscription de la Corrèze. Il enchaîne en devenant un scribouillard minable lors du congrès de Rennes (1990), en prenant fait et cause pour la motion Mermaz-Mauroy-Jospin. Et en perdant aux élections législatives de 1993, devant la vague irrésistible des socialistes de droite, menés par Édouard Balladur. Jésuite hier, François, qui fait l’apprentissage de la défaite, a besoin de retrouver la foi. Il la trouve en se rapprochant du père de Martine Aubry, et en prenant une part active aux travaux des Clubs Témoin. Un an plus tard, il devient, toujours parfait Apparatchik, secrétaire national du PS aux affaires économiques. Poste clé s’il en est rue de Solferino, toujours confié à des fidèles dignes de confiance, Eric Besson par exemple.

Las ! Ne pouvant plus compter sur Jacques Delors, qui échoue tel un cétacé sur les rivages de l’oubli, il se rallie alors à Lionel Jospin, par pur opportunisme tant on ne voit pas clairement les convergences de vue que celui-ci pouvait entretenir avec le père de la Commission européenne. François devient le porte-parole de la première campagne présidentielle de Lionel Jospin.

Il est la cheville ouvrière, thermodynamique là encore, de la tambouille indigeste qui constitue la Gauche plurielle, en 1997. Un vrai bouillon de culture de maquignons douteux. C’est au prix de cette alliance des carpes, des lapins, des renards et des coqs qu’il retrouve son siège de députain. Il fait avaler à tout le monde, tel un druide louche échappé de la forêt de Coëtquen, la potion Jospin à ses affidés. Qui meurent sur le champ. Ce qui lui laisse le champ libre pour piquer les clefs de la rue de Solferino.

La consécration arrive tardivement, mais elle arrive ! En 2001, au bout de la troisième tentative, il devient maire d’une des principales métropoles nationales, Tulle. Élu dès le premier tour, s’il vous plait. Et aimé des Corréziens, qui le réélisent députain en 2002.

A toute carrière politique il faut des circonstances, des hasards, des imprévus, des coups de théâtre. Pour François, l’événement important se déroule un 21 avril. Lionel Jospin, minable jusqu’au bout, prend des vacances prolongées à l’île de Ré. François, jusque-là contre-amiral, voire capitaine de frégate du navire PS, devient amiral pour de bon et prend définitivement le commandement de la boutique des socialistes de gauche.

Il poursuit son œuvre thermodynamique. Il construit, pied à pied, le programme socialiste des années à venir. C’est pour l’essentiel grâce à lui que le PS remporte une très large victoire lors des élections régionales de 2004. Et lors des élections européennes qui suivent.

En 2005, il est à nouveau désigné Premier secrétaire du Parti socialiste. Artisan acharné des kolkhozes locaux, il rallie à sa motion un célèbre trousseur de domestique, un esthèque gay parisien, une dame aux caméras. Mitterrand, s’il avait été encore de ce monde, n’aurait pu qu’admirer le parcours accompli par son élève.

Mais à trop attendre son heure, on finit par l’oublier. En 2006, il tergiverse et hésite à entrer dans la bataille des primaires. Il laisse partir une échappée composée de Ségolène Royal, Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn. Il pense que ceux-ci s’épuiseront à force de se combattre, et qu’il pourra apparaître, fidèle à sa logique thermodynamique, comme le rassembleur, la synthèse à défaut d’être la prothèse. Grave erreur. Ségolène a déjà rallié à sa cause le tout-Paris du showbiz, des médias et de la politique.

C’est le 17 juin 2007 que François et Ségolène officialiseront une séparation pourtant effective depuis bien longtemps.

Il retourne avec vers sa terre d’adoption, la Corrèze, se fait élire aux cantonales et bat dans la foulée le président socialiste de droite du Conseil général. Il laisse s’étriper, au Congrès de Reims, une Royal déjà abandonnée par les siens, et Aubry qui n’hésite pas, pour l’emporter, à bourrer les urnes et à magouiller en coulisses.

Il se trouve à présent face à elle, au deuxième tour des primaires désignant le candidat du PS pour la présidentielle de 2012. Mais c’est sans doute lui, qui se veut l’incarnation d’une social-démocratie consensuelle et apaisée, qui est le véritable héritier de Jacques Delors.

Laisser un commentaire

  1. Le terme de thermodynamique est à comprendre dans son sens scientifique, de fusion de corps hétérogènes en un ensemble qui l’est tout autant. Ce n’est pas une référence à un quelconque dynamisme de Hollande, sujet qui mériterait des développements à part entière !

    1. Très bon résumé de la « Vie de M. Hollande ».

      Par contre le terme Thermodynamique est très mal choisi.

      Vous le définissez comme étant « de fusion de corps hétérogènes en un ensemble qui l’est tout autant ».
      Hors la thermodynamique est la science qui explique les transferts d’énergie entre deux ou plusieurs corps, et non pas la « fusion de corps »… Cela ressemblerait plus à de la métallurgie…
      Et en ce qui concerne Hollande et le PS cela tient davantage de l’Alchimie…

      Cordialement.

  2. Son père était facho? Membre d’un parti fasciste et il a épousé une femme juive (Si Hollande est moitié juif) ou est juif lui même?
    Son père a soutenu les ratonnades du pont de Neuilly, vous étiez sur place? Vous avez vu, filmé, eu des témoignages?
    Les culs-bénis de JB, vous y êtes allé?

    c’est un vrai procès soviétique que vous faites sur ses parents et son enfance!

    1. Le père Hollande est bien facho oui.
      Par contre, que Hollande soit demi-juif ou à moitié martien ou pas, on s’en tape, ce qui intéresse les gens, c’est la recette de son régime.

        1. Ne nous moquons pas de son régime, pour la gauche cassoulet, passer au tofu-graines germées n’a rien d’une partie de plaisir.
          Un politique qui mène une carrière poussive, dépité après un grand nombre de vestes électorales est-il un députain dépité ?

  3. @ MINI TAX

    c’est l’auteur qui écrit que Hollande est moitié juif, j’imagine que si ç’avait été écrit sur un site d’extreme droite, il y en a pas mal qui aurait trouvé le propos nauséabond.
    Sinon, vous qui avez l’air bien renseigné, savez vous si le père de Hollande a soutenu les ratonnades du pont de Neuilly, c’est assez grave comme propos.
    Comme je l’écrivais, c’est une technique soviétique, on parle du passé facho des parents. C’est un peu dommage pour un site libéral.

  4. Frederic: « savez vous si le père de Hollande a soutenu les ratonnades du pont de Neuilly »

    Pourquoi cette fixette sur le pont de Neuilly ?
    Le massacre de la station Charonne ne vous émeut pas ?

    1. On peut lui demander aussi pourquoi une telle fixette sur le mot « juif » (qui jusqu’à nouvel ordre n’est pas une insulte en politique ou en finance).
      Peut-être un anti-sémite refoulé ?

    2. vous inversez les rôles.

      Je ne fais que citer l’auteur qui se permet de traiter le père de hollande de facho, qui a soutenu les ratonnades du pont de Neuilly.
      A t’il des preuves? comme c’est un événement extrêmement grave puisqu’il y a eu mort d’homme, ce n’est pas des propos qu’on balance à la légère.
      Je ne fais pas une fixette, non plus sur les juifs, c’est l’auteur qui semble perturber par celà. « S’il fréquente les meilleurs établissements catholiques, ce qui est tout de même assez rare pour un moitié Juif ». Ben oui à Rouen , il y a énormément d’églises et d’établissement catholiques et il n’a pas d’établissements d’autres confessions. Donc ce propos est ridicule.

      Mais bon, c’est un auteur libéral, donc si il a dit que le père de Hollande est un facho, qui a soutenu des ratonnades, vous devez le croire. D’ailleurs il peut certainement apporter la preuve de ce qu’il avance et j’imagine que vous aussi, vous avez des preuves.

      1. « Je ne fais que citer l’auteur qui se permet de traiter le père de hollande de facho, qui a soutenu les ratonnades du pont de Neuilly. »
        —————-
        Allons allons, ne faites pas la fausse innocence, vous devenez ridicule…
        Voici ce qu’on peut lire au sujet de Hollande père dans le livre de Serge Raffy, c’est un journaleux chez Nouvel Obs, allez-vous le traiter aussi d’ultra-libéral ?

        Georges Hollande a été candidat malheureux en 1959 aux élections municipales de Rouen, sur une liste d’extrême droite. Ses penchants pour l’avocat Jean-Louis Tixier-Vignancour, ancien camelot du roi, croix-de-feu, sont connus de tous. Tout comme son aversion profonde pour le général de Gaulle. Georges, en 1944, a été mobilisé quelques mois et garde de cette période une certaine fidélité au maréchal Pétain. Il a un mépris profond pour ceux qu’il appelle « les résistants de la dernière heure ». Durant la guerre d’Algérie, il ne dissimule pas ses sympathies pour l’OAS. Il les clame même haut et fort. A Rouen, son caractère bien trempé lui joue parfois des tours. Dans les milieux feutrés de la bourgeoisie locale, ses coups de menton agacent.

        Même ses amis médecins lui conseillent de tempérer ses ardeurs politiques, dans l’intérêt de son propre cabinet. Mais Georges n’en a cure. En 1965, il se présente à nouveau aux élections municipales, à Bois-Guillaume, à la tête d’une liste de « rénovation et d’expansion » à la composition sulfureuse. On y trouve des anciens de l’OAS, des élus soupçonnés d’avoir trempé dans la collaboration et des industriels du bâtiment plus intéressés par les terrains vierges de la commune que par le débat, qui fait rage alors, sur l’introduction du français à la place du latin dans les églises. Nouvelle déconvenue : il est battu à plate couture par la liste gaulliste.

      2. Frederic: « …le père de Hollande est un facho, qui a soutenu des ratonnades.. »

        Franchement, je ne vois pas pourquoi vous focalisez sur le père de Hollande ayant fait des ratonnades, on s’en fiche un peu car « on ne choisit pas ses parents ».
        Donc même si le père de Hollande a foutu des Algériens à l’eau, a tuer plein de gens, violé puis découpé en morceaux des petites filles ou torturé des handicapés, ça ne change pas grand chose à la mollesse et au manque de charisme de son opportuniste de fils.
        Ce n’est pas la faute du grand léchant mou si son père s’est mal comporté vis à vis de certains.

        1. certes ce n’est pas sa faute, mais ce n’est pas sans importance pour lui ; d’ailleurs il est le candidat du PS, moderne parti de l’ordre économique et moral : la filiation avec l’extrême droite organisatrice et paternaliste est assez évident.

          1. P: « la filiation avec l’extrême droite organisatrice et paternaliste est assez évident. »

            Oui, tout à fait, tu as parfaitement raison.
            Trop focalisé sur les actualités et donc par manque de recul, j’avais oublié cet aspect du PS.

        2. Si c’est si peu important pourquoi me relancer sur le sujet.
          Ce qui m’importe : est ce que l’auteur a la preuve de ce qu’il affirme, car pour moi, c’est un fait nouveau.
          Le reste, je m’en moque, je me doute bien que Hollande sort de l’ENA et pense comme tous les autres hommes politiques de ce pays.

          @ minitax
          C’est sur que le nouvel obs est un modèle d’objectivité. Joffrin essaie de se faire pardonner ses vacances avec les Le Pen
          Au nouvel obs,Tout ce qui est à droite et qui aime son pays est facho. Comme tout ceux qui souhaitent une diminution de l’état sont traités d’ ultralibéraux. Vous auriez pu citer l’humanité aussi, puisqu’on est dans une attaque typiquement stalinienne.

          En 59, il y avait combien de français pour l’Algérie française? 1% ou 50%?
          Son père est une grande gueule qui dit ce qu’il pense, c’est sur que cela doit choquer à Rouen, puisque le normand est connu pour ne jamais dire ce qu’il pense.

  5. Je ne vois pas vraiement où peut se trouver le mal d’être facho, après tout, c’est une opinion comme une autre, non ? Surtout dans un pays où le fait d’être communiste ne vous vaut pas d’être désigné à la vindicte populaire.

    Sur les ratonnades, je ne vois pas vraiement ce qu’on pourrait en dire. C’est aisé aujourd’hui de dire « c’est mal », on ne risque plus grand chose. A l’époque il ne faudrait quand même pas oublier que le FLN commettait également des attentats en métropole. Il ne faudrait pas oublier que l’Algérie faisait encore partie de l’empire français et que bon nombre de jeunes gens étaient morts, ou étaient revenus blessés, mutilés pour conserver l’intégrité de nos possessions.

    1. « nos possessions », voilà bien un truc qui ne veut pas dire grand chose. Possessions de quoi, de qui, par qui ?
      possessions des « algériens » ? Ils étaient brimés, certes, mais pas esclaves (enfin, pas plus que les métropolitains…)
      possessions des terres, de l’Algérie ? elles avaient des propriétaires, ce n’étaient pas l’état, ce l’étant pas la « collectivité nationale »
      possessions par qui ? pas par le métropolitain, en tout cas : l’impression générale, à tort ou à raison, c’était que l’Algérie ne lui a rapporté que des ennuis…

      1. Oui, nos possessions, et sans guillemets.

        Avant la colonisation française, en réprésailles aux raids barbaresques qui pillaient nos navires et réduisaient les occidentaux en esclavage, l’Algérie n’existait tout simplement pas. C’était une mosaïque de territoires faisant partie de l’empire ottoman. La France a créé le pays, l’a doté de routes, d’écoles, d’hôpitaux, a fait sortir des vergers du désert.

        Pour peu que l’on n’en fasse pas publicité, je parie que bon nombre d’algériens si on leur posait la question diraient qu’ils regrettent l’époque où le pays était rattaché à la France, comme cela arrive également en Afrique, y compris chez les sudaf qui commencent à regretter les afrikaners.

        LA liberté, c’est bien. C’est beau, c’est grand et ça ne veut rien dire du tout quand on crève de faim, que les hôpitaux n’ont pas de médicaments, manquent de médecins, que les routes ne sont pas entretenues, que les écoles manquent d’instituteurs et qu’une bourgeoisie restreinte accapare les richesses.

  6. marrant où le PS va chercher ses leaders présidentiables : en 40 ans, un seul venait d’une famille de gauche (Jospin), les 3 autres (Hollande, Royal et Mitterrand ) sont issus de l’extrême droite …

  7. « d’ailleurs il est le candidat du PS, moderne parti de l’ordre économique et moral : la filiation avec l’extrême droite organisatrice et paternaliste est assez évident. »
    ———————-
    Il ne reste plus à notre candidat de gôche, à se trouver un petit sauvageon à qui donner une baffe à la Bayrou pour faire exploser les compteurs de la popularité.

    Avec Martine on a l’Etat nounou, avec Marine, on a l’Etat maton.
    L’un dans l’autre, on l’a dans le fion

  8. Un peu marre de voir que la culture marxiste ait pollué aussi les, ou des libéraux. Pour m’être tabassé avec les gauchos dans les années 70, je sais ce que c’est d’être le « facho » de service, étiquette qui me vaut encore l’ostracisme de la gauche culturelle (pléonasme) dans ma chère région. Je rappelle donc que je ne peux être facho, n’ayant jamais été socialiste. Donc, laissons cette branche cadette du socialisme à ses rejetons, passés ou présents. Et si le malheureux père de François a été de droite, il n’était certainement pas « facho ». Quant à l’affaire du pont,elle fait partie des classiques de la propagande marxiste; trop fatiguant d’en remettre une couche, suffit d’être cultivé (pour les plus fainéants, wikipédia). D’accord avec Harald; clin d’oeil à « gâteau au beurre », qui devrait se reconnaître…

  9. A propos de la célébration bouffonne du soi-disant massacre d’algériens de 1961, il convient de faire la part des choses et de ne pas gober la propagande gauchiste, qui n’est pas contestée par la droite.
    Une enquête a été menée à l’initiative de Lionel Jospin, alors 1er ministre, et confiée par le ministre de l’intérieur Jean-Pierre Chevènement à des historiens de métier au dessus de tout soupçon partisan et qui avaient conclu à une vingtaine de morts. Nous sommes loin des centaines, voire des milliers avancés par les ordures gauchistes, même si une vingtaine c’est encore trop.
    Il ne faudrait pas oublier que le FLN, de 1955 à 1962, a été responsable de la mort de 6000 algériens tués en métropole, de 9000 algériens blessés également en métropole tout simplement parce qu’ils vivaient à l’occidentale, qu’ils vivaient avec une européenne, qu’ils refusaient de payer l’impôt révolutionnaire, de servir de relais à ces terroristes, voire de soutenir la France.
    On a également passé sous silence les centaines de cadavres d’algériens repêchés au long de l’année 1961 qui avaient été massacrés par les sbires du FLN.
    On a oublié également les policiers et gendarmes métropolitains tués par le FLN, les centaines de civils algériens ou français massacrés par ces mêmes en Algérie, que ce soit lors d’opérations de nettoyage de villages ou à l’occasion d’attentats visant la population civile.

  10. bon article. la référence au père est pas si informative que cela et c’est vraiq ue le nouvel ob comme source c’est un peu faiblard. Mais quand bienmême cela serait vrai on s’en fout un peu.

    Le fait qu’Hollande soit demi juif on s’en fout aussi. et le fait de trouver cela étonnant qu’il ait du coup fait sa scolarité dans des établlissements catholiques traduit un peu d’ignorance. Ce n’est ni le premier ni le dernier , et je crois qu’il faut se réjjouiir de ce genre de situation tres courante en France.

    sinon le reste est très intéressant . Merci

  11. Il est vraiment moitié juif ? Oh ! C’est comme c’est passionnant. Ca expliquerait pourquoi Claire Seguin n’était qu’à moitié saine d’esprit …

  12. Vous en connaissez beaucoup des pas Juifs et moitié juifs dans les bonnes places des partis politiques? en général ils sont 100% juif ou caché derrière leur couverture de protestant ou catholique? Et si vous n’êtes pas convaincu il suffit de regarder la photo du profil de la poignée de main entre nos deux moitié-juifs candidats lors de leur soirée d’adoubement au CRIF pour voir qu’une mère reconnaît toujours ses petits. 300 ans de France juive ne se balaie pas comme celà même après deux guerres mondiales.

    1. dit donc Harald, ça fait plaisir de voir qu’il existe encore des couillus.
      Mais jouer le jeux de la victime dans ce cas c’est baisser ton froc même si tu sors des infos qui tiennent la route.En fonction de celui qui tapine à écrire une histoire sans profondeur pour large publique à base de térorristes ou de résistants, tous les assistés du cerveaux y trouveront leur compte qu’ils soient de droite comme de gauche, fachos ou bisounours… Lorsque tu veux annexer une terre et que tu n’es plus capable d’en profiter impunément tout en y faisant règner la paix alors tu dégages et tu t’arranges pour y faire règner le chaos, une guerre de basse intensité (très lucratif), tes essaies nucléaires. Tu peux aussi t’assurer que l’exploitation des ressources premières comme le pétrole ou l’uranium (sans laquelle des nations comme la France ne peux exister aujourd’hui ) soit protégée des autres prédateurs comme toi qui tenteront ou de soudoyer ou de faire tomber la personne que tu aura nommé responsable de ce bout de terre. Les Hommes de pouvoir, d’où qu’ils viennent n’ont d’autres choix que d’être des nationnalistes ou des tapins. Les excuses et les justifications de leurs actes ne sont que des restes pour amuser la populasse d’écervelés.

  13. Un portrait pas partisan du tout: « Jospin minable jusqu’au bout »: on oublie de dire que la période Jospin, c’est la période ou la France s’est moins mal portée des 20 dernières années… Les déficites publics étaient plutôt bas. Les finances publiques ne se portaient pas trop mal par rapport à ce qu’on a connu avec la droite. La police de proximité commençait à fonctionner. On peut ne pas être d’accord avec les 35 hrs, n’empêche que la majorité des français sont plutôt content d’en profiter… Etc… Jospin minable???? Alors que donner comme qualificatif à la droite au pouvoir depuis 10 ans vu l’état de la France aujourd’hui????

  14. Comment sa mère, si elle est juive, a-t-elle pu accepter de vivre avec un mari d’extrême-droite défenseur de l’OAS, comme le fils l’a concédé il y a encore peu de temps? Cette femme a aussi dû envoyer ses enfants à l’école chez les Jesuites, autre renoncement. Certes le père, médecin, propriétaire d’une clinique à Rouen puis à Neully (d’après ce que j’ai lu) était assez riche. Mais est-ce une raison pour se renier?

    1. Un enfiler De l'ena

      Fait comme st thomas il était juif lui aussi et ne croyais que ce qu’il voyais, pas le premier abruti venu ,réfléchi un peu, crois tu que Nicolas Sarkozy ne se servirais de ces info? Franchement,et qui te dit qu’il renie ces origines juive il a juste choisi une voie religieuses mais le sans et ces origines restent intacte ,et si ça peu te rassurer, Jésus aussi était juif et obéissais au lois de la thorra , donc c’est juste un abruti qui ne sais de quoi il parle ou a la limite qui a des renseignements dont il ne sais pas vraiment de quoi il en ressort et envois ces conclusions a la hâte , juste pour casser du Hollande sa sent le journalisme millitantiste

  15. Un enfiler De l'ena

    Ça sent la prise de position ça n’a aucun style c’est plein de ref mais il n’ y a ni l’article ni le montant, on a beau trainer son cul sur les sièges de l’ena c’est pas pour autant que l’on sera plus vif d’esprit ou plus intelligents,ou plus ce que vous voudrez quand on est bidon on a beau faire racker le vieux ,quand on est cui on est cui, ce n’est pas de l’info c’est de la masturbation intellectuel.u

  16. « S’il fréquente les meilleurs établissements catholiques, ce qui est tout de même assez rare pour un moitié Juif »

    Il faudra m’expliquer en quoi cette observation est pertinente? J’ai également fréquenté des établissements privés catholiques alors que je suis juif. J’attire votre attention sur le fait qu’il y ait plus d’école privée catholiques en France que d’écoles juives ou musulmane.

    Quand bien même, la connotation que prends cette observation est pour le moins détestable… Doit-on porter un jugement sur les gens en fonction de la manière avec laquelle ils prient (ou ne prient pas)? C’est aussi ridicule que de porter un jugement sur une personne en fonction de ses pratiques sexuelles (homosexuel ou hétérosexuel).

    Voilà une observation qui contribue, une fois de plus, à diviser la population : les juifs, les musulmans, les catholiques, les petits, les noirs, les homo… Si au moins, cela avait été fait sur le ton de l’humour…

    1. Si la mère de Hollande est juive, François Hollande l’est également, aux yeux des juifs.
      Vous n’êtes pas sans ignore que la religion juive est une religion génétique.
      Est juif toute personne dont la mère est juive.
      Voilà voilou.

  17. voici un article écrit sans preuve à l’appui, et partial. La photo choisit pour hollande est (comme par hasard) pas très belle et en plus plein d’annecdote inventé, plein de petite phrase qui discrédite la gauche, et les penseur tel que jean paul sartre traité d’usurpateur avérés… un vrai torchon, mr Copeau vous faites honte au journalisme

  18. Ping : Le Nouvel Ordre Mondial du Vatican » Actua-Lite un minimum d'actualité pour un Maximum d'information