Le bonheur dans la servitude

Le sage sait que le bonheur véritable et la véritable élévation spirituelle ne se conçoivent que dans la servitude et le sacrifice

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le bonheur dans la servitude

Publié le 21 septembre 2011
- A +

Tu sais, toi qui es si sage, que le bonheur véritable et la véritable élévation spirituelle ne se conçoivent que dans la servitude et le sacrifice.

Par George Kaplan

C’est un fait entendu, si on laisse les hommes faire ce qu’ils veulent, ils utiliseront cette liberté pour faire du tort non seulement aux autres mais aussi à eux-mêmes. L’homme, c’est sa nature, est un être mauvais et irresponsable ; un loup pour ses semblables et un danger pour lui-même. C’est pour cette raison qu’il faut le contraindre par des lois qui l’empêchent de faire ce que son cœur lui dicte et l’obligent à faire ce qu’il n’aurait pas fait s’il n’y était pas contraint. Et c’est pour faire respecter ces lois qu’il faut faire usage de la coercition, de la force si nécessaire ; c’est-à-dire qu’il faut un État [1]. Bien sûr, ce principe général ne peut s’appliquer ni à toi-même, cher lecteur, ni aux politiciens que tu désires voir diriger l’État.

Il ne peut s’appliquer à toi-même puisqu’en appelant l’intervention de la puissance publique de tes vœux, tu démontres ta sagesse et le souci que tu as de ton prochain. C’est là toute la différence : ce que désire le cœur du commun des mortels est nuisible aux intérêts du plus grand nombre mais ce que désire ton cœur va dans le sens de l’intérêt général. Si tu étais un homme ordinaire, ton opinion serait entachée de mensonge, d’égoïsme et d’irresponsabilité. Si les autres membres de la société n’étaient pas mauvais et inconséquents, il serait inutile de les contraindre par la loi et par l’État.

Ce principe ne peut pas non plus s’appliquer à ceux et celles à qui tu accordes ton vote. Un simple reductio ad absurdum suffit à le démontrer : si ton candidat favori était un homme comme les autres, lui confier l’usage du monopole légal de la violence reviendrait à donner tout pouvoir à un être égoïste, menteur et irresponsable. Ce serait élever un des loups au dessus des autres, introduire un renard tout puissant dans un poulailler transformé en prison. C’est bien entendu impossible ; ne serait-ce que parce que, comme nous l’avons établi plus haut, tu es sage et qu’en tant que tel, jamais tu ne cautionnerais une telle absurdité.

La liberté est donc une mauvaise chose. Elle ne peut aboutir qu’au chaos, à l’anarchie où les forts dominent les faibles et où les membres de la société, livrés à eux-mêmes, prendront des décisions impropres à les rendre heureux. Seuls les hommes d’État choisis par toi-même et ceux qui partagent ton opinion sont à même de gouverner la société. Parce qu’ils sont sages, ils sont capables d’organiser notre vie en commun de la meilleure manière qui soit. Parce que leurs aspirations sont élevées, ils savent, mieux que leurs sujets eux-mêmes ce qui est bon pour eux et n’abuseront pas des pouvoirs qui sont les leurs.

Il s’en suit naturellement que la démocratie est un mal vicieux : en effet, puisque l’égoïsme, le mensonge, la tricherie et l’irresponsabilité dominent le cœur des hommes, ils risquent de faire un mauvais usage de cette liberté qui leur est donnée. Comment un homme qui est incapable de se gouverner lui-même pourrait-il prétendre participer au gouvernement de la cité ? Je sais – nous l’avons dit – que ton cœur est grand et que tu répugnes à imposer tes idées par la force mais tu sais bien que c’est inévitable. Comment parvenir à une société égalitaire sans avoir recours à la force et à la confiscation des biens des plus riches pour les distribuer aux plus nécessiteux ? Comment obtenir des égoïstes qu’ils travaillent et produisent sans que l’appât du gain ne les motive ? Comment obtenir des fainéants qu’ils travaillent et produisent si cela n’a plus d’incidence sur leur bien-être matériel ? Tu vois bien que c’est la nature des hommes qui rend la démocratie impossible.

C’est pour leur bien que l’État règlemente jusqu’aux moindres aspects de la vie de ses sujets ; avec qui ils se marient, ce qu’ils mangent, boivent et mettent dans leurs corps, ce qu’ils peuvent dire et entendre, ce qu’ils peuvent lire et écrire, l’équipement de leurs maisons et de leurs voitures, la manière dont ils prennent soin de leur santé et de leur retraite, le travail qui occupe leurs journées et le salaire qu’ils touchent en retour et même la manière dont ils éduquent leurs enfants.

C’est pour mieux éduquer les hommes qu’il faut confier l’éducation des enfants à l’État ; c’est ainsi, comme au temps de l’agôgè spartiate, que nous pouvons espérer construire une société d’individus à ton image, sages, vertueux, prêts au sacrifice pour la nation, débarrassés de leurs vices, de leurs envies, de leurs particularités, de leurs idées propres, de leur créativité et de leurs rêves.

Car tu sais, toi qui es si sage, qu’il est dans la nature des choses que l’individu mauvais, tricheur, menteur et irresponsable s’efface devant la nation, la collectivité, le groupe. Tu sais que l’homme ne vit pas pour être sa propre fin mais pour servir une cause plus élevée. Tu sais que le bien du groupe et de la cause qu’il sert justifie le sacrifice de quelques individus car l’intérêt général n’est pas la somme des intérêts particuliers et puisque la fin justifie les moyens. Tu sais, enfin et au regard de tout ce que nous avons dit, que le bonheur véritable et la véritable élévation spirituelle ne se conçoivent que dans la servitude et le sacrifice. C’est à ce prix que nous viendrons enfin à bout de l’homme, cet être mauvais, menteur, tricheur et irresponsable.

—-
Sur le web

Note :
[1] Que nous écrivons avec une majuscule. Note la puissance des symboles : en 1789, on écrivait « l’État » et les « Membres de la Société », aujourd’hui « l’État » a gardé sa majesté mais, sans même y penser, tu écris les « membres de la société ».

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Beau comme du Max Weber.

  • Un article très bien écrit et qui tape juste, bravo !

  • « C’est pour leur bien que l’État règlemente jusqu’aux moindres aspects de la vie de ses sujets »

    Oh oui, je suis libre d’être servile – tout comme je suis libre de râler quand les conditions de cette servitude ne me conviennent pas – et essayez seulement de venir m’en empêcher, bande de simplets 😉

    • cause toujours… Sauf si vraiment ce qui tu dis est grave, alors là « on » est libre de te faire taire, aussi.

      • ça sent l’vécu…

        • « je suis libre de râler quand les conditions de cette servitude ne me conviennent pas – et essayez seulement de venir m’en empêcher, bande de simplets »

          OK. Vas-y, plains-toi.

          Et après ? Qu’est-ce que cela aura changer ? L’État va-t-il prendre ta plainte en considération ? Ou va-t-il juste t’ignorer (pour rappel, ignorer quelqu’un revient à lui dire « Tu n’existes pas ») ?
          Si te plaindre de temps en temps (les manifs merguez-frites sont là pour ça) te donne l’impression d’être libre, je ne peux que t’inviter à préparer de zolis slogans pour les manifs d’Octobre. Tu pourras y exprimer toute ta liberté, sous le regard attendri de Maman-État 😉

          • « Qu’est-ce que cela aura changÉ ? L’État va-t-il prendre ta plainte en considération ? »
            A ton avis?
            Pourquoi le ferait-il si je suis seul à ouvrir ma gueule ?
            (encore que, quelqu’un irait s’immoler par le feu devant l’Elysée, je suis sûr que ça aurait son petit effet…)
            Certaines actions ne sont possibles que collectivement, mais pour savoir si on est plusieurs à partager les mêmes préoccupations, faut commencer par gueuler tout haut, pour voir s’il y a de l’écho
            (http://www.youtube.com/watch?v=juFSNpjbVN4)

            « je ne peux que t’inviter à préparer de zolis slogans pour les manifs d’Octobre »
            Rien de très original en somme…

          • @vinzzz
            « Certaines actions ne sont possibles que collectivement » :
            Ok. Donc ce qui rend une régulation légitime, c’est le fait que la majorité la réclame, c’est ça ?
            Donc si 51% des gens réclament un programme scolaire A plutôt que B à l’école, on impose aussi le programme A aux 49% restants ?
            Si j’ai envie d’émettre de la monnaie privée, sans enquiquiner personne et sans forcer personne à l’accepter, mais que 51% des gens décident que j’ai pas le droit, alors c’est normal que j’ai pas le droit ?
            Si 51% des gens estiment qu’il faut taxer à 100% les 49% restants, c’est légitime aussi ?
            Si 51% des gens estiment que l’homosexualité est un crime, alors c’est un crime ?
            Si 51% des gens estiment qu’il faudrait confisquer tout le pognon des juifs, c’est légitime ?

            La déclaration des droits de l’homme, c’était pas un truc du genre « fais ce que tu veux de ta vie du moment que tu n’emm… pas tes voisins » ?

  • Oui et comme toi le citoyen tu es un mauvais gérant, l’état va te forcer à lui preter de l’argent:
    http://bercy.blog.lemonde.fr/2011/09/20/lemprunt-force-une-arme-des-etats-face-aux-marches/

    Ca ne s’arretera jamais!

    Sinon, c’est vraiment un article agréable à lire

  • Déjà il y a un siècle Vladimir Ilitch Oulianov écrivait :
    « Le peuple n’a pas besoin de liberté, car la liberté est une des formes de la dictature bourgeoise »

  • remarquable tant sur la forme que sur le fond

  • Bravo Mr Kaplan pour ce très bon article !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Laetitia Strauch-Bonart
1
Sauvegarder cet article

Cet essai de Laetitia Strauch-Bonart, rédactrice en chef au journal Le Point, vient utilement alimenter le débat sur ce qui caractérise l’évolution historique vers la France d’aujourd’hui, tout en posant un diagnostic approfondi et des réflexions d’avenir quant aux voies à emprunter pour espérer s’engager vers de meilleures orientations.

Suite et fin de notre premier volet…

 

Inégalités à la française et incivisme

Loin de l’obsession égalitariste des Français, invalidée par les chiffres et les faits, les vraies inéga... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

La première partie de l'article se trouve ici La seconde partie de l'article se trouve ici

Si les tendances oligarchiques du système démocratique étaient déjà bien comprises au début du XXe siècle par les machiavéliens, leurs conclusions n’ont malheureusement pas été retenues, même par la plupart des politologues. Cela n’est pas étonnant puisque la majorité n’a jamais pris connaissance des travaux de ces penseurs. Leurs noms sont très rarement cités, que ce soit dans l’enseignement secondaire ou à l’université.... Poursuivre la lecture

Il y a 250 ans, la Pologne subissait le premier partage de son territoire, prélude à sa disparition en tant qu'État. En effet, le 5 août 1772, Autrichiens, Prussiens et Russes officialisaient leurs actes de brigandages étatiques. Cet épisode lointain prend aujourd'hui une autre tonalité avec le conflit ukrainien. En effet la « Pologne » historique englobait les territoires des actuelles Pologne, Ukraine, Biélorussie, Lituanie. Comment cet État longtemps si impressionnant a-t-il pu disparaître ? Ne jouissait-il pas d'une « liberté dorée » qui ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles