La mondialisation passe-partout

Comment se sortir des difficultés liées à la mondialisation? Pas en bloquant les frontières

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Les marionnettes de Passe-Partout, série québecoise (Perlin est à droite)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La mondialisation passe-partout

Publié le 17 septembre 2011
- A +

Comment se sortir des difficultés liées à la mondialisation? Pas en bloquant les frontières, ni en empêchant le libre échange.

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec

Les marionnettes de Passe-Partout, série québecoise (Perlin est à droite)

Une scène classique. Visionnée hier, collé contre ma fille de 4 ans. Un père, impatient, qui s’excuse à ses enfants : « Ça va mal aujourd’hui. C’est pas de votre faute. J’ai pu de travail, pis ça m’énerve […] Maudit chômage! »

Le gars s’appelle Perlin (jamais su son nom de famille). Un moustachu.

Ces paroles, on doit les entendre de plus en plus dans les chaumières québécoises. Surtout celles où un des deux parents (ou les deux) travaille dans le secteur manufacturier — à la « shop ».

82 000 d’entre eux ont perdu leur emploi entre 2004 et 2009. Près d’un sur quatre, selon l’Institut de la statistique du Québec.

Les robots et les Chinois

Les chiffres de Statistique Canada confirment la saignée : de 2004 à 2008, près d’un emploi manufacturier sur six a disparu au pays. Pendant que l’emploi dans les autres secteurs — comme les services — augmentait.

Les coupables? La technologie, qui permet entre autres de remplacer des humains par des robots en usine. Le dollar canadien fort. Et bien sûr, la mondialisation. Comme le déplacement d’une partie de la production en Asie et ailleurs.

Personne ne se plaignait du libre-échange quand les pays à bas salaires nous échangeaient leurs noix de coco. Mais aujourd’hui, des Vietnamiens assemblent nos iPad, des scieries brésiliennes nous vendent du bois, et les Chinois fabriquent des autos!

Il faut d’abord s’en réjouir. Des millions d’êtres humains quittent la pauvreté abjecte pour joindre la nouvelle classe moyenne dans ces pays. Le hic pour nous : nos usines peuvent difficilement payer des gros salaires comme dans le temps, avec convention collective mur-à-mur et régime de retraite béton. La concurrence est trop féroce.

Solution : l’attaque

Comment s’en sortir? Pas en bloquant les frontières, ni en empêchant les étrangers d’investir ici. Notre économie dépend des échanges avec les autres pays.

Pas en jouant défensif, mais en attaquant.

Pour les travailleurs, ça veut dire s’éduquer. S’équiper. Pour être compétitifs dans ce nouvel environnement. Collectivement, ça commence — et c’est devenu banal de le dire — par combattre le décrochage scolaire.

Pour les entreprises, c’est innover. Se spécialiser. « Quand vous vous spécialisez dans la fabrication d’une pièce, usinée au millimètre près, et que vous êtes le seul en Amérique à l’offrir, vous éliminez beaucoup de concurrents potentiels », dit Martine Hébert, VP pour le Québec à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante.

Pour le gouvernement, c’est fournir un filet de sûreté pour accueillir les perdants de la mondialisation. Pour les aider à se replacer rapidement. Mais surtout, alléger les taxes et la paperasse des PME. Le Québec est un des pires endroits en Amérique du Nord à ce chapitre. Pire que dans les autres provinces — dont les entreprises, rappelons-le, concurrencent aussi les nôtres.

La mondialisation et la technologie vont continuer de secouer nos entreprises manufacturières. Il faudra bien amortir le choc. Parce que derrière ces statistiques sur les emplois, il y a des familles qui souffrent. Dans Passe-Partout, on en rit. Pas dans la réalité.

—-
Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
10 plaies
0
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Le Premier ministre britannique sera à Kigali à partir de jeudi 23 juin pour le sommet des chefs de gouvernement des pays du Commonwealth qui se clôture le 26 juin.

À Kigali, Rwanda, s’ouvrait lundi le sommet du Commonwealth. Boris Johnson va en profiter pour montrer qu’il n’a aucune intention de faire marche arrière sur l’accord avec le Rwanda signé mi-avril, pour que le pays des mille collines accueille sur son territoire – moyennant finance – des migrants et demandeurs d’asile acheminés depuis le Royaume-Uni en attente d’un éventuel... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles