Fortunes: réalité et mythes

Grandes Fortunes

La fortune est trop souvent confondue avec l’argent. La réalité est un peu différente. Une recension de l’ouvrage « Grandes fortunes, dynasties familiales et formes de richesses en France »

Voici un ouvrage assez complet sur les grandes fortunes en France : Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Grandes fortunes. Dynasties familiales et formes de richesses en France, Payot, 2010. La fortune est trop souvent confondue avec l’argent. La réalité est un peu différente.

Une recension de l’ouvrage par l’ALEPS (*)

On le sait très bien. En France, il y a un vrai mépris pour ceux qui sont fortunés. L’origine de leur richesse ne peut être que louche et, de toute façon, ils doivent payer beaucoup d’impôts. Seuls, les footballeurs échappent à la vindicte publique. Malgré leurs salaires mirobolants, ils sont protégés par le « statut ». Un footballeur est une personnalité publique qui enchante les spectateurs. Il ne faut pas y toucher. Un « très riche », vaut mieux qu’il se cache. Le salaire du footballeur apparaît dans toute la presse. La fortune du « riche » est secrète et, de toute façon, il n’a pas envie d’en parler. Il est d’ailleurs très difficile de l’évaluer. Les auteurs – sociologues – ont mené l’enquête. Les sources administratives et fiscales sont très discrètes. On s’y attendait… L’administration française n’a jamais été très bavarde. Il faut donc interroger les « acteurs ». Mais ont-ils intérêt à parler dans un pays où le fisc est tout-puissant ? Les déclarations fiscales de l’ISF ne sont pas publiques (dans d’autres pays on peut très bien consulter les déclarations d’impôts) et il faut faire une demande auprès de Bercy. Les auteurs ont reçu du ministère une « série de tableaux » déjà « préparés ». Il vaut mieux l’information brute pour un travail sérieux… N’empêche, l’étude des patrimoines doit permettre de se faire une idée.

C’est en 1934 qu’on a parlé (Édouard Dalladier) pour la première fois des « 200 familles » qui « tiennent » la France. Parmi les familles qui faisaient partie de la liste, quelques-unes sont encore là : David-Weill (Banque Lazard), famille Hermès, Dassault, Durand, Bich, Guerlain, Vuitton, Rotschild, Peugeot, Taittinger… D’autres ont disparu comme beaucoup d’actionnaires de la Banque de France. Il existe donc bel et bien un changement entre les classements des plus riches, la fortune n’étant pas quelque chose de figé, comme le disent les marxistes. La transmission et la continuité de la fortune au sein d’une même famille est une constante qu’on ne pourrait pas contester. Peut-on demander à quelqu’un de ne pas transmettre à ses enfants ? Concernant les inégalités, c’est bien lorsqu’il s’agit du patrimoine qu’elles se creusent. Les plus fortunés possèdent résidences principales et secondaires, terrains, autre immobilier, bâtiments, matériel, stocks… Les différences sont effectivement importantes. Il existe même de grandes inégalités entre les très grosses fortunes. On remarque un écart de 1 à 8 entre les 20 000 les plus fortunés et les 20 000 les moins fortunés. L’écart est même de 170 entre les 100 les plus fortunés et les autres.

Mais qui sont en réalité toutes ces grandes fortunes ? Certaines sont de grandes inconnues. Monsieur et Madame X qui détiennent des appartements ou des immeubles. D’autres sont des familles célèbres comme les Wendel ou d’autres propriétaires dans le Bordelais. Les fortunes sont évidemment assez concentrées : Paris, Maisons-Laffitte, Deauville, Neuilly, Trouville… mais la tendance est à l’éparpillement surtout à…l’étranger. L’ouvrage est une mine d’informations. Dommage qu’il soit gâché par une approche marxiste (« la classe des dominants ») et qu’il n’insiste pas sur la taxation des riches et leur fuite à l’étranger. On oublie que ce sont eux qui créent des richesses…

—-
Article repris du site de l’ALEPS, Libres.org, avec l’aimable autorisation de Jacques Garello.

(*) L’ALEPS, présidée par le Professeur Jacques Garello, est l’Association pour la Liberté Économique et le Progrès social, fondée il y a quarante ans sous l’autorité de Jacques Rueff, dans la tradition intellectuelle française de Jean Baptiste Say et Frédéric Bastiat.