Fortunes: réalité et mythes

La fortune est trop souvent confondue avec l’argent. La réalité est un peu différente. Une recension de l’ouvrage « Grandes fortunes, dynasties familiales et formes de richesses en France »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Grandes Fortunes

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fortunes: réalité et mythes

Publié le 20 septembre 2011
- A +

Voici un ouvrage assez complet sur les grandes fortunes en France : Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Grandes fortunes. Dynasties familiales et formes de richesses en France, Payot, 2010. La fortune est trop souvent confondue avec l’argent. La réalité est un peu différente.

Une recension de l’ouvrage par l’ALEPS (*)

On le sait très bien. En France, il y a un vrai mépris pour ceux qui sont fortunés. L’origine de leur richesse ne peut être que louche et, de toute façon, ils doivent payer beaucoup d’impôts. Seuls, les footballeurs échappent à la vindicte publique. Malgré leurs salaires mirobolants, ils sont protégés par le « statut ». Un footballeur est une personnalité publique qui enchante les spectateurs. Il ne faut pas y toucher. Un « très riche », vaut mieux qu’il se cache. Le salaire du footballeur apparaît dans toute la presse. La fortune du « riche » est secrète et, de toute façon, il n’a pas envie d’en parler. Il est d’ailleurs très difficile de l’évaluer. Les auteurs – sociologues – ont mené l’enquête. Les sources administratives et fiscales sont très discrètes. On s’y attendait… L’administration française n’a jamais été très bavarde. Il faut donc interroger les « acteurs ». Mais ont-ils intérêt à parler dans un pays où le fisc est tout-puissant ? Les déclarations fiscales de l’ISF ne sont pas publiques (dans d’autres pays on peut très bien consulter les déclarations d’impôts) et il faut faire une demande auprès de Bercy. Les auteurs ont reçu du ministère une « série de tableaux » déjà « préparés ». Il vaut mieux l’information brute pour un travail sérieux… N’empêche, l’étude des patrimoines doit permettre de se faire une idée.

C’est en 1934 qu’on a parlé (Édouard Dalladier) pour la première fois des « 200 familles » qui « tiennent » la France. Parmi les familles qui faisaient partie de la liste, quelques-unes sont encore là : David-Weill (Banque Lazard), famille Hermès, Dassault, Durand, Bich, Guerlain, Vuitton, Rotschild, Peugeot, Taittinger… D’autres ont disparu comme beaucoup d’actionnaires de la Banque de France. Il existe donc bel et bien un changement entre les classements des plus riches, la fortune n’étant pas quelque chose de figé, comme le disent les marxistes. La transmission et la continuité de la fortune au sein d’une même famille est une constante qu’on ne pourrait pas contester. Peut-on demander à quelqu’un de ne pas transmettre à ses enfants ? Concernant les inégalités, c’est bien lorsqu’il s’agit du patrimoine qu’elles se creusent. Les plus fortunés possèdent résidences principales et secondaires, terrains, autre immobilier, bâtiments, matériel, stocks… Les différences sont effectivement importantes. Il existe même de grandes inégalités entre les très grosses fortunes. On remarque un écart de 1 à 8 entre les 20 000 les plus fortunés et les 20 000 les moins fortunés. L’écart est même de 170 entre les 100 les plus fortunés et les autres.

Mais qui sont en réalité toutes ces grandes fortunes ? Certaines sont de grandes inconnues. Monsieur et Madame X qui détiennent des appartements ou des immeubles. D’autres sont des familles célèbres comme les Wendel ou d’autres propriétaires dans le Bordelais. Les fortunes sont évidemment assez concentrées : Paris, Maisons-Laffitte, Deauville, Neuilly, Trouville… mais la tendance est à l’éparpillement surtout à…l’étranger. L’ouvrage est une mine d’informations. Dommage qu’il soit gâché par une approche marxiste (« la classe des dominants ») et qu’il n’insiste pas sur la taxation des riches et leur fuite à l’étranger. On oublie que ce sont eux qui créent des richesses…

—-
Article repris du site de l’ALEPS, Libres.org, avec l’aimable autorisation de Jacques Garello.

(*) L’ALEPS, présidée par le Professeur Jacques Garello, est l’Association pour la Liberté Économique et le Progrès social, fondée il y a quarante ans sous l’autorité de Jacques Rueff, dans la tradition intellectuelle française de Jean Baptiste Say et Frédéric Bastiat.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • « Dommage qu’il soit gâché par une approche marxiste… »

    C’est malheureusement le problème d’autres ouvrages du couple Pinçon-Charlot, comme « Sociologie de la bourgeoisie » et Sociologie de Paris » : on comprend que les auteurs se sont bien documentés et ont l’intelligence nécessaire pour faire un bon travail de recherche et d’analyse, mais ces livres finissent par fatiguer et laisser le lecteur méfiant lorsqu’il trouve dans chaque chapitre un vieux fond de rhétorique socialiste qui empêche les auteurs de faire une analyse objective.

  • « Dommage qu’il soit gâché par une approche marxiste (« la classe des dominants ») et qu’il n’insiste pas sur la taxation des riches et leur fuite à l’étranger. »

    Certes, mais convenons que certains marxistes dont Marx lui-même (qui ne l’était pas, marxiste – paradoxe délicieux) ont pu voir juste à certains égards. Après, il y a leurs conclusions et leurs solutions, très discutables, mais leurs analyses peuvent être acceptables.

    Enfin quand je dis « discutables », c’st pour rester poli, hein!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Achat d'or pouvoir d'achat
2
Sauvegarder cet article

S’il est quelque terme économique mal compris en France (et parfois ailleurs) c’est bien celui de pouvoir d’achat.

 

Pouvoir d’achat du revenu monétaire

Certes, quand quelqu’un a un pouvoir d’achat, il prend conscience de ce qu’il peut acheter en un moment donné avec l’argent dont il dispose. C’est un genre d’approche statistique du pouvoir d’achat, qui va donc augmenter (ou diminuer) avec le revenu, et qui va varier suivant le niveau des prix des biens et services achetés.

La structure des dépenses envisagées est do... Poursuivre la lecture

Je ne veux pas dire que nous sommes riches en candidats de qualité. Je veux simplement faire allusion à une information livrée au grand public la semaine dernière : elle concernait le montant des milliers d’euros possédés par les candidats. Je dois dire tout de suite que cette information ne m’est pas très sympathique dans un pays où « le riche » est automatiquement soupçonné de corruption, de prévarication, ou de pur produit de la chance.

Jean Fourastié avait parlé du « jardin du voisin » : par envie beaucoup de gens voient toujours d... Poursuivre la lecture

Par Yves Montenay.

Vous vous souvenez, il y a maintenant environ un an et demi, avant la fin du premier confinement, le plus dur, puis régulièrement depuis j’avais écrit qu’il y aurait une reprise en V et qu’il ne fallait pas s’inquiéter alors que les articles catastrophistes se multipliaient.

Bien sûr mon V a été un peu secoué par les demi-confinements qui ont suivi. Nous abordons maintenant la cinquième vague… Mais, à chaque fois, l’économie est moins secouée, car tant nos gouvernants que les acteurs économiques de base ont ap... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles