Une diplomatie parallèle à l’oeuvre en Libye?

Le Parisien révèle aujourd’hui l’existence d’un étrange voyage de quatre jours effectué début août en Libye par quatre politiciens

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une diplomatie parallèle à l’oeuvre en Libye?

Publié le 10 août 2011
- A +

Le Parisien révèle aujourd’hui l’existence d’un étrange voyage de quatre jours effectué début août en Libye par quatre politiciens : la chiraquienne Margie Sudre, secrétaire d’État chargée de la Francophonie dans le gouvernement Juppé de 1995 à 1997, l’ex-député européen radical de gauche Michel Scarbonchi, l’ancien maire de Montélimar (Drôme) et président du Parti radical valoisien, Thierry Cornillet, et le Britannique John Corrie (conservateur). L’existence de ce voyage de quatre jours n’a été signalée au Ministère des Affaires Étrangères qu’après qu’il ait eu lieu.

La première question qui s’impose consiste à s’interroger sur la nature exacte de ce voyage, tant les histoires de diplomatie parallèle ont émaillé la vie du Quai d’Orsay ces dernières décennies (réseaux Pasqua en Afrique, affaire(s) impliquant le député Didier Julia,  etc.). Les différents protagonistes affirment que celui-ci n’était qu’une visite dont le but était de constater les effets de la campagne militaire actuelle menée dans ce pays contre les forces de Muammar Khadafi.

Mais la seconde question encore plus troublante provient de l’implication d’une des filles du dictateur Libyen : c’est à l’invitation de Waatassimou, fondation caritative dirigée par Aïcha Kadhafi (avocate de 34 ans, nommée entre 2004 et février 2011 ambassadrice de bonne volonté de l’ONU), que les trois français et le britannique se sont rendus dans ce pays. On peut s’interroger sur les motivations de cette femme, non seulement parce qu’elle est une pièce essentielle du dispositif paternel de main-mise sur la Libye où elle est en charge de l’action caritative, mais aussi et surtout parce qu’elle semble très portée sur les coups d’éclat politiques.

En effet, en 2006, elle a volontairement insisté pour faire partie de l’équipe d’avocats du dictateur irakien déchu Saddam Hussein, ce qui montre une grande volonté de s’impliquer dans les sujets politiques très sensibles, bien au-delà de son action caritative. En outre, sa fondation Waatassimou s’est illustrée en décernant un prix de bravoure au journaliste Muntadhar al-Zeidi pour avoir lancé sa chaussure sur le président Georges W.Bush en conférence de presse. La fondation avait alors déclaré que ce geste constituait une victoire pour les droits de l’homme. Le lien entre cette affaire et l’objet social de la fondation ne saute pas immédiatement aux yeux.

Une dernière hypothèse à propos de ce voyage consiste à penser qu’il fait partie de la longue liste de voyages de politiciens européens vers des destinations aussi exotiques que peu soucieuses des droits de l’homme, à l’image de celui, désormais culte, d’une délégation de parlementaires belges en Corée du Nord. L’émission de télévision Strip-Tease a fait un reportage sur cette épopée de pieds nickelés, disponible sur les sites de partage de contenus vidéo. Les parlementaires s’y étaient alors ridiculisés, et avaient par la suite affirmé avoir été piégés.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Les questions que vous vous posez sur cette femme nous permettent ils de douter des morts civils réalisés « grace » aux bombardements de l’OTAN? Élevez un peu le niveau cher monsieur !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Gabriel Robin.

 

Il arrive parfois que la Cour nationale du droit d’asile ait à traiter des affaires géopolitiquement plus sensibles que le tout-venant. C’est notamment le cas du milliardaire Moukhtar Abliazov, recherché notamment par les justices britannique et kazakhe. La juridiction administrative traite des demandeurs d’asile qui ont vu leurs dossiers refusés par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA).

Alors que le président de la République du Kazakhstan s’apprête à rendre visite à... Poursuivre la lecture

Par Tommaso Vitale et Emilien Houard-Vial.

 

Si cette année Giorgia Meloni et Marine Le Pen ont concentré l’attention des commentateurs des deux côtés des Alpes, l’abstention est bien la donnée politique la plus importante qui ait émergé de ces élections. Le choix délibéré de millions de citoyens de se détourner de l’arène politique est souvent agrémenté de propos négatifs sur leur supposée irresponsabilité ou manque d’éthique. Pour autant, le registre de la culpabilité est-il le plus pertinent pour répondre au grave problè... Poursuivre la lecture

Par Laurent Guihéry.

Le jeudi 19 octobre dernier, on apprenait qu’un conseil des ministres franco-allemand était reporté à janvier, ce qui constitue un vrai malaise alors que nous allons fêter le 60e anniversaire du traité de l’Élysée, destiné à sceller la réconciliation en 2023. Il est explicitement notifié que des problèmes logistiques et des désaccords sur la déclaration commune franco-allemande, en particulier sur des questions de défense et d’énergie, expliquent ce report. Les relations franco-allemandes sont-elles si mal ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles